Note de la dette de la France : François Baroin cherche à rassurer

 |   |  510  mots
(Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
Le ministre du Budget a assuré ce jeudi sur RTL qu'il n'y avait pas de risque de voir les agences de notation abaisser la note souveraine de la France dans le sillage de la Grèce, du Portugal et de l'Espagne.

La France "partage le privilège aujourd'hui avec l'Allemagne les Pays-Bas, le Luxembourg d'être les pays les mieux notés (...) Il n'y a pas de risque de voir la note de la France abaissée, on est même une signature refuge", a déclaré ce jeudi François Baroin, ministre du Budget, sur RTL. Les trois agences de notation, Standard & Poor's, Moody's et Fitch Ratings, attribuent à la France la note maximale (AAA).

Selon le ministre du Budget, c'est une situation "durable évidemment parce que nous sommes une signature solide et aussi parce que nous avons une détermination forte à infléchir comme les autres pays le niveau des déficits publics". "C'est notre priorité. Cela aura un impact sur l'économie. Il y a aujourd'hui un lien très direct entre la dette et l'angoisse des contribuables qui sont des consommateurs qui épargnent, cela peut provoquer une inflexion de la croissance".

Le ministre a souligné que les difficultés de l'Espagne et du Portugal, dont les notes viennent d'être dégradées à leur tour par l'agence Standard and Poor's, n'avaient "rien à voir" avec celles de la Grèce. Face à cette "situation d'urgence" et pour stopper "l'affolement des marchés et la spéculation", "il n'y a aucun doute sur la détermination absolue de la zone Europe, de la Banque centrale européenne, du FMI de l'Union européenne pour assurer la stabilité de la Grèce et donc de la stabilité de notre monnaie", a insisté François Baroin.

A ses yeux, il n'y a plus lieu de s'inquiéter des hésitations de l'Allemagne. La position commune du président de la Banque centrale européenne (BCE), du directeur général du FMI et de la chancelière (Angela Merkel) exprimée mercredi sont de nature à rassurer" sur cet engagement de Berlin à aider la Grèce, a estimé le ministre.

Il a souligné aussi qu'il n'était "pas question une seule seconde" de restructurer la dette grecque. "Ce serait donner une très belle victoire aux spéculateurs". "Nous sommes dans une logique d'accompagnement dans la durée sur trois ans avec un volume de 30 milliards d'aide de l'UE et 15 milliards du FMI", a-t-il rappelé.

La France prévoit de prêter rapidement 3,9 milliards d'euros à la Grèce sur une enveloppe globale de 6,3 milliards en 2010. Le projet de loi de Finances rectificative a été adopté à l'unanimité mercredi par la commission des Finances de l'Assemblée. Le parti socialiste a annoncé son intention de voter le plan de soutien lors de son examen en séance publique lundi. "Ce n'est pas une dépense budgétaire: le contribuable français n'est pas appelé, c'est un prêt", a souligné le ministre du Budget, qui a refusé de se prononcer sur le montant de l'aide que la France pourrait dégager en 2011 et 2012. "Nous allons procéder par étape (...) Nous allons être solidaires mais exigeants dans les mesures de restructuration grecques (...) Il y aura des clauses de rendez-vous et je reviendrai (m'expliquer) devant le parlement".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/01/2011 à 13:22 :
la France n'a pas d'argent ???mais elle trouve le moyen de preter 4 milliards à la Grèce ???
a écrit le 19/01/2011 à 4:32 :
Sauf erreur de ma part suite au premier G20 les agences de notation ne devaient plus faire la pluie et le beau temps , il faut se appeler de l'arrogance habituelle de notre Président les politiques alalient reprendre les affaires en mains encore du discours sans effet, le buzz présidentiel.
Les marchés décident et les politiques suivent et les citoyens subissent la chaîne est bouclée.
Autre point nous empruntons pour aider les malades, emprunt spéculatif, mais car il y un mais si ces pays ne peuvent pas rembourser que se pâssera-t-il la faillite de nouveaux pays dont la France?
a écrit le 16/12/2010 à 16:32 :
M. Baroin ! Quand les marchés le décideront la France passera à la casserole !
La grèce était l'apéro, l'Irlande l'accompagnement de l'apéro, le Portugal l'entrée, l'Espagne le premier plat, l'Italie le trou normand et la France sera le plat de résistance. Pour le dessert, on verra !
a écrit le 01/06/2010 à 6:48 :
Lâchez nous avec votre Allemagne si parfaite. Ils ont quasiment le même niveau d'endettement global que la France et ils ont aussi leurs difficultés. Il faut que les français cesse ce complexe d'infériorité mal placé. Occupons nous plutôt de régler nos problèmes et d'avancer, au lieu de se dévaloriser constamment et regarder des exemples illusoires. Par ailleurs, le but du jeu n'est pas de devenir "maître" de l'Europe ! ça c'était en 1939 et finalement, tout le monde a été perdant à ce jeu là.
a écrit le 01/06/2010 à 5:35 :
combien va nouscouter le sommet france afrique pour loger plus de 500 personnes vive les depenses
a écrit le 31/05/2010 à 8:40 :
de toute façon, cela va nous exploser en pleine figure ; la note AAA de la France va désormais faire l'affaire des spéculateurs et comme prévu elle va faire des dégâts ; nos politiques issus des gouvernements mis en place depuis une trentaine d'années nous ont conduit devant cette alternative : payer ou disparaître ; eux, ils s'en fichent, ils percevront leurs indemnités en tous genres ; nous les classes moyennes nous allons payer à un point tel que beaucoup de français "moyens" s'interrogeront sur ce dilemme "travailler ou être au chômage ; la réponse sera claire """"ne pas travailler et vivre de différentes allocations"""".
moi, je préconise autre chose : faisons de 1789 une lutte sans merci contre le capitalisme et ses dérivés ; supprimons tous les avantages de nos politiques pour les donner au peuple ; en un mot, il faut faire une nouvelle révolution pour faire en sorte que 1789 soit un feu de paille ; c'est le peuple qui doit gouverner et c'est le peuple qui gouvernera ; cela va se concrétiser dans les dix ans qui viennent car le peuple souffre et n'en peut plus.
Homme politiques de tout poil je n'ai qu'un conseil à vous donner : profitez-en bien car cela ne va pas durer ; votre réveil va être brutal.
a écrit le 31/05/2010 à 7:11 :
Pour mieux faire passer la "réforme" sur les retraites,il est inutile d'en rajouter et de menacer les français de la façon la plus sournoise en les anesthésiant un peu plus.
En brandissant l'épouvantail de la note sur la dette souveraine de notre pays,par de agences de notation bidons on culpabilise méchamment le français moyen qui n'en peut mais.
Pour mémoire les donneurs de leçon sont endettés de façon abyssale. Mais ce n'est pas une raison pour dépenser sans compter.
a écrit le 31/05/2010 à 4:02 :
En effet, avec un accroissement de 1 million d'euros toutes les 3 mn, il n'y a aucun risque.
a écrit le 30/05/2010 à 14:47 :
Il faut de toute urgence virer ces politicards qui ne comprennent rien et nous ruinent à droite comme à gauche !! Ils ne servent à rien au même titre que les fonctionnaires qu'ils critiquent sans même savoir les diriger. Allez ! dehors tout ça ! Comme ça on pourra en mettre d'aussi incompétents et interressés à leur place !! Comme disait De Gaulle, les français sont des veaux !! Bien vu M'sieu... en plus de ça, ils manquent d'objectivité quand ils se rendent aux urnes, ça complique encore plus le schmilbic..Tout ça c'est à pisser de rire, toujours la même comédie humaine ! Molière aurait pû s'amuser s'il était encore là ! et pourtant, il n'y a rien de drôle !
a écrit le 29/04/2010 à 12:17 :
soit la dette de la France a doublé par rapport aux années Miterrand ! n'en déplaise aux amis de l'ump ! c'était mieux dans les années 80 ! mais quelle est la situation des britanniques et des ricains ? faut en parler aussi....
a écrit le 29/04/2010 à 12:14 :
à Laurent : la pauvreté augmente et si on réduit les aides sociales pour limiter
les déficits, on s'expose à une explosion sociale qu'il faut maintenant envisager !
les classes moyennes s'appauvrissent avec l'accroissement des impôts : on va droit à un désordre social si on ne met pas les très riches à contribution faute de choix !
a écrit le 29/04/2010 à 12:10 :
si les pauvres continuent de croître dans notre pays et si les très riches ne sont pas mis à contribution dans un avenir proche !! les déficits seront tels que la Fr'on e
a écrit le 29/04/2010 à 12:09 :
La note de la France reste bonne car il n'y a pas d'inflation pour l'instant comme en Grèce. Mais en économie, rien n'est jamais figé ni gagné et quand on ne pourra plus s'endetter et cela finira par ariver, il y aura un gros problème
a écrit le 29/04/2010 à 11:26 :
A "lafontaine" : Excellent, la grande nouvelle en lisant cette fable c'est que "RIEN N'A CHANGE" donc avec un peu d'histoire on connait la suite ...
a écrit le 29/04/2010 à 10:28 :
MAINTENANT ON PEUT PARLER DU DEBUT DE LA CRISE MES CHERS CONcitoyens
Bonne chance
a écrit le 29/04/2010 à 10:15 :
Vous etes tous trop pessimistes. Comparez simplement la situation francaise avec celle des autres pays : taux de chomage en espagne a plus de 20% (les outils de mesure sont tous les meme en UE); dette italienne, belge, japonaise, britannique.. a plus de 100% du PIB, perspectives de croissance en 2010 negatives pour certains pays de la zone euro etc... La France ne va pas si mal, meme si il faut faire des efforts sur les depenses publiques et sociales. Pour vivre en Allemagne, je me rends compte que la France offre enormement de prestations sociales sans rien exiger en retour. Juste un petit exemple, l'allocation chomage est calculee en fonction de son revenu precedent mais est aussi ponderee par la disponbilite horaire reelle y compris week end et travail de nuit; de plus un refus de poste entraine automatiquement un arret du versement de l'allocation. Ce sont des mesures drastiques effectivement, mais la France pourrait s'en inspirer un peu...
a écrit le 29/04/2010 à 10:11 :
aux yeux du monde nous sommes ridicules....GREVES ....RTT....35H..... NOUS AUSSI VIVONS A credit
a écrit le 29/04/2010 à 9:52 :
LA CIGALE ET LA FOURMI

La Cigale, ayant chanté
Tout l'été,
Se trouva fort dépourvue
Quand la bise fut venue.
Pas un seul petit morceau
De mouche ou de vermisseau
Elle alla crier famine
Chez la Fourmi sa voisine,
La priant de lui prêter
Quelque grain pour subsister
Jusqu'à la saison nouvelle.
Je vous paierai, lui dit-elle,
Avant l'août (2), foi d'animal,
Intérêt et principal.
La Fourmi n'est pas prêteuse ;
C'est là son moindre défaut (3).
Que faisiez-vous au temps chaud ?
Dit-elle à cette emprunteuse
Nuit et jour à tout venant
Je chantais, ne vous déplaise.
Vous chantiez ? j'en suis fort aise :
Et bien ! dansez maintenant.
a écrit le 29/04/2010 à 9:46 :
Merci M. Baroin de nous assurer que nous ne sommes pas menacés . Les allemands vont se cotiser et tout va rentrer dans l' ordre . Ouf , on a eu chaud !
La crise est bien fini , la reprise est en marche et la production va permettre de boucher les petits trous .
Accessoirement , M. Barroin comment se porte la dette des Etats Unis ? Qui va payer son déficit , évoqué comme abyssal par M Bernanke lui même . Quelle note mériterait cette dette US si STD&Poor était Grec ?
a écrit le 29/04/2010 à 8:49 :
Comme le nuage de Chernobyl qui s'est arrté à la frontière. Un peu de formation financière ne ferait pas de mal à tous ces littéraires politiques. Si les marchés attaquent la dette de la France, celle-ci sera vite submergée, et ce 'est pas son petit budget qui suffira à la sauver, ni même l'Europe ou le FMI, en supposant qu'ils le veuillent. La gabegie actuelle des finances publiques en France nous conduit à la catastrophe.
a écrit le 29/04/2010 à 8:28 :
La France s'endette alors que les Francais réduisent les leurs...personelles, Pendant que nous nous serrons la ceinture, les gestionnaires de l'argent public sont assez gonflés pour continuer à dillapider le fruit de notre travail et de nos loisirs (Tva..). Quand est ce ce système va éclater et disparaitre ????
a écrit le 29/04/2010 à 6:22 :
vers une allemagne maitre de l'europe pour remettre les francais au boulot

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :