Ben Bernanke défend l'action de la Fed

 |   |  605  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Le président de la Réserve fédérale Ben Bernanke a déclaré jeudi devant le Congrès que les actions énergiques de la banque centrale avait permis d'éviter qu'une crise financière aux effets dévastateurs ne soit encore pire.

Le président de la Réserve fédérale Ben Bernanke a déclaré jeudi devant le Congrès que les actions énergiques de la banque centrale avait permis d'éviter qu'une crise financière aux effets dévastateurs ne soit encore pire.

S'exprimant lors d'une audition de la commission bancaire du Sénat, et ce pour un éventuel deuxième mandat à la tête de la Fed, Ben Bernanke a dit: "Les actions de la Réserve fédérale ont largement contribué à l'amélioration sensible des conditions financières et à ce qui semble être à présent les prémisses d'un retournement économique à la fois aux USA et ailleurs".

Alors que son premier mandat de quatre ans arrive à échéance le 31 janvier, Ben Bernanke est confronté à une vague exceptionnellement dense de critiques de la part des élus américains concernant les décisions de la banque centrale avant et pendant la crise financière.

Ben Bernanke s'est vigoureusement défendu en soulignant que l'action des autorités, dont la Fed, avaient permis d'éviter le pire. "Aussi graves qu'aient été les effets de la crise, le résultat aurait néanmoins être pu bien pire sans les mesures énergiques prises par le Congrès, le Trésor, la Réserve fédérale, le Federal Deposit Insurance Corp (FDIC), et par d'autres autorités, tant ici qu'à l'étranger", a-t-il dit.

Il a ajouté que la plupart des signes montraient une stabilisation des marchés financiers et une sortie de la récession sur la pointe des pieds.

LE RENOUVELLEMENT DE MANDAT EN QUESTION

Après le secrétaire au Trésor Tim Geithner, qui s'est dit confiant sur la confirmation dans ses fonctions de Ben Bernanke [ID:nWEA4249], le sénateur Christopher Dodd a jugé que cette reconduction serait un "bon signal" envoyé au marchés financiers.

Ce dernier pense qu'en la matière la majorité des sénateurs soutiendront la nomination de Ben Bernanke et que les efforts du sénateur Bernie Sanders pour empêcher ce renouvellement de mandat seront vains. Reste que si la confirmation de Ben Bernanke parait acquise, le débat promet d'être tout de même tendu entre les élus américains.

Certains, comme le sénateur républicain Richard Shelby, doutent que la régulation ait été l'un des grands soucis de la banque centrale, au moins avant la crise financière.

D'autres élus, confrontés à la colère de leurs administrés, n'apprécient pas qu'on ait injecté des fonds publics dans certains établissements financiers, comme American International Group ou Bear Stearns, et réprouvent ce qu'ils considèrent être une régulation laxiste de la Fed vis-à-vis des banques et des établissements de crédit.

Désireux de contrer les propositions visant à placer sous la surveillance du Congrès les décisions monétaires de la banque centrale, Ben Bernanke a profité de son audition pour demander au Congrès de maintenir intacte l'indépendance de la Fed.

"La crédibilité de la Fed dépend de la perception du marché sur (son) indépendance en ce qui concerne (ses) décisions en matière de politique monétaire", a-t-il souligné.

Le sénateur Dodd a admis sans réserve le principe de l'indépendance de la Fed mais il estime qu'on l'a chargée de nouvelles attributions qui en elles-mêmes sont autant de menaces potentielles pour son indépendance.

Bernanke a enfin dit que la Fed allait calibrer avec soin le retrait de ses mesures de soutien à l'économie et le relèvement de ses taux d'intérêt.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :