Baroin évoque le risque de perte de la note AAA de la France

 |   |  304  mots
(Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
François Baroin, ministre du Budget, estime que l'objectif de la France de conserver sa note AAA est "tendu".

La France pourrait perdre sa note AAA. Soucieux, le ministre du Budget, François Baroin, a déclaré que l'objectif de conserver la note de la dette souveraine française était "tendu". L'entourage de François Baroin a ensuite précisé à Reuters que par "objectif tendu", il fallait comprendre "exigeant, qui ne se relâche pas".

"Pourquoi? Parce qu'au début des années 1980, 80% de l'accès au crédit qui permettait de financer ses projets pour une entreprise, un particulier ou un Etat se faisait auprès des banques ou des banques centrales. Aujourd'hui 80% de l'accès à ces crédits pour financer nos investissements s'effectue auprès du marché", a ajouté le ministre du Budget sur Canal+.

Etre noté AAA permet à la France de financer ses déficits et ses dettes à un coût minime, à peine supérieur à celui exigé de l'Allemagne, la référence en Europe. "Nous devons maintenir notre AAA, réduire notre endettement pour éviter d'être trop dépendant des marchés, et nous devons le faire dans la durée, d'où l'idée de la révision constitutionnelle, pour bien montrer que c'est pas simplement un coup pour rien pour faire plaisir à des marchés, mais vraiment une nouvelle inflexion, une nouvelle tendance, une nouvelle discipline budgétaire française".

La France, qui bénéficie de la meilleure note accordée par les agences de notation, promet de réduire son déficit public dans une proportion et à une vitesse sans précédent depuis au moins un demi-siècle. De quelque 8% en 2010, le gouvernement prévoit de le réduire à 6% en 2011, 4,6% en 2012 et 3% en 2013 ou au plus tard 2014. L'ancien premier secrétaire du Parti socialiste, François Hollande, a jugé que seule une hausse drastique des impôts permettrait d'atteindre 3% de déficit public en 2013.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/06/2010 à 7:33 :
La France, d'autres l'ont déjà dit, est le dernier pays soviétique. Voyons comment çà s'est fini dans les paradis de l'Est : des multitudes de pseudo-travailleurs, payés (un minimum) pour se tenir tranquilles en oubliant les mots "liberté" et "propriété individuelle", mais finalement plus payés du tout, et essayant de survivre en cultivant des betteraves rouges, des navets ou des raiforts (vous connaissez, j'espère!). Tout finit par s'écrouler, car les soi-disants idéologies, qu'elles soient soviétiques, libérales, ou autres, ne suffisent pas à nourrir leur homme: il faut transpirer, un minimum, chaque jour, pour celà! Pas de retraite, non plus, car le nouveau pouvoir ne saurait honorer les engagements de celui qui est déchu. Combien de fois avons-nous pu observer celà, ces dernières années? Ne croyez-vous pas que notre glorieuse nation aille dans ce mur, qu'on appela "de Berlin" ? Espérons que nous allons pouvoir trouver les 150 milliards manquants par an, encore longtemps, sinon...
a écrit le 01/06/2010 à 5:26 :
La vraie solution passe par une baisse de l'ordre de 100 milliards ? des dépenses de l'Etat et non par des "cotisations ou contributions" synonymes d'impôts nouveaux qui péseront sur les entreprises, les particuliers et bien sûr sur les revenus de l'épargne (qu'on camoufle derière revenus du capital), dès lors qu'un rôle nest recouvré qu'à partir de 61 ? - Article 1657 ? 1 bis du CGI; il s'agit bien de taxer l'épargne dans son ensemble, c'est à dire à partir d'un capital (épargne) d'un peu moins de 5 000 ?. Il faut faire porter l'effort sur les "fourmis" et non sur les "cigales"...
Alors que la France dépense environ 100 Mds de plus chaque année que l'Allemagne ou l'Italie, la solution est toute trouvée.
Pour les retraites il y a aussi une autre solution. Au fait les courbes démographiques publiées par l'INSEE et INED portent à l'évidence que la baisse de la natalité française a commencée en 1974 et comme il s'agit d'une tendance lourde, tout gouvernement pouvait s'en apercevoir, depuis 1990 pas moins de 10 rapports ont été commandés par nos dirigeants et aucun exécuté, ouf, j'avais cru être administré par des gaillards qui s'avaient ce qu'ils faisaient. Donc je ne me suis pas trompé, ce sont des amateurs qui prennent notre pays et ses habitants pour un laboratoire et des cobayes, et ça va continuer. Ouf,je ne me suis pas fait vacciner pour le H1N1, mon médecin oui et il est malade.
a écrit le 01/06/2010 à 4:48 :
Je crois que la profession de Monsieur BAROIN est avocat. Il va sans dire qu'en habit d'économiste il ne doit pas être à son aise, à sa place, mais heureusement qu'il ne soit pas dentiste...
Si la France risque de perdre sa note AAA, ce n'est pas parce que le financment de la dette de l'Etat se finance sur les marchés financiers (notre épargne et à 68 % celle des Etrangers) plutôt qu'auprès des banques retails ou les banques centrales. C'est tout simplement parce que les dirigeants politiques nous ont conduit dans une dette et des déficits inssoutenables depuis 34 ans. C'est aussi simple que cela M. Baroin.
D'ailleurs lorsque la dette d'Etat avant 1980, était financée par les banques centrales (banque de France)ont assistait régulièrement à des dévaluations, M. Baroin. Il n'a aucune connaissance historique des faits économiques à légal de Mme Lagarde (avocat social) et de M. Sarkozy (avocat, maitrise de droit privé) ça en dit long sur leurs connaissances économiques. Je sais on me dira qu'ils sont entourés d'experts, c'est vrai 5 000 hauts fonctionnaires issus de l'ENA qui sont toujours là depuis plus de trente ans... Chercher l'erreur.
La dette n'a jamais créé de croissance lorsqu'elle ne repose pas sur une épargne abondante et lorsqu'elle est retirée au profit de l'Etat (effet d'éviction) et les intervenant du marchés que l'on appelle "Traiders, jeunes fous qui gagnent de l'argent à court terme" ou "vilains spéculateurs" qu'il faut punir parcequ'ils entravent les desseins de l'Etat, alors qu'ils ne font que protéger notre épargne en avertissant les gouvernements qu'ils en font trop et que ce sont nos impôts et notre ruine qui paiera la facture et exigent une rémunération plus élevée dès lors que leur solvabilité devient critique. Quoi de plus normal?
Bon politique, quoi que? Mais mauvais économiste. C'est sûr. Sans doute "dentiste"...aie, aïe, aïe, ça va encore faire mal.
a écrit le 31/05/2010 à 17:39 :
En pleine croissance Jospin a démontré son incompétence de gestionaire ,bottant en touche sur le rapport des retraites disant que celui ci était anti électoral.Sarkozy comme tous les dirigeants Européens entre autres sont victimes de la crise ,toutes leurs prévisions ne peuvent être que revues. On ne mesureras jamais assez ce que coute les 35 heures,quand j'entends le camenbert (le Brie) revenir à la retraite a 60 ans si^par hasard élue , traité le Président de madoff ,faut croire qu'un grain de riz occupe sa cervelle ,que ce n'est pas de cette façon de réconcillier les Français et la politique
a écrit le 31/05/2010 à 16:08 :
à mimosa
Il a quand meme mieux valu que Jospin n'ait pas été au pouvoir en 2007, car que saurions nous devenus en France. Lorsqu'il a été premier ministre en pleine croissance, au lieu d'en profiter pour économiser en cas de besoin, et c'est le cas, il a dilapidé et a fait voter les 35 heures ce qui a apporté un bouleversement des entreprises et une baisse du pouvoir d'achat.Et vous appelez ça gérer?
a écrit le 31/05/2010 à 15:45 :
Très énervé le mimosa aujourd'hui !
a écrit le 31/05/2010 à 15:43 :
à mimosa : Jospin a eu la chance d'avoir géré en période de croissance, ce qui n'est pâs le cas de Sarkosy qui a du subir une des plus fortes crises économiques et financières. et a eu le mérite d'etre très réactif et de sauver les banques sinon tous les petits épargnants auraient tout perdu.,
a écrit le 31/05/2010 à 14:45 :
à elu : Sarkozy a doublé le déficit depuis 2007 , Chirac l'avait creusé, Jospin réduit eh oui ! Sarkozy qui avait beaucoup promis, beaucoup fait de communication affiche un piteux résultat, il n'est pas allé chercher la croissance son bilan est très contreversé : chômage en augmentation, croissance et pouvoir d'achat en berne, chômeurs en hausse, les historiens diront la déception des français qui l'ont élu en 2007...
a écrit le 31/05/2010 à 12:46 :
Trente ans de dépenses sans compter, de distribution à tout va, d'assistanat et voila le résultat aujourd'hui.
Revoyez donc toutes les dépenses inconsidérées sociales et autres avant de faire la distribution
a écrit le 31/05/2010 à 10:44 :
On economise ?? non!.... en tout cas, pas le ministere de la défence qui se fait contruire une PISCINE de 25m pour 30 M d'Euros ....
a écrit le 31/05/2010 à 10:34 :
elle est comment la note des usa ?laissez-moi rire sur ces paris juteux qui servent d'avides spéculateurs ?Voilà où en est l'économie lIibérale qui devait profiter au plus grand nombre ? UN DESASTRE ! voyez la crise qui a fait doublé le déficit , pas nos "dérives financière"d'ailleurs notre gouvernement tient-il compte des notes de la cour des comptes ? ceux qui sont épinglés ne sont pas ceux que l'on culpabilise !
a écrit le 31/05/2010 à 10:28 :
à ecosek : quand les agences de notation regarderont-elles l'état exact des pays développés ? dégrader la France et pourquoi pas les usa , les britanniques beaucoup plus endettés que nous ! des cigales ! les états mais aussi la dette privée des ménages de ces mêmes états !! scandaleux et injuste pour jouer en spéculant encore au profit de gros financiers....quand brisera t-on ses paris désastreux ?
a écrit le 31/05/2010 à 10:24 :
à legall : on fait quand même mieux que les states et les british !! nous avons aussi plus de français fourmis que cigales ( épargne abondante chez nous) or cette épargne assez populaire "ne rentrerait pas dans la notation" ce sont nos citoyens qui soutiennent la dette de la Fra
a écrit le 31/05/2010 à 9:19 :
la France est un pays de capital-rente. Et pour maintenir la rente d'une certaine génération, essayez de trouver laquelle, l'Etat a préféré légiférer des budgets Madoff. L'incompétence et l'imprévision ont toujours un prix, généralement élevé.
a écrit le 31/05/2010 à 7:00 :
L'heure est venue de payer l'addition ! Dans un état de doit, face à cette situation il conviendrait de réunir des états généraux comme l'avait fait Louis XVI en son temps, mais notre Président craint probablement la suite de l'histoire. S''il a le courage qu'il annonce alors qu'il convoque ces états généraux
a écrit le 31/05/2010 à 5:37 :
il y a sans doute beaucoup de choses que nous ne savons pas, mais quand meme, un manager qui présenterait un tel budget se ferait virer sur le champs. Dans un tel contexte, la réaction doit être bien plus volontaire. Espérer 6% de déficit en 2011 et 4,6% en 2012, il me semble qu'on est très loin du compte. Alors appliquer une dose d'austérité sur les plus démunis, c'est directement baisser les recettes : ce qu'on ne donne plus d'une main, on ne le récupère plus de l'autre, car les plus démunis dépensent 100% de leur budget dans l'économie locale et ses taxes. Et refuser de taxer les plus riches, ce n'est pas relancer l'économie, car ils ne dépenseront pas plus en France ; ils épargneront, ou dépenseront leur argent à l'étranger.
Cette annonce veut dire tout simplement : le gouvernement ne prélèvera pas un centime aux riches jusqu'aux élections de 2012, quel qu'en soit le prix pour la France (endettement irresponsable et dégradation de sa note). Donc rien n'y fait, l'intérêt supérieur de la nation, c'est la réélection du président en place, et le maintien des avantages colossaux de ceux qui ont financé et aidé son élection.
a écrit le 31/05/2010 à 5:13 :
La France pourrait perdre sa note ha ha ha !!! A mourir de rire car cette note ne repose que sur le con-tribuable qui accepte chaque jour un peu plus de prélèvements obligatoires.
a écrit le 31/05/2010 à 4:56 :
Nous sommes endettés parc que nous sommes nuls, nous passons notre temps à râler contre ci et contre ça, pas de solidarité, je veux travailler moins, je veux plus d'argent, je ne veux rien payer, je veux le tout rembourser et la meilleure retraite qui soit,.... , continuons à faire les imbéciles et on va pas tarder à apprendre le chinois et l'anglais en deuxième langue,
Avec toute les richesses, tout notre savoir faire, tous nos produits,... , nous allons nous retrouver au rang des clochards,
allons enfants, tout n'est pas perdu, gouvernement et peuple, tous ensemble , tous ensemble, tous....
tout le monde se serre la ceinture y compris nos hommes politiques pour montrer l'exemple et les syndicats SVP arrêter de foutre le bordel...
a écrit le 30/05/2010 à 19:20 :
Un éclairage sidérant sur le comportement irresponsable de tous ceux qui nous ont gouverné ces dernières décennies, vous l'avez eu sous les yeux dernièrement, en lisant le mot du ci-devant ministre du budget, joint à la liasse de déclaration de revenus: camenbert coloré, histogramme, etc... rien n'y fait, sur un budget national de 250 milliards d'euros (j'arrondis), 150 milliards ne sont pas financés -de la dette supplémentaire, et ceci rien que pour 2010- et corrélativement le troisième poste de dépenses de la nation occupé par les intérêts annuels à payer pour la dette accumulée. Si çà ne s'appelle pas vivre au dessus de ses moyens! La maison Françe vit comme ses irresponsables ménages surendettés, qui ne sont tout de même pas la majorité de nos concitoyens. Voilà le résultat de la gestion de nos"responsables politiques" de tous bords.
a écrit le 30/05/2010 à 19:17 :
Quelle belle façon de préparer la populace à accepter n'importe quelle réforme douloureuse ! Beaucoup de catastrophisme pour annuler toute vélléité de protestation . Belle tactique psychologique . Mais certains savent lire entre les lignes !
a écrit le 30/05/2010 à 19:06 :
C'est bien Lagarde qui comparait la dette au cholestérol ?? la "bonne" dette et la "mauvaise" dette !!

Et moi qui croyait la France vertueuse et en bonne santé ? On m'aurait menti ?? Heu ... sarko y va reprendre le salaire de son prédécesseur divisé par 3, non ?

Bon sang, mais quand les politiques seront PERSONNELLEMENT responsables de leurs décisions ??


a écrit le 30/05/2010 à 18:28 :
RIGUEUR !
Fini les années "blingbling" et le social couteux à but électoraliste.
Il va falloir une véritable politique de restructuration de l'état et des collectivités locales, instaurer les gains de productivité annuels en obligation intangible.
La marge de manoeuvre est grande, le pays peut y arriver avec de la bonne volontée.
Mais pour cela il nous faut des politiques clairvoyants et avec de la hauteur et de la stature....on en est loin, très loin à les entendre...
a écrit le 30/05/2010 à 17:42 :
C'est une préannonce pour préparer les gens. En fait, ça ne va pas tarder à être officiellement annoncé.
On aurait pu largement s'en douter...
Réduire les dépenses publiques ne signifie pas le retour à un budget d'équilibre et encore moins donc... de profit !
a écrit le 30/05/2010 à 17:18 :
Voilà arrivé le moment de régler la facture de politiques à court terme menées depuis 30 ans, non pour satisfaire l'intérêt public, mais seulement pour gagner les élections. Ce n'est pas les "méchants spéculateurs" qui sont en cause aujourd'hui, Monsieur le Président de la République, mais les hommes politiques dont la vision à court terme et intéressée nous a conduits au bord de la faillite! La spéculation ne fait que sanctionner le laxisme à l'ordre du jour depuis plus de 30 ans. Il faut bien qu'un jour il y ait un retour de bâton!
a écrit le 30/05/2010 à 15:21 :
la prise de décision tourner vers le court terme pour sauver une "note" c'est comme baisser la tête avant une tête d'épingle en formule 1, il faut juste espérer que le virage sera pas trop long et que l'on tapera pas le mur...
a écrit le 30/05/2010 à 13:56 :
Comment un Etat pourrait-il conservé une note AAA avec un acroissement exponentiel de la dette de 5 milliards d'euros par semaine avec aucune perspective de remboursement ?
a écrit le 30/05/2010 à 13:47 :
Tous ces propos, toutes ces prévisions fantasques ne sont que la reconnaissance de l'acceptation de la cupidité des financiers par nos politicards, probablement que nos politicards ne sont que des valets des financiers voyous, rien de plus. Les financiers voyous se servent des politicards valets comme de serpillères et de papaier toilette.
a écrit le 30/05/2010 à 13:42 :
Le Gouvernement commence à réparer les esprits. Ce qui veut dire qu'il faudra encorer payer plus d'intérêts pour l'argent emprunté. Et dire qu'en 2007 il eût été encore possible de mettre en ?uvre de vraies réformes. En plus Mme 35 Heures veut revenir à la retraite à 60 ans au cas où...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :