L’organisation de la Coupe du Monde 2030 suscite des convoitises en Amérique du Sud

 |   |  683  mots
Après le Brésil en 2014, un autre pays sud-américain organisera-t-il la coupe du monde en 2030 ?
Après le Brésil en 2014, un autre pays sud-américain organisera-t-il la coupe du monde en 2030 ? (Crédits : Reuters)
Alors que la désignation du pays hôte du mondial 2030 ne devrait pas intervenir avant 2022, différents pays sud-américains sont déjà entrés en campagne pour représenter la candidature officielle du sous-continent. Une lutte qui génère déjà quelques remous au sein de certaines fédérations. Explications.

Alors que les attributions des Mondiaux 2018 et 2022 sont sujets à controverse et que la désignation du pays hôte de la Coupe du Monde 2026 n'interviendra pas avant 2018, certaines fédérations d'Amérique du Sud ont entamé des démarches pour déposer une candidature officielle auprès de la FIFA pour l'organisation du Mondial 2030. Si les actions déployées par les pays d'Amérique du Sud paraissent prématurées, la bataille risque d'être féroce afin d'obtenir l'organisation de ce Mondial.

Cette précipitation des fédérations sud-américaines est notamment due à l'anniversaire du centenaire de la Coupe du Monde célébré lors de l'édition 2030. Le système de rotation continentale de désignation des pays hôtes instauré par Sepp Blatter associé à la volonté non-dissimulée de la FIFA d'attribuer le Mondial du centenaire à une région qui a accueilli la première édition donnent une sérieuse avance aux candidatures sud-américaines quant à la désignation du pays hôte. Si le vote est soumis au Comité Exécutif de la FIFA, de nombreux dirigeants seront sensibles aux deux arguments précédemment cités.

Devant le succès du dernier mondial brésilien - malgré quelques risques de tension sociale avant l'événement - et la possibilité d'organiser la Coupe du Monde du centenaire, différentes fédérations ont déjà envisagé de présenter une candidature. Différentes discussions ont déjà été entamées au sein des réunions organisées par la Conmebol afin d'élaborer la liste des postulants.

L'Uruguay joue sur plusieurs tableaux

Pays hôte et vainqueur de la première édition de la Coupe du Monde, l'Uruguay s'est rapidement manifesté concernant sa volonté d'organiser le Mondial du centenaire. Néanmoins, l'Uruguay souhaite réaliser une organisation conjointe avec un autre pays d'Amérique du Sud afin de pouvoir supporter les investissements financiers nécessaires à l'accueil d'un tel événement.

L'Argentine, finaliste du Mondial de 1930, a rapidement manifesté son intérêt concernant une organisation conjointe avec l'Uruguay. Selon la fédération argentine, les dirigeants de la fédération uruguayenne auraient accepté la proposition émise par l'Argentine. Néanmoins, début novembre, le président de la fédération chilienne, Sergio Jadue, a manifesté au grand public son intention d'organiser la Coupe du Monde 2030 en compagnie de... l'Uruguay.

La Colombie est candidate

Une annonce qui a entrainé la fureur de la fédération argentine, croyant avoir bouclé les négociations avec la fédération uruguayenne. Face à cette situation de quiproquo, l'Argentine et le Chili auraient finalement décidé de monter un projet de candidature autonome, sans co-organisation. La fédération uruguayenne a démenti cette affirmation et poursuit, selon elle, les discussions avec les deux fédérations.

En attendant, une nouvelle candidature sud-américaine pourrait émerger. Il s'agit de la Colombie dont la fédération a indiqué être intéressée par l'organisation de ce Mondial du centenaire. La Colombie aurait déjà refusé l'idée d'une co-organisation avec un autre pays malgré une proposition de... l'Uruguay.

Pour le moment, la Conmebol - institution équivalente à l'UEFA en Amérique du Sud - n'a pas exprimé publiquement son avis concernant les candidatures pour l'organisation du Mondial 2030. Néanmoins, afin de maximiser les chances d'une organisation en Amérique du Sud, l'institution sud-américaine devra absolument mettre d'accord l'ensemble des fédérations rattachées à son organisation sur le principe de proposer une seule et unique candidature à la FIFA afin de ne pas éparpiller les voix du continent. Une situation qui pourrait vite dégénérer en poudrière tant les velléités au sujet de l'organisation du Mondial du centenaire sont fortes dans la région.

Site spécialisé dans l'actualité foot-business, Ecofoot.fr traite quotidiennement des sujets économiques, marketing, stratégiques et organisationnels liés à l'univers footballistique. De la renégociation de droits TV aux stratégies d'expansion commerciale à l'international, en passant par les changements actionnariaux à la tête des clubs...

 https://twitter.com/ecofoot

Ecofoot.fr

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/12/2014 à 13:44 :
C'est plus que normal, somme toute la plus grande tradition de football se place là-bas, Ce n'est qu'en utilisant le "foot-bourse" avec de l'argent des milliardaires du Golfe persique que l'Europe est devenu le plus grand marché pour ce sport. Mais la tradition et les meilleures écoles de foot restent sud-américaines, bien entendu. À la plus forte raison les plus grandes "stars" sont des sud-américains.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :