Les institutions internationales au chevet de l'Europe de l'Est

 |   |  310  mots
La Banque européenne pour la reconstruction et le développement, la Banque européenne d'investissement et la Banque mondiale se sont engagées ce vendredi à apporter 24,5 milliards d'euros d'aides aux banques et entreprises d'Europe de l'Est.

Trois grandes institutions financières internationales, la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (Berd), la Banque européenne d'investissement (BEI) et la Banque mondiale (BM), ont annoncé ce vendredi qu'elles apporteraient jusqu'à 24,5 milliards d'euros sur deux ans aux banques et entreprises d'Europe de l'Est.

"Cette initiative est un complément aux réponses nationales contre la crise [économique internationale] et permettra de déployer une aide (...) pour soutenir les prêts à l'économie réelle, via les banques commerciales, en particulier aux PME", ont souligné les trois insitutions dans un communiqué commun.

Dans le détail, la Berd fournira "jusqu'à 6 milliards" d'euros sous forme d'investissements et autres financements, la BEI, "de l'ordre de 11 milliards" en facilités de financement pour les PME, et la BM, "environ 7,5 milliards" d'euros sous diverses formes, ont précisé ces organisations.

Cette initiative intervient alors que la situation économique de l'Europe de l'Est est un sujet de préoccupation grandissant.

L'agence d'évaluation financière Standard and Poor's (S&P) a abaissé mercredi les notes souveraines de l'Ukraine, en raison de "risques" pesant sur la mise en oeuvre du programme de soutien promis par le Fonds monétaire international.

Mardi, S&P avait fait de même pour la Lettonie, dont elle a rétrogradé la dette dans la catégorie des investissements "spéculatifs", alors que ce pays, en plus de l'effondrement de son activité économique, est en proie à une crise gouvernementale.

Et dans un entretien publié ce vendredi dans "Le Figaro", le président de la Berd Thomas Mirow a lancé une nouvelle fois un appel à la solidarité des pays occidentaux : "Des faillites de filiales ou de banques à l'Est auraient sans doute un impact en zone euro" et "il faut tout faire pour éviter une faillite bancaire en Europe centrale ou orientale", a-t-il déclaré au journal.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Dans le détail, c'est 180 Milliards d'Euros que la Hongrie demande à l'U.E.
Info lisible sur Bloomberg.com.
Info également lisible sur Bloomberg, prévision d'éclatement de la zone Euro dans les semaines / mois à venir.
Cordialement.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :