Hollande et Sarkozy dans le piège du nombre de fonctionnaires

 |   |  543  mots
Manifestation de fonctionnaires des collectivités territoriales. photo : AFP
Manifestation de fonctionnaires des collectivités territoriales. photo : AFP
Les deux candidats s'enferrent dans des contradictions, s'agissant de la gestion affichée du nombre de fonctionnaires. Nicolas Sarkozy prévoit de mettre fin à la baisse des effectifs enseignants dans les écoles primaires. De quoi rendre son engagement de ne pas remplacer un fonctionnaire sur deux partant en retraite encore plus difficile à tenir

C'était écrit dans son discours prononcé mardi sur le sujet de l'éducation, il ne l'a pas dit, mais sa porte parole confirme la teneur de l'information: Nicolas Sarkozy a décidé de ne plus supprimer de postes d'enseignants dans l'école primaire. Il prend cette décision face à la grogne montante des parents d'élèves, qui dénoncent les suppressions de classes. Une décision qui ne s'appliquerait qu'en 2013, au cas où le président sortant serait réélu. Elle est compréhensible: pour diminuer chaque année d'environ 30.000 le nombre de fonctionnaires d'Etat (la règle édictée du non remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant en retraite), il a bien fallu tailler dans les effectifs de l'éducation nationale, où se logent la moitié des agents. Des subterfuges lourds de conséquences ont été utilisés, tels la suppression d'une année de stage pour les nouveaux enseignants (stagiaires, ils étaient déjà comptés comme fonctionnaires), mais, aujourd'hui, on touche à l'os. D 'autant que le nombre d'élèves augmente (+6.000 dans le primaire, cette année). Voilà pourquoi, après la suppression, encore, de 5.700 postes à la rentrée prochaine dans le premier degré (maternelle et primaire), comme...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/03/2012 à 18:32 :
Le fait de maintenir les effectifs enseignants dans le primaire n'empêche absolument pas de diminuer les fonctionnaires outrageusement trop nombreux dans les bureaux du ministère. Compte tenu en plus de leur nombre tellement excessif, on pourrait même envisager le remplacement de seulement 1 sur trois et non pas un sur deux.
a écrit le 02/03/2012 à 7:01 :
Sarkozy et Hollande? Ah oui, les deux chefs de gangs des fonctionnaires de police vu hier soir dans envoyés spécials!!!!!Elle est belle la FRANCE!!!!!!
a écrit le 02/03/2012 à 6:41 :
Le principe des vases communiquant est connu. Les fonctionnaires qu'il n'enlèvera pas à l'éducation nationale, il le fera dans d'autres ministères.
Réponse de le 02/03/2012 à 12:04 :
Et alors ?
Réponse de le 03/03/2012 à 8:25 :
@Ben voilà : Et alors, pourquoi se limiter. Il faut réduire le nombre de fonctionnaires dans tous les ministères, y compris l'éducation nationale, voir privatiser l'enseignement à partir de la 6ème. Et tant qu'à faire, supprimer l'allocation scolaire source de déficit.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :