Les DRH voient l'avenir avec prudence

 |   |  505  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : AFP)
Le baromètre annuel "Défi RH" montre que les DRH affichent une grande prudence sur le front de l'emploi pour les mois à venir même si seulement 9% s'attendent à devoir gérer un plan social. La rupture conventionnelle du contrat de travail est considérée comme la mesure sociale phare du quinquennat Sarkozy.

Croissance molle, crise de l'Euro... De quoi inciter les directeurs des ressources humaines (DRH) à afficher la plus grande prudence quant au climat social attendu dans les entreprises pour les mois qui viennent. C'est ce que montre la 3ème édition du baromètre "Défi RH", réalisé par l'Association nationale des directeurs de ressources humaines (ANDRH) et le cabinet de conseil en management "Inergie" pour le compte de l'hebdomadaire spécialisé "Entreprise § Carrières". Ce sondage, effectué  pour la troisième année consécutive auprès de 213 DRH, confirme que les entreprises sont très attentistes sur le front de l'emploi.

9% des DRH s'attendent à gérer un plan social

Ainsi, 28% des responsables de ressources humaines interrogés pensent avoir recours à l'intérim d'ici la fin 2012, en baisse de neuf points par rapport à 2011. Ils sont 34% à s'attendre devoir geler les embauches envisagées et 27% à devoir procéder à moins de recrutements. En revanche, ils ne sont "que" 9% à s'attendre devoir gérer un plan social, soit une hausse de 4 points cependant par rapport à 2011. Enfin, 7% envisagent devoir gérer des mesures de chômage technique.
En revanche, 18% des DRH anticipent un conflit social (+ 4 points) qui porterait pour une immense majorité (74%) sur la question des rémunérations. A cet égard, 35% des professionnels consultés s'attendent à une dégradation du climat interne dans leur entreprise. Une minorité donc mais en progression de 6 points sur un an.

Plébicite pour la la rupture conventionnelle du contrat de travail

Par ailleurs, interrogés sur le bilan du quinquennat Sarkozy en matière de législation du travail, ils sont 81% à estimer que la rupture conventionnelle du contrat de travail est la meilleure des mesures adoptées.... Sa genèse en revient d'ailleurs aux syndicats et au patronat.  Viennent ensuite la réforme des retraites (52%), le service minimum dans les transports (39%), la réforme de 2008 de la représentativité syndicale (32%) - même si 47% des DRH estiment qu'elle a eu un impact limité dans leur entreprise - et les heures supplémentaires défiscalisées (25%). A noter que , sans surprise, vue la complexité et le flou de la mesure, que la prime "de partage des profits", arrive en queue des mesures avec 9% d'adhésion. D'ailleurs, cette prime "de 1.000 euros" annoncée en 2011 n'a réellement concerné qu'un quart des entreprises sondées et pour un montant réel versé inférieur à ... 200 euros dans 45% d'entre elles. En revanche, le principe du partage du profit au sein de l'entreprise selon la règle des "trois tiers" (investissement, actionnaire, salarié) recueille l'agrément de plus de la moitié des DRH (58%), contre 25% de réfractaires. En revanche, s'agissant cette fois des promesses des deux candidats finalistes à l'élection présidentielle, 48% des DRH se disent intéressés par le "contrat de génération" proposé par François Hollande mais une forte minorité de 35% se dit indifférente. S'agissant de la TVA sociale, en contrepartie de la baisse des cotisations sociales, instaurée par Nicolas Sarkozy s'il avait été reconduit, 56% des DRH étaient "pour" contre 25% de réfractaires.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :