Aubry : "nous annulerons la TVA sociale"

 |   |  339  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Répondant à François Fillon, la patronne du PS a pilonné le bilan économique du quinquennat.

En ces temps de voeux, Nicolas Sarkozy peut compter sur François Fillon dans le rôle du sniper étrillant le candidat socialiste. François Hollande, lui, possède une arme de destruction massive en la personne de Martine Aubry. Mardi, lors de ses voeux à la presse, la Première secrétaire du PS est apparue particulièrement pugnace et remontée, tirant à boulets rouges sur le bilan du président de la République, dont elle a qualifié la mandature de « quinquennat Fouquet's ». Selon la maire de Lille, rien n'est bon dans ces cinq années qui se sont soldées par davantage « de dette, de chômage de désindustrialisation, d'inégalités, de déficit commercial », etc. Martine Aubry s'en est surtout prise à la politique économique du président qui, selon elle, se traduit in fine par « 350.000 emplois perdus et 36 milliards d'euros supplémentaires de déficit commercial ». Au passage, elle s'est moquée des propos de François Fillon de 2007 déclarant être en charge d'un Etat « en quasi faillite » ; « les caisses n'étaient pas si vides puisqu'ils ont institué le bouclier fiscale et réformé l'ISF ».

Affichant une loyauté sans faille au candidat socialiste François Hollande, la patronne du PS a annoncé la couleur : si la gauche parvient au pouvoir la « hausse de la TVA qui n'a de sociale que le nom sera annulée ». Et de constater que le manque à gagner découlant de la réforme de l'ISF aurait été bien utile pour servir de mode de financement alternatif à la protection sociale. La maire de Lille s'est aussi interrogée sur la volonté réelle de Nicolas Sarkozy d'accélérer l'instauration d'une taxe sur les transactions financières, déclarant « François Hollande, lui, la fera, comme il rapprochera la CSG et l'IRPP, comme il rétablira la retraite à 60 ans pour ceux qui ont travaillé tôt, comme il instaurera le contrat de génération ». La générale en chef des armées socialistes s'est mise en mouvement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/02/2012 à 17:03 :

au lieu de défaire ce qu' une majorité fait, politiciennes et politiciens faisaient preuve de création . Pendant 30 ans vous avez toujours refusé le progrès et mené une politique de rentier
a écrit le 17/01/2012 à 16:38 :
Rien n'est plus nocif pour les plus pauvres que la justice définie sur les base de l'égalitarisme.L'important est combler les déficits et financer les dépenses incontrôlées de l'état et du système social français qui va mourir par excès de son cout.Les décisions ne seront bientôt plus prise par choix mais par obligation. On va dans le MUR comme la Grèce.... OUI à la TVA sociale car ceux qui dépensent beaucoup donc ceux qui gagnent beaucoup paieront plus en valeur absolue que ceux qui dépensent moins donc ceux qui gagnent moins.Il faut raisonner en valeur absolue sinon c'est de l'idéologie et de la démagogie ...électoraliste.
a écrit le 17/01/2012 à 9:37 :
Peut-être que cet article vous donnera quelques éclairages supplémentaires : http://agaucheouadroite.blogspot.com/2012/01/le-financement-de-la-secu-et-lemploi.html

Je n?y évoque pas le soupçon qui pèse sur les syndicats d?être plutôt hostiles à la poursuite de la fiscalisation du financement de la sécurité sociale par la perte de pouvoir qu?elle induirait pour eux (fin de la gestion paritaire)
a écrit le 15/01/2012 à 11:08 :
...et nous continuerons la construction de mosquées... ainsi dans très peu d'années la France sera terre d'islam.

A dégager !
a écrit le 11/01/2012 à 0:00 :
Je ne comprends pas les socialistes, la TVA sociale c'est quand même bien, c'est une mesure sociale, ou socialiste, comme le nom indique. Ils s'agit de taxer ceux qui dépensent en ce temps de crise, notamment ceux qui dépensent pour les articles de luxe ou de comfort. Comme on sait, on devra tous rembourser la dette, on a vécu à crédit, ce sera le temps de rigueur, même pour les riches, et surtout pour les riches, car ce sont eux qui dépensent le plus pour les articles et services de n-ième nécessité en tant que consommateurs, tandis que les pauvres, dépensant surtout pour les articles de première nécessité, ne paieraient rien ou presque rien (car leurs articles et services de première nécessité ne seraient pas taxés).
Réponse de le 11/01/2012 à 10:31 :
je n'ai pas vu que cette tva ne toucherait que les articles de luxe.. Les pharmaciens ont déjà changés les etiquettes, tout comme le boulanger.. comme si ce n'était pas déjà assez cher.. Par contre, 10 e de plus sur une chambre à 200 e la nuit, la c'était scandaleux..
a écrit le 10/01/2012 à 23:52 :
Je ne comprends pas,on à viré Jospin pour la politique socialiste et maintenant avec la plus grande crise depuis 1939 ils veulent nous remettre le couvert sur la distribution d'impôts supplémentaires au gens qui on trimé en étude et dans leur travail pour arrivé à se construire une réussite professionnel et payé encore plus en impôt.C'est lamentable ces vieux politiciens qui n'ont plus d'enfants à charge et veulent nous prendre pour encore des vaches à lait. Mobilisons nous pour ne pas voir le socialisme de Jospin revenir
Réponse de le 11/01/2012 à 10:23 :
pas assez trimé en étude:
"qui onT trimé" "pour arriveR" "et payeR"
réfléchissez à qui cette crise profite!
Exemple: Bettencourt avait-elle besoin que l'état français, lui redonne des dizaines de millions d'euros? ces millions manquent pour réduire la dette et ce ne sont pas des conséquences de décisions socialistes, mais bien celles du président actuel.
Réponse de le 11/01/2012 à 12:42 :
Vous n'avez pas tout compris. l'état emprunte et seul(e)s les riches prêtent. Aussi plus la ristourne est grande plus l'état peut emprunter; c'est le circuit libéral. Parfois des enveloppes se perdent mais pas pour tout le monde.
a écrit le 10/01/2012 à 23:28 :
Le PS et Aubry soffrent d'amnésie. Ils ont détruit la sidérurgie française au cours du premier septenat de Mitterand. Ils ont établi le taux de croissance sur la consommation et cassé le rythme de travail avec la loi des 35 heures, passée en force(par effraction dirait certain) multiplié les avantages sociaux, limité l'imposition des grandes entreprises(Fabius) et ils veulent donner des leçons au gouvernement actuel qui subit une crise majeure et doit gérer les dérives des mandats socialistes de 1981à 2002.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :