Fort recul des commandes de biens durables et des ventes de logements neufs aux Etats-Unis

 |  | 624 mots
Les commandes de biens durables chutent en août
Les commandes ont chuté de 4,5% en août par rapport à juillet, un recul nettement plus fort qu'attendu. Les ventes de logements neufs plongent, elles, de 11,5%. Par ailleurs, le nombre de nouveaux chômeurs a atteint, au 20 septembre, un plus haut depuis septembre 2001.

Nouveaux signaux négatifs pour l'économie américaine. Les commandes de biens durables ont chuté de 4,5% en août par rapport à juillet, après une hausse de 0,8% le mois précédent, a indiqué ce jeudi le département du Commerce. C'est nettement moins bien que ce qu'attendaient les économistes, qui tablaient sur un recul des commandes allant de 1,3% à 1,9%.

Cette baisse est la plus forte depuis janvier. Le chiffre de juillet a de surcroît été révisé à la baisse pour ressortir en hausse de 0,8%, contre 1,3% précédémment annoncés. Sur un an, les commandes sont en baisse de 1,6% en août.

Par rapport à juillet, elles ont baissé de 3% hors transports (après +0,1% en juillet) et de 5% hors défense (après +1,9%). Les dépenses d'investissement hors défense et hors aviation, qui donnent une bonne mesure de l'effort des entreprises dans ce domaine, ont baissé de 2% en août après une augmentation de 0,4% le mois précédent (chiffre révisé en nette baisse par rapport aux 2,6% précédemment annoncé).

Le secteur des transports a affiché la plus forte baisse, avec -8,9% (après +2,8% en juillet). Les commandes d'avions commerciaux ont ainsi chuté de 38,1%, et celles d'avions militaires de 12,5%. Celles de l'automobile affichent un recul de 8,1%. Les commandes ont reculé de 9,3% pour les métaux bruts (après +2,9%) mais progressé de 0,6% pour les métaux transformés (après +1,1%). La baisse a atteint 6,2% pour les machines outils (après +3,7%).

Le secteur des équipements électriques a enregistré un recul de 2,2% des commandes après une chute de 8,1% le mois précédent, tandis que celui des ordinateurs et produits électroniques a affiché une progression de 1,9% (après -4,5% le mois précédent). Les commandes d'équipements militaires ont avancé de 9,4% après une chute de 19,6% le mois précédent.

Les livraisons de biens durables ont reculé de 3,5% en août, après une hausse de 2,3% en juillet et de 0,9% en juin. Les carnets de commandes ont progressé de 0,4%, après 0,8% en juillet, et les stocks de 0,7%, après 0,9% le mois précédent.

Un autre mauvais chiffre est tombé ce jeudi concernant l'économie américaine, celui des ventes de logements neufs au mois d'août. Elles ont plongé de 11,5% par rapport à juillet, soulignant que la crise du marché de l'immobilier outre-Atlantique n'est pas terminée. Les transcations mensuelles se sont limitées à 460.000 contre 518.000 attendues et 520.000 en juillet. En glissement annuel, elles reculent de 7,3%.

Par ailleurs, les nouvelles demandes hebdomadaires d'allocations de chômage ont augmenté de 32.000 au 20 septembre, par rapport à la semaine précédente, pour s'établir à 493.000 en données corrigées des variations saisonnières, a indiqué le ministère du Travail. Le nombre des nouveaux chômeurs inscrits en une semaine est ainsi au plus haut depuis le 29 septembre 2001.

C'est bien plus que les prévisions des analystes, qui tablaient sur 450.000 demandes. Le nombre des nouvelles demandes de la semaine précédente a été revu en hausse à 461.000 (au lieu de 455.000). Le ministère estime que cette forte hausse s'explique en grande partie par les effets des ouragans Gustav et Ike, qui ont frappé le Sud des Etats-Unis fin août et début septembre, et auraient entraîné à eux deux au total 50.000 nouvelles demandes (en données brutes).

En moyenne sur quatre semaines, chiffre considéré comme plus représentatif, le nombre des demandes a augmenté de 16.000 pour s'établir à 462.500. Selon le ministère, le taux de chômage indemnisé s'établissait à 2,6%, pour la semaine close le 13 septembre, soit autant que la semaine précédente. Cela correspond à 3,542 millions de chômeurs indemnisés, soit près de 63.000 de plus que la semaine précédente, et un plus haut depuis octobre 2003.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :