Un tiers des salariés français pensent à quitter leur entreprise

 |   |  473  mots
La Tribune Infographie
La Tribune Infographie
Selon les résultats de la nouvelle étude "What's working" menée par Mercer, l'engagement à l'égard de son employeur est en fort recul.

Les salariés ont le blues. Selon les résultats de la nouvelle étude "What's working" menée par Mercer et réalisée pendant les six derniers mois auprès de 30.000 salariés d'entreprises dans seize pays, dont 2.000 en France, l'engagement des salariés envers leur entreprise est en chute libre. Ainsi 30% des salariés français songent en ce moment sérieusement à quitter leur emploi, soit 57% de plus qu'en 2007, avant la crise, indique ce document que dévoile La Tribune. Un chiffre identique en Espagne, et qui grimpe à 36% au Royaume-Uni et au Canada et à 40% en Italie.Par ailleurs, 50% des salariés français seulement, soit 11% de moins qu'en 2007, "ressentent encore un fort attachement à leur entreprise".

Réussir pour l'entreprise

Dans le même temps, la volonté des salariés d'agir pour faire réussir l'entreprise reste identique (53%) en 2011 par rapport à 2007. De même, la propension des salariés à parler positivement de leur entreprise reste intacte : 56% d'entre eux (autant qu'en 2007), continuent de "recommander vivement les produits ou services de l'entreprise à leurs amis ou à leurs proches", note l'étude.

"La fin de l'emploi à vie"

Ce paradoxe, Eric Sarrazin, responsable "Talent management" chez Mercer l'explique par le fait que "les salariés ont entériné la fin de l'emploi à vie, la déconnexion du lien de fidélité avec leur entreprise". Il poursuit : "aujourd'hui les salariés sont liés à leur entreprise par un contrat. Ils se disent : quand je trouve mon intérêt dans le job je reste, sinon je ne reste pas. On avait vu ce phénomène progresser lentement ces dernières années. Mais avec la crise, il atteint son point d'orgue. C'est le sentiment de la réalisation de soi au travers du travail qui en a pris un coup."

Pour autant, tous les salariés ne sont pas prêts à claquer la porte de l'entreprise, car le marché du travail est tendu. "Mais quand le paysage sera plus favorable, certains d'entre eux vont bouger", prévient Eric Sarrazin.

"Inquiétude des jeunes"

L'étude montre également que les salariés français s'estiment satisfaits en termes de rétributions par rapport à leur performance (31% de plus qu'en 2007). "Même si leurs rémunérations ont peu augmenté depuis le début de la crise, ils ont le sentiment qu'elles sont plus équitables. Ils pensent ?reconnaissance? car les entreprises ont essayé d'améliorer le management et les ressources humaines", décrypte le responsable de Mercer.

Enfin, le nombre de salariés qui estiment compétitifs les avantages sociaux (retraite, santé, prévoyance, etc.) proposés par leur entreprises s'effondre de près de 30%. Plus notable : "ce sont les jeunes qui étaient traditionnellement les plus neutres qui sont plus inquiets", pointe Eric Sarrazin. La réforme des retraites et les mobilisations qui l'ont accompagnée ont laissé des traces.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/09/2011 à 18:22 :
ATTENTION A LA MOBILITE , en matière de retraite , le régime des polypensionnés peut vous faire regretter votre changement si vous devez passer d'un régime de retraite à un autre, ça peut tourner à la catastrophe et personne ne vous alerte, ni les syndicats, ni votre nouvel employeur , ni les copains car la plupart des gens ignorent complètement le problème .
a écrit le 29/09/2011 à 7:46 :
C'est ce que j'ai fait l'année dernière et je n'ai jamais reçu autant d'offre d'emploi qu'en ce moment. Mon ancien patron ne voulait pas m'augmenter, il a voulu sur-enchérir après coup .... mais il était trop tard.
Réponse de le 29/09/2011 à 13:21 :
@Annonce
C'est quoi la recette s'il vous plait, cela m'aiderait de la connaître
Réponse de le 29/09/2011 à 14:40 :
@ Annonce: recevoir pléthore d'offres paraît au premier abord suspect dans la conjoncture actuelle. Pourrait-on en savoir plus ?
a écrit le 28/09/2011 à 14:02 :
Mercer dit "30% des salariés français songent en ce moment sérieusement à quitter leur emploi" ! Cela montre que leur enquête ne vaut pas un kopek ! La mobilité en France est très faible, Mercer International est peut-être une référénce aux US, mais méconnait le marché de l'emploi français et la mentalité des salariés chez nous !
Réponse de le 29/09/2011 à 9:55 :
oui 30 % et dans ces 30 % qui "pensent changer" , il n'y aura que 30% qui le feront...
c'est comme les elections, ce sont des intentions de vote. !
a écrit le 28/09/2011 à 11:54 :
Le chômage en France va bientôt atteindre un palier régulier de 12 %. Il est reconnu comme officiellement à plus de 16 % aux Etats-Unis, il dépasse les 20 % en Espagne, il monte largement ailleurs.
a écrit le 28/09/2011 à 10:55 :
0% de croissance!!!!!!
augmentation du chômage...
baisse des investissements
délocalisation "boursier"...abbott fait des bénef...et vide 200 personnes en belgique...puis maintenant à Rungis en France...
USA!!! rien à foutre des européens!!!
a écrit le 28/09/2011 à 10:11 :
Entre :pense et trouve il y a tout de dit !Le reve et la réalité !beaucoup devront attendre 10 ou 15 ans avant de trouver le job idéal !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :