L' APEC a foi dans le libre échange, la Chine met en garde

 |   |  612  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Les pays de l'Asie-Pacifique, dont les Etats-Unis et la Chine, ont promis dimanche des mesures concrètes pour réaliser leur rêve de libre-échange dans cette vaste région représentant la moitié du PIB mondial.

Les dirigeants des 21 pays membres du Forum de coopération économique Asie-Pacifique ( APEC ) sont convenus dimanche d'accélérer l'évolution vers une zone de libre échange tandis que la Chine mettait en garde contre les incertitudes entourant la reprise de l'économie mondiale et la montée du protectionnisme.  Les dirigeants de l' APEC , dont les présidents américain Barack Obama et chinois Hu Jintao, étaient réunis à Yokohama, au Japon, au lendemain du sommet des pays du G20 à Séoul dont les conclusions vagues n'ont pas été de nature à convaincre que le monde est mieux protégé des crises économiques.

"Résultat de l'action concertée de la communauté internationale, l'économie mondiale se reprend lentement. Pourtant, la reprise n'est ni fermement établie, ni équilibrée, et il demeure des incertitudes significatives", a souligné Hu Jintao dimanche à Yokohama. Le dirigeant de la première puissance exportatrice de la planète a également déclaré que le protectionnisme progressait "de manière notable". Une croissance durable, a-t-il ajouté, ne dépend pas seulement du respect de l'environnement ou des matières premières, mais doit aussi s'appuyer sur une "soutenabilité des politiques budgétaires, monétaires, commerciales et industrielles et sur une réduction de l'instabilité macroéconomique et des risques".

A l'instar du G20, les dirigeants de l' APEC se sont engagés dans leur communiqué final, à s'abstenir de toute dévaluation compétitive de leurs monnaies, un engagement qu'ils présentent comme crucial pour établir une croissance plus équilibrée et plus durable.  "Nous nous dirigerons vers des systèmes de taux de change davantage déterminés par les marchés, améliorerons une flexibilité des taux qui reflète les fondamentaux économiques sous-jacents et nous abstiendrons de dévaluation compétitive des devises", peut-on lire dans leur déclaration finale.

"LIBÉRALISER ET FACILITER LE COMMERCE"


Ils appellent également à des mesures visant à créer une zone régionale de libre échange en Asie-Pacifique (FTAAP), déjà évoquée l'année dernière lors de leur précédente réunion, à Singapour. L' APEC regroupe en son sein trois des économies les plus puissantes du monde (les Etats-Unis, la Chine et le Japon) et certains pays connaissant des taux de croissance parmi les plus élevés du moment. Au total, les pays de l' APEC représentent plus de 40% du commerce mondial.  "Libéraliser et faciliter le commerce et les investissements continueront d'être l'objectif central de l' APEC ", réaffirment-ils dimanche.

Mais la réunion de Yokohama a mis en lumière les dissensions qui continuent de prévaloir entre certains de ses membres, à commencer par les Etats-Unis et la Chine. Washington argue que l'économie mondiale ne pourra se rétablir que si l'économie américaine est en voie de guérison, ce qui passe par une progression de ses exportations. Et estime que la Chine et son yuan qu'elle juge trop faible sont un obstacle sur cette voie.

Samedi, à l'ouverture du forum de Yokohama, Barack Obama avait souligné que des pays tels que la Chine tablent trop sur leurs exportations pour soutenir leur croissance économique. Hu Jintao a répliqué en assurant que Pékin était engagée sur la voie d'une réforme de ses taux de changes mais que cette évolution se ferait graduellement. La Chine estime par ailleurs que le programme d'assouplissement quantitatif annoncé par la Réserve fédérale américaine, qui va injecter 600 milliards de dollars dans l'économie américaine en rachetant des emprunts d'Etat, vise à faire baisser le dollar pour favoriser les exportations américaines mais que cette politique risque de déstabiliser d'autres économies.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :