Les projets urbains parisiens gangrénés par une guéguerre politicienne

 |   |  528  mots
L'aménagement de la porte de Charenton fait partie de ces projets majeurs dont on ne discute pas.
L'aménagement de la porte de Charenton fait partie de ces projets majeurs dont on ne discute pas. (Crédits : Reuters)
Jamais autant de projets urbains d’envergure n’ont suscité aussi peu de débats de fond à Paris. Anne Hidalgo en présente une impressionnante série au prochain conseil de Paris, mais l’opposition ne s’occupe que de museler ses éventuels dissidents pour la mettre en minorité sur la tour Triangle.

« Je ne sais plus. Vraiment. Il y a un mois, on pouvait savoir qui, à l'UMP ou l'UDI, dans un vote à bulletin secret, soutiendrait Anne Hidalgo. Aujourd'hui, Nathalie Kosciusko-Morizet est tellement dans une stratégie politicienne déconnectée de la réalité économique, que je ne sais plus rien. »  C'est l'un des meilleurs connaisseurs de la tour Triangle, un chef d'entreprise élu, qui parle ainsi.

Lundi matin, Anne Hidalgo présentera au conseil de Paris le projet de déclassement du terrain de la porte de Versailles qui permettra de construire cette tour, dont le permis de construire est déjà déposé, et que tous les groupes politiques parisiens (sauf les Verts) soutiennent depuis le début, mais dont NKM a décidé, pendant sa campagne, qu'elle ne se ferait jamais. Une tour essentiellement de bureaux, 500 millions d'investissement d'Unibail, jointe au Parc des Expositions de la porte de Versailles, que Viparis est en train de rénover totalement pour 500 autres millions.

Sur le premier projet : Jacques Herzog et Pierre de Meuron. Sur l'autre : Dominique Perrault, Christian de Portzamparc et Jean Nouvel. Architecturalement. Mais comme le dit Jean Louis Missika, l'adjoint d'Anne Hidalgo en charge de l'urbanisme, « Paris est la seule ville au monde où l'on se pose ce type de question : doit-on ou non faire un projet à l'intérêt économique évident ? Un projet qui génére 5.000 emplois pour sa construction et en crée 5.000 pour son exploitation ? Un projet d'une qualité environnementale quasi parfaite ? Il y a un microclimat politicien à Paris, alors que la seule question que l'on devrait se poser, c'est de savoir si c'est un bon projet pour Paris ou non ! »

UDI, UMP et PC ont des positions à géométrie variable

Il est vrai que la teneur des discussions politiques de couloir n'est pas forcément à la hauteur des projets urbains que veut faire passer Anne Hidalgo la semaine prochaine. Entre des communistes, dont on ne sait pas encore ce qu'ils vont faire et dont le président de groupe tombe subitement malade lorsqu'on lui demande sa position sur la tour Triangle, et des UMP qui passent plus de temps à faire la chasse aux dissidents potentiels qu'à élaborer des raisons sérieuses de refuser aujourd'hui ce qu'ils ont voté hier, des centristes qui se plaignent des pressions des lobbies de la promotion immobilière ou du monde économique pour les faire changer (une fois de plus !) de position, il n'y a que les Verts qui sont constants : contre, quoi qu'il arrive !

La maire de Paris, lors du conseil de Paris du 17 novembre, joue l'avenir des grands projets urbains de la capitale pour sa mandature. Mais le débat purement politicien sur la tour Triangle peut phagocyter celui sur les 23 sites urbains pour réinventer Paris ou ceux de l'hôpital Saint-Vincent-de-Paul (transformé en écoquartier), de Bercy Charenton, de la Porte Maillot, et beaucoup d'autres.

Anne Hidalo est en train de redessiner Paris, en particulier avec ses projets sur les portes de Paris (La Chapelle, Aubervilliers, Charenton...), et elle le fait de plus en plus avec les communes avoisinantes (Saint-Denis et Aubervilliers, peut être Neuilly). Et les débats sont quasiment inexistants. Dommage.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/11/2014 à 16:16 :
Paris, c'est l'histoire de la grenouille qui est déjà devenue aussi grosse que le boeuf, mais comme il reste encore un peu d'argent public au fond des tiroirs, elle ne s'en est pas aperçue, donc elle insiste pour continuer à grossir encore.
a écrit le 14/11/2014 à 13:51 :
Ah bon, finalement les caisses de Paris sont à nouveau pleines pour lancer ce genre de projets ??
a écrit le 14/11/2014 à 12:37 :
Laissons construire cette tour. Quand elle restera desesperement vide, il sera temps de la transformer en ferme urbaine. En plus, les espaces humides du Tarn auront une chance supplémentaire de survie.
a écrit le 14/11/2014 à 12:08 :
Mais que ces architectes mégalos qui veulent détruire Paris soient pendus au gibet de potence....
a écrit le 14/11/2014 à 11:24 :
J'aimerai bien aussi savoir d'où vient l'image de Bercy - porte de Charenton que vous montrez. Sauf erreur de ma part, ce n'est pas le projet de la municipalité !
a écrit le 14/11/2014 à 11:21 :
Arrêtons le délire ! Tous ces projets sont connus depuis longtemps et ne sont mis en paquet ici que pour noyer le problème de la tour triangle. Quant au aux 23 sites pour inventer Paris, j'avoue que c'est un bon coup de com', mais on sait déjà ce qui se passera sur les plus gros. Pour le reste, il s'agit d'amuser la galerie.
a écrit le 14/11/2014 à 9:10 :
la mégalomanie ne connait pas de limite. Ce sont ceux qui votent qui sont responsables ,car une fois élus la dictature reprend le dessus et les dirigeants n'en font qu'à leur tête sans se soucier de leur électorat.
a écrit le 14/11/2014 à 8:19 :
...qui coutejnt cher aux Parisiens. Je propose que tous les pseudos-projets en cours soient annules et qu'on mette des parcs publics a la place. Paris a besoin de verdure.
a écrit le 14/11/2014 à 0:22 :
Tiens, un peu plus de bureaux à Paris ? Mais je croyais qu'il y en avait déjà trop. 5000 emplois en plus ? La semaine dénièrent c'était 3000. Après faudra m'expliquer comment rajouter des mètres carrés de bureaux qui seront probablement vides (les tours c'est cher à l'entretien, c'est pour ça qu'on n'en fait presque plus en France) va créer des emplois. A part bien sûr pour la construction.
a écrit le 13/11/2014 à 23:20 :
Depuis Haussmann et Eiffel, on ne fait rien de bien à Paris. Un pays de fonctionnaires ne peut rien faire de bien intéressant. Cette ville disparait. Plus d'argent, plus d'ambition, plus de vie. Londres, Berlin, Shanghai, NY....oui sont spectaculaires. Paris est une capitale socialiste, sale et désagréable, pauvre. Les vieilles pierres héritées ne suffisent plus.
Réponse de le 14/11/2014 à 8:23 :
Londres, new york et Berlin sont des villes aeres avec des espaces verts et pas de logements sociaux. A bas le socialisme municipal.
a écrit le 13/11/2014 à 22:02 :
Quand je vois le bazar a porte de la chapelle et place République, je pense qu'il ne faut plus rien toucher.
Tout est fait pour pourrir la circu!

1 Parisien pas bobo!
a écrit le 13/11/2014 à 21:35 :
Il faut vite raser Notre Dame, pour construire une tour Hidalgo ... Dans 30 ans tout le monde sera d'accord avec ma proposition (sauf les Verts, qui sont contre tout et pour rien, et encore !!)
a écrit le 13/11/2014 à 20:18 :
Hidalgo veut défigurer Paris pour marquer son empreinte. De l'emploi par la construction est une chose, mais conserver un Paris humain est une autre.
D'autres projets peuvent être incités et moins démesurés. Mme Hidalgo devrait mettre un bemol à ses ambitions de petite gloire.
a écrit le 13/11/2014 à 18:41 :
A force de raisonner en termes purement politiques et idéologiques, Hidalgo se prend la monnaie de sa pièce
a écrit le 13/11/2014 à 18:31 :
On ne plante pas une tour comme çà, dans le paysage.
Surtout pour faire moderne, un mot qui ne veut rien dire.
C'est un non sens urbanistique.
Ces gens là sont revenus à l'architecture méchante des années 70.
Au secours !
Réponse de le 14/11/2014 à 11:59 :
je suis d'accord avec vous. Trop de parti pris dans cet article. Les parisiens en majorité ne veulent pas de tours. En province, on serait ravi de les recevoir (voir article sur les tgv sous-utilisés)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :