Défense : le surcoût des opérations extérieures a dépassé 1,2 milliard d'euros en 2011

 |   |  362  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La facture est salée. Hors Libye, le surcoût des opérations extérieures devrait s'élever à 900 millions en 2011. Et l'opération Harmattan coûtera de 300 à 350 millions d'euros à la France.

Les opérations extérieures (Opex) vont laisser une très grosse ardoise au budget 2011. Le surcoût devrait s'élever à la fin de l'année à plus de 1,2 milliard d'euros, dont 300 à 350 millions pour l'opération Harmattan. Bien loin des factures laissées ces dernières années, qui n'atteignaient pas les 900 millions d'euros. Depuis 2005, à l'exception de 2010, les surcoûts ont régulièrement augmenté : de 553 millions en 2005 à 860 millions en 2010. La France est actuellement engagée dans une vingtaine d'opérations extérieures menées au titre de l'ONU, de l'Union européenne ou de l'OTAN.

Pourquoi cette explosion ? Les opérations en Libye (300 à 350 millions) et en Afghanistan (plus de 550 millions) pèsent sur le budget. Ce qui masque la réduction des dépenses observées sur l'ensemble des autres théâtres d'opération (notamment Macédoine-Kosovo, Liban, Tchad et Atalante). En Libye, le dispositif français a mis sur le terrain plus fort des combats une trentaine d'avions engagés pour des missions de supériorité aérienne, de frappes au sol, de surveillance et dde soutien à partir des bases de la Sude (Crête), de Sigonella (Sicile), d'Istres et d'Avord (Cher). Jusqu'à mi-août, le porte-avions Charles-de-Gaulle, accompagné de ses bâtiments d'escorte, a croisé au large de la Libye. En complément, une vingtaine d'hélicoptères de l'armée de terre, capables de frappes air-sol ont opéré d'un bâtiment de projection et de commandement (BPC) de type Mistral.

Pour réduire la facture sur le budget de la défense, le ministère négocie actuellement avec Bercy le financement résiduel (550 millions) de ce surcoût, 630 millions ayant déjà été provisionnés en début d'année et 70 millions devant être versés par l'Onu. « Le principe d'un financement interministériel des 550 millions est acquis », assure-t-on à l'Hôtel de Brienne. Résultat des négociations : fin octobre, début novembre. Dans le budget 2012, le ministère a inscrit en loi de finances une provision identique à celle de de 2011 (630 millions). En 2012, les militaires comptent réduire les dépenses générées par les Opex, escomptant des retraits partiels au Kosovo et en Afghanistan.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/09/2011 à 8:31 :
Bonjour , l'operation en libye va profiter a Total , il me parait normal que cette entreprise prvivée prenne en charge financierement cette operation .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :