Un budget 2015 sur les rails pour Jean-Paul Huchon

 |   |  657  mots
Un million de passagers par jour dans les tramways financés par la Région Ile de France
Un million de passagers par jour dans les tramways financés par la Région Ile de France (Crédits : STIF)
Tout pour le transport, « principale inégalité de l’Ile-de-France », selon Jean Paul Huchon: c'est donc plus du tiers du budget 2015 de la Région qui ira aux transports. Certains postes, comme le développement économique, ont un peu de mal à se faire une place, mais les agences de notation sont, elles, très satisfaites

Principale dépense : les transports. Principal investissement : les transports. Le budget 2015 de la Région Ile de France transforme presque Jean Paul Huchon en chef de gare : 35% de son budget est consacré à tout ce qui roule sur des rails (1.8 milliard d'euros) ainsi que 43% des investissements (un peu de plus de 500 millions d'euros).

Cela permet à Jean Paul Huchon de calculer que, si l'on ajoute les investissements conjoints de la Région, de l'Etat, de la SNCF et de la Société du Grand Paris, ce sont plus de 3 milliards d'euros qui vont y être investis pour la seule année 2015.

L'Ile-de-France est la seule région qui ait la compétence exclusive sur les transports, mais l'addition est en conséquence.

Pierre Serne, le vice-président en charge des transports -le « chouchou de la classe », selon Marie Pierre de la Gontrie, vice-présidente en charge du budget-, pense d'ailleurs être dans « le cas, pas fréquent, d'un élu qui peut dire qu'il a tenu tous les engagements sur lesquels il a été élu ».

Il a beaucoup rué dans les brancards en 2014, pensant que l'Etat n'allait pas tenir ses engagements financiers sur les transports franciliens, ou que la SNCF et surtout la RATP trainaient des pieds dans leurs investissements. Et il a gagné sur tout, présentant même quasiment ses excuses à la RATP qui a ouvert le troisième quai de la station Denfert-Rochereau il y a quelques jours, en temps et en heure. Ça n'a l'air de rien pour un provincial, mais les usagers de la ligne B du RER et de la 4 et de la 6 de la RATP comprendront...

Le passe Navigo unique à 70 euros, c'est pour l'automne 2015

Jean-Paul Huchon, dont nul ne sait s'il se représentera en 2015, présente quand même un budget qui pourrait le mettre sur des rails... Surtout que le Pass Navigo toutes zones à 70 euros fonctionnera à l'automne 2015, quelques semaines avant le premier tour des élections régionales.

Valérie Pécresse, qui a programmé son accession à la présidence de la Région pour 2015, va avoir du mal à voter contre ce Pass, même si elle dit que, une fois élue, elle demandera au gouvernement de supporter son coût.

Mais elle met aussi le doigt sur le défaut majeur du budget : les transports mangent tout, et les autres postes sont parfois réduits à peu de choses. L'exemple, c'est le développement économique qui pourrait être, avec la réforme territoriale en cours, de la seule compétence des Régions. Or, en Ile-de-France, une fois enlevés les 80% de dépenses contraintes (lycées, formation, transports, santé ou fonctionnement), il reste peu à se partager : 227 millions d'euros en 2015 pour Jean-Paul Planchou, le vice-président en charge, dont 160 millions pour l'investissement. Essentiellement en faveur d'aides aux entreprises dans des dispositifs.

Cela peut paraître peu s'agissant de la première région économique d'Europe avec ses 607 milliards de PIB et dont la nouvelle agence régionale sur le développement économique n'a « que » 13 millions de budget en 2015. Valérie Pécresse estime que la baisse du budget pour le développement économique a été de 36% sur le mandat en cours.

L'agence Standard and Poors tresse des lauriers à la région

L'agence de notation Standard and Poors vient, de son côté, de tresser des lauriers à la région et « considère sa gouvernance et sa gestion financière comme très forte ».

La question du développement économique sera en tout cas le débat majeur de 2015 à cause, d'une part, des élections régionales, et à cause, surtout, de la création de la Métropole du Grand Paris : elle commencera à fonctionner le 1er janvier 2016 et elle entend bien le faire avec une attribution économique clairement définie par les textes.

Le Sénat n'y est pour l'instant guère favorable, l'Assemblée en discutera en janvier, puis, tout au long de 2015, les élus du Grand Paris. Joli mais difficile débat.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :