France : les champions à l'export s'essoufflent

 |   |  323  mots
Copyright Reuters
L'année 2012 s'annonce difficile pour la pharmacie, l'agroalimentaire et l'automobile.

Conséquence de la récession annoncée en zone euro à partir du quatrième trimestre 2011, une grande partie des secteurs de l'économie française assisteront à une baisse de leur production en 2012, annonce le baromètre annuel "France secteurs" publié mercredi par LCL-Crédit Agricole. Les secteurs encore dynamiques afficheront par ailleurs une progression modérée. Avec un gain de 2,5 % des volumes produits par rapport à 2011, les engrais et la mécanique de précision seront par exemple les plus performants...

Surtout, la prévision annonce l'essoufflement de plusieurs des champions à l'export du pays. Rien à craindre pour l'aéronautique, premier contributeur à la balance commerciale en 2011 : sa production est annoncée en hausse de 2,5 % en 2012 grâce au relèvement des cadences de production de l'Airbus A320. En revanche, les industries agroalimentaires (troisième contributeur) devraient stagner en 2012. Face à la crise, les ménages arbitreront leurs achats au profit des premiers prix, ce qui profitera aux importations de produits bénéficiant de coûts moindres sur les matières premières ou de contraintes salariales plus faibles. La pharmacie (au 5e rang des contributeurs à la balance commerciale) devrait également passer une année médiocre, avec une hausse de 1,5 % de sa production en valeur (+ 2,3 % en 2011). La filière est confrontée à la réduction des dépenses de santé en Europe comme à une dégradation de son image à l'export liée au scandale du Mediator.

Quant à l'automobile, dont les performances à l'export ont décroché ses dix dernières années, elle verrait sa production chuter de 7,5 % pour les voitures particulières, de 15 % pour les utilitaires. Inquiets de la remontée du chômage, les consommateurs devraient en effet limiter leurs achats, tandis que les constructeurs auront des difficultés à maintenir les efforts tarifaires consentis après la fin de la prime à la casse. Seule la filière des équipements automobiles résistera (- 4% tout de même), grâce à la demande allemande.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/01/2012 à 21:21 :
Merci l' Euro !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :