Montebourg dénonce les conséquences de la faiblesse française face à l'Allemagne

L'ex ministre de l'Economie dénonce l'alignement de François Hollande sur les postulats économiques de la droite allemande. Cette faiblesse conduit à un " vaste suicide" affirme-t-il. Il prévoit 800.000 chômeurs supplémentaires sur l'ensemble du quinquennat, la croissance n'atteignant jamais 1,6%
Ivan Best
(Crédits : DR)

« François Hollande a été élu sur le programme de la gauche française, or il applique le programme de la droite allemande ; il y a un effet d'écart qui explique largement la montée du Front national ».

Arnaud Montebourg ministre a toujours a été assez libre de parole, il l'est évidemment encore plus aujourd'hui alors qu'il n'a plus de responsabilité gouvernementale, et qu'il va d'ailleurs abandonner prochainement son dernier mandat électoral, celui de Conseiller général.

A l'occasion d'un débat organisé par le CEPII (Centre d'études prospectives et d'informations internationales), auquel participait également l'économiste Michel Aglietta, l'ex ministre a dit tout le « bien » qu'il pensait de le la politique économique menée en France, et plus généralement au sein de la zone euro. Ainsi que Michel Aglietta, qui souligne que «partout dans le monde, les économistes, les institutions disent leur incompréhension des politiques menées au sein de la zone euro depuis 2010 », Arnaud Montebourg évoque le témoignage de ses collègues étudiants à l'Insead -des managers du monde entier-, où il suit actuellement un cursus : tous avouent leur perplexité face à  la « stratégie européenne » qui mène à la « stagnation séculaire ».

"Vaste suicide"

Cette stratégie, Arnaud Montebourg la résume en deux mots : « un vaste suicide ». Pour Montebourg, le monde entier se trouve en situation de croissance, il « est sorti de la crise », -ce qui est à l'évidence un peu exagéré, à voir par exemple la situation japonaise- à l'exception unique de la zone euro. Et si l'Europe est au plus mal, c'est en raison « d'erreurs grossières » de politique économique.

« Les dirigeants ont fait disparaître la question du chômage du champ de l'action publique, ils sont obsédés par la réduction du déficit public. Or plus de chômage, c'est plus de déficit. Malgré cela, tout le monde dit qu'il faut continuer dans cette voie. »

Réorienter l'Europe

La France aurait-elle pu réorienter la politique européenne ? Oui, estime l'ancien ministre.

« François Hollande a été élu sur la renégociation des traités européens, or il n'a demandé que le report de deux ans de leur application, en échange d'un plan d'investissement de 120 milliards d'euros. Et qu'a-t-on vu de ce plan ? 250 millions d'euros en tout et pour tout. Car ce plan a été géré par le Banque européenne d'investissement, qui a pour seul objectif de conserver son triple A.  Le problème, c'est que nous n'avons cessé d'intérioriser à l'excès la vision de l'économie de la droite allemande (qui n'est pas celle de toute l'Allemagne, Angela Merkel ne représente que 40%), vision partagée par la commission de Bruxelles. Une vision purement idéologique, défendue en France par le gouvernement et par quelques éditorialistes qui tournent en boucle. Or, sur le plan de la diplomatie européenne, nous avons les moyens de nous faire entendre, l'Italie serait notamment prête à nous soutenir,  nous ne sommes pas obligés de nous aligner sur les postulats délirants de la CDU."

800.000 chômeurs de plus sur l'ensemble du quinquennat

« Le résultat » de cette faiblesse de Paris « on le voit aujourd'hui, avec toute la démocratie bruxelloise qui tombe sur la France, accusée de ne pas tenir ses objectifs » affirme Montebourg. Et bien sûr une montée du chômage. Selon Arnaud Montebourg, le nombre de chômeurs pourrait augmenter de 800.000 sur l'ensemble du quinquennat.

"Pour inverser la courbe du chômage, il faudrait 1,6% de croissance. Nous ne les obtiendrons pas d'ici la fin du quinquennat, et même après si nous ne changeons pas la politique européenne"

 La conséquence de cette situation sociale dramatique, c'est l'envolée du Front national, bien sûr. Et, dans tous les pays de la zone euro, la montée des partis qui rejettent la construction européenne.

Le CICE mal ciblé et source de gaspillage

 Quant à la politique industrielle de François Hollande, Arnaud Montebourg, qui y a largement contribué, ne peut évidemment la fustiger aussi directement. Mais il ne se prive pas de dénoncer le Crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE), qui « aurait dû être beaucoup plus ciblé sur l'industrie, au lieu d'être saupoudré comme c'est le cas aujourd'hui, et qui aurait pu du coup coûter moins cher ».

Ivan Best

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 25
à écrit le 13/12/2014 à 16:52
Signaler
La seule chose que je reproche à mes profs d'économie lorsque je posais la question alors que personnes n'avaient les pieds qui touchés terre. Comment va t'on faire pour uniformiser les taxes diverses dans l'union europeenne? et la réponse à été qu'a...

à écrit le 13/12/2014 à 16:34
Signaler
il est trop fort, en un mois il arrive à acquerir le savoir que d'autres mettent 5 ou 9 ans à ingurgiter. Il suffirait qu'il fasse 1 mois à polytechnique et 1 aux mines, et il deviendrait un grand patron, comme la france à besoin!! Quand je vois comm...

à écrit le 10/12/2014 à 19:07
Signaler
Il a entièrement raison,Montebourg,on ne supporte plus le manque d'autorité de tous nos représentants sur la scène européenne,mais taper sur la table,ne versez plus un centime,et quitter les sommets si nécessaire.Et surtout demander,à tous ses petits...

à écrit le 03/12/2014 à 14:28
Signaler
Et que propose Mr Montebourg? 2000 milliards de dettes supplémentaires? N'est-ce pas cet Etat dirigiste (qu'il a défendu) qui nous a mis dans cette situation de faiblesse?

à écrit le 03/12/2014 à 11:06
Signaler
Ouf, l'immobilier est reparti... et fortement en plus ! La preuve : Montebourg avait déclaré un appartement dans Paris à 850,000 euro en 2013... Cette année, l'appartement est mise en vente avec une augmentation de plus de 50% !!! comme je ne peux p...

à écrit le 03/12/2014 à 8:40
Signaler
je croyais qu'il avait dit ne plus faire de politique ?

à écrit le 03/12/2014 à 7:52
Signaler
Enfin une analyse lucide de la cause de l'échec programmé de la politique de Hollande ! Il fallait aller au clash avec l'Allemagne dès le début du quinquennat ! Hollande ne la pas fait : eh bien, c'en était terminé de la lutte contre le chômage ! ...

à écrit le 03/12/2014 à 7:48
Signaler
Sa declaration de patrimoine etait faible aussi sous estimation de son appart 50%...Tous ces politiques qui nous font la morale....

à écrit le 03/12/2014 à 6:35
Signaler
On serait des faibles... que dire du classement des écoles françaises au FT?

le 03/12/2014 à 11:08
Signaler
Faudrait demander à Montebourg, lui qui va prendre des cours d'économie... dommage qu'il ne l'ai pas fait AVANT d'être ministre à Bercy !!

à écrit le 02/12/2014 à 23:06
Signaler
Au dela des sancho panza, pouvez-vous commenter le sondage du 2 déc, date de couronement et pas aux dents, qui dit législatives: en moyenne une réduction au cinquième: restent le fons? Sait-on compter jusqu'à 5? Le 5ème reste ou est changé! Qu'on vie...

à écrit le 02/12/2014 à 21:51
Signaler
La faiblesse française? N'est-t-elle pas visible dans le classement des écoles? escp en 12éme européen... etc etc

à écrit le 02/12/2014 à 20:41
Signaler
Enfin on parle du suicide européen! Voila le désastre qu'on a fait et ça c'est la politique! Qu'on vienne aux élections sur le déficit et le chômage!

à écrit le 02/12/2014 à 20:19
Signaler
il peut donner des leçons d'économie maintenant qu'il s'est formé à l'INSEAD ?

à écrit le 02/12/2014 à 20:01
Signaler
Avec Boutin, Lang, les Balkanies, Copé et tous leurs amis. Flamby y a beaucoup perdu. Moins de Montebourg, c'est moins de tirages et moins de PIB à la fin. Mdt

le 03/12/2014 à 8:01
Signaler
Vous mélangez des torchons avec une serviette. Arnaud n'a jamais été soupçonné de quoi que ce soit.

à écrit le 02/12/2014 à 19:40
Signaler
Montebourg qui parle d'économie, c'est un chauffeur de pouss-pouss sri lankais qui parle de physique quantique...

à écrit le 02/12/2014 à 19:23
Signaler
il faut acheter français et non allemand! Les allemands achètent allemand en priorité et non français!

à écrit le 02/12/2014 à 18:51
Signaler
Le suicide français c'est avant toute chose, le vote socialiste. Ça a commencé en 1981. Maintenant il est trop tard. La France ne sera pas réformée. L'Allemagne n'y changera rien ni Bruxelles. Les 57 % du pib de dépenses publiques, c'est le socialism...

le 02/12/2014 à 19:23
Signaler
Oui ok, et à part ça l'UMP/RPR n'ont pas été au pouvoir pendant 15 ans ? Ah mince, les dépenses de l'état ont à ce moment là augmentées plus vite que sous les gauchistes. L'UMP, arrêtez de nous faire rire.

le 02/12/2014 à 19:39
Signaler
Sarko qui nous endetté de 700 milliards supplémentaires, record absolu.

le 02/12/2014 à 20:40
Signaler
Avant de lancer des chiffres fantaisistes, analysez la chose et sans crise profonde comme la précédente votre chouchou à contribué à bientôt doubler celle ci-, mais par incompétence.

le 03/12/2014 à 8:06
Signaler
Le chouchou, Hollande je suppose a récupéré le pays avec une dette astronomique, gonflée par son prédécesseur, Sarko, ce qui ne lui laissait plus les mains libres, parce qu'il fallait déjà rembourser près de 100 milliards pas ans. Sarko en avait 2 fo...

à écrit le 02/12/2014 à 17:57
Signaler
La Tribune a finalement trouvé sa "glorieuse" vocation : créer la bisbille entre la France et l'Allemagne ! au même temps que ce canard virtuel se veut "pro-Europe", il fait justement le contraire avec la teneur tendancieuse de ses articles. La comp...

à écrit le 02/12/2014 à 17:56
Signaler
ce gars aiment VRAIMENT se foutre de la gueule des gens.... ne desesperons pas, il a appris la gestion d'entreprise en 1 mois a insead, il devrait aller 1 mois a l'ensae pour apprendre l'economie en accelere ( econometrie comprise...)

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.