Madrid repousse la date butoir sur la réforme du code du travail

 |   |  355  mots
La date butoir pour parvenir à une réforme du code du travail a été repoussée d'une semaine en Espagne.

La date butoir pour parvenir à une réforme du code du travail, négociée par les syndicats et le patronat, a été repoussée d'une semaine en Espagne, a annoncé samedi le ministère du Travail.  Le gouvernement socialiste avait fait savoir que la réforme serait adoptée par décret en l'absence d'accord d'ici le 31 mai.

Les négociations menées par les pouvoirs publics, les syndicats et le patronat butent sur les intérêts divergents des parties, les employeurs souhaitant assouplir la législation pour embaucher et débaucher le personnel tandis que les syndicats défendent les acquis sociaux. Aucun progrès n'a été réalisé samedi, mais les pourparlers se poursuivront dimanche, indique l'agence de presse Europa, citant des sources syndicales. L'Espagne, considérée comme l'un des maillons faibles de la zone euro en raison de son endettement, connaît un taux de chômage de 20%. Son économie est frappée de plein fouet par la crise.

Les syndicats menacent d'appeler à la grève générale en cas de mesure unilatérale du gouvernement. Les négociations sur la réforme du code du travail sont menées en parallèle au plan d'austérité que le gouvernement de José Luis Zapatero a fait adopter jeudi de justesse par le Parlement. Cette réforme, qui vise à réduire les coûts de l'embauche et du licenciement, est un des axes de la réponse des autorités espagnoles au risque d'une contagion de la crise grecque. Avec un chômage à 20%, l'Espagne est le pays le plus mal en point sur le front de l'emploi parmi les Etats de la zone euro.

Le gouvernement a en outre admis que la sortie de crise serait plus longue que prévu et a revu à la baisse sa prévision de croissance pour 2012, à 2,5% au lieu de 2,9%. Les syndicats, qui représentent moins de 20% de la population active, ont annoncé une grève d'une journée le 8 juin contre la baisse des traitements de la fonction publique. Les pourparlers sur la réforme du marché du travail se poursuivent ce week-end.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/05/2010 à 13:46 :
C'est le gouvernement socialiste qui a régularisé à tour de bras les clandestins. Que la France suive ce bel exemple...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :