"Nous sommes à un tournant de l'histoire de l'humanité"

 |   |  1440  mots
Copyright Reuters
Dans son dernier essai "Une nouvelle conscience pour un monde en crise", le prospectiviste américain Jeremy Rifkin suggère l'avènement d'une civilisation de l'empathie et remet en cause les théories de Freud ou d'Adam Smith.

Vous dites qu'émerge une nouvelle conscience empathique mondiale. Sur quel raisonnement fondez-vous votre argumentation ?

 

 

La biologie et les neurosciences nous ont appris que les primates (les éléphants et les dauphins) sont câblés avec des neurones miroirs qui permettent d'être en empathie avec les autres. Comme eux, nous sommes constitués pour ressentir un sentiment qui n'est pas le nôtre et que l'on ressent de façon empathique. Sa répression ou son développement dépend des modèles socio-éducatifs et du type de gouvernance. Si l'éducation est basée sur la honte le moteur de l'empathie est enrayé, et c'est l'agression qui ressort. L'empathie, c'est une conscience de l'autre, une façon de ressentir mais aussi de raisonner. Quand nous sommes dans l'empathie il y a la célébration de la vie et de la mort. Une façon de dire je sais que ce que vous êtes et je veux que vous soyez. C'est le sens de l'individualité la plus poussée.

Les civilisations utopiques sont très éloignées de l'empathie puisqu'elle cherche à être dans la perfection et la vie éternelle. Or ce que nous avons à réaliser aujourd'hui c'est que tout est basé sur nos imperfections et nos fragilités. Vivre dans une civilisation de l'empathie c'est ne pas être parfait. Le pire que l'on puisse faire à un être humain est de l'ostraciser. Les découvertes en neurosciences suggèrent que l'homme est d'abord un être social. J'ai voulu réexaminer la question sous cet angle là. La question que je soulève c'est que les historiens ont une mauvaise lecture de l'humanité dans le sens où ils étudient principalement les enjeux des rapports de force entre les hommes -le pouvoir essentiellement- et font de l'histoire une suite d'évènements pathologiques et de l'homme un être avide et conquérant. Si nous étions véritablement ainsi nous serions tous morts depuis longtemps. D'ailleurs Hegel a écrit que le bonheur faisait partie des pages blanches de l'histoire, celles où règnent l'harmonie entre les êtres.

Selon vous l'humanité se trouve à l'aube de sa plus grande expérience de tous les temps : remodeler sa conscience. Que cherchez-vous à démontrer ?

Je considère le débat sur l'évolution de la conscience humaine comme une urgence. Je souhaiterais que mon ouvrage puisse permettre d'ouvrir une conversation mondiale avec les sciences de la vie, les sciences sociales et la philosophie. Car ce que j'ai voulu montrer c'est que la conscience humaine évolue au court de l'histoire et ce changement se produit quand les sources d'énergie concourent avec les sources de communication et change l'évolution de l'empathie qui est au centre de notre être.
L'homme n'a ainsi eu de cesse d'interagir, de communiquer davantage avec ses semblables pour créer des sociétés de plus en plus complexes. L'avènement de l'écriture a étendu considérablement l'empathie entre les êtres. Elle s'est développée au point d'aboutir à des Etats Nation. Avant il y avait une foultitude de patois locaux en France. L'Education publique pour tous a crée une histoire commune. Au XXième siècle lors de la seconde révolution industrielle a émergé une conscience psychologique. D'ailleurs l'évolution de l'empathie à travers l'histoire a constitué une sorte de colle sociale.

Cela peut paraître paradoxal mais les civilisations les plus égoïstes, qui mettent le plus l'accent sur l'individu, sont les plus aptes à l'empathie. Aujourd'hui nos enfant sont dans une période dramaturgique où la biopshère devient pour eux une réalité. Nous sommes à l'aube d'une convergence énergétique et de la communication qui va changer le monde pour les trois générations à venir. A chaque révolution on réalise qu'il y a une convergence entre l'énergie et la communication. Internet constitue à ce titre une nouvelle énergie distribuée de pair à pair. Et permet encore par ces nouvelles connexions l'émergence d'une nouvelle conscience et d'une empathie qui s'étend à la conscience humaine. Nous sommes dans une démocratisation de l'expérience dans laquelle la relation de pouvoir tend à s'amenuiser. Nous pensons encore trop souvent que le pouvoir est pyramidal. L'empathie nous civilise. C'est un pas vers la démocratie et une forme d'égalitarisme.

Pensez-vous alors que nous allons savoir et pouvoir remettre en cause nos systèmes centralisés ?

L'Union Européenne est en marche pour remplacer à terme l'énergie fossile et s'est fixée 20% d'énergie renouvelable en 2020. Il faudra penser et organiser de nouvelles formes de stockage. La centralisation née au Xxième siècle va être entièrement remise en cause. Et cela va entraîner une nouvelle économie pour Europe. L'Internet va y participer aussi dans la mesure où on va transformer des réseaux électriques en réseaux interconnectés. Quant aux transports ils vont également modifier drastiquement notre paysage avec l'avènement de la voiture électrique et le "car sharing". De nouvelles synergies vont créer un nouveau système nerveux pour l'économie mondiale. Les entreprises elles-mêmes vont être amenées à partager leurs énergies, à coopérer sur des projets. Et celles qui n'anticipent pas ou n'y croient pas vont s'effondrer tout comme celles de l'industrie de la musique n'ont pas cru au Peer to Peer. Linux fait également figure de pionnier dans l'informatique comme wikipédia dans l'information.

Le pouvoir latéral va modifier la place des acteurs, en les mettant de plus en plus côte à côte. Or ce passage d'un monde vertical vers des organisations plus latérales vont élargir la conscience mondiale et se propager sur tous les continents. Car c'est à une responsabilité partagée que nous allons aboutir par l'intermédiaire d'une conscience de tous faire partie de la biopshère et de devoir partager l'énergie mondiale. De la même façon que l'information fait partie désormais de la biosphère de l'Internet. Regardez les enfants. Ils demandent aujourd'hui aux adultes pourquoi on a une grosse voiture, on laisse la lumière allumée, on mange de la viande. Cette compréhension de l'empreinte écologique forme la nouvelle conscience de la biosphère. C'est pourquoi nous vivons un grand tournant de l'histoire auxquels les vieux régimes politiques tentent de résister en s'accrochant encore plus à leur pouvoir.

Dans quelle mesure courons-nous le risque de mal négocier ce virage ?

Ce que l'on risque aujourd'hui c'est un retour de bâton avec la montée de la xénophobie, le retour de la religion et l'importance des liens du sang. Parce que cette évolution menace les anciennes structures. La mort de Ben Laden qui intervient après le printemps arabes n'est pas un événement en soi. L'histoire en marche l'a dépassé. Ben Laden luttait contre la modernité au moyen d'armes et de la culture du secret. La jeunesse en révolte dans les pays arabes lutte avec Twitter, Youtube et Facebook, ils prônent la désobéissance civique et leurs modèles sont Gandhi et Martin Luther King. Ils ne se réclament pas de l'antimodernité mais veulent être associés à la marche du monde. Ils choisissent des moyens horizontaux et utilisent la décentralisation.

A terme lorsque trois générations auront grandis sur Internet en partageant leurs données entourées de centrales nucléaire issues d'un monde centralisé cela ne pourra plus fonctionner. Le nucléaire est l'archétype du monde duquel nous devons sortir. Ceux qui ont vingt ans aujourd'hui ne sont plus dans l'idéologie. Leur seul question est de savoir si la personne, l'institution ou l'entreprise à laquelle ils s'adressent est ouverte et transparente. On mesure mal le changement générationnel. Mal aussi le tremblement de terre économique qui nous attend. A 147 dollars le baril de pétrole on franchit la ligne rouge de ce que les utilisateurs peuvent supporter. Avec l'augmentation du pétrole les prix vont devenir fous. Tant que nous restons basés sur de l'énergie fossile on reste dans des contraintes qui peuvent entraîner des mouvements de panique dans la population. En 2050 le moteur aura alors complètement calé.

Et la France ? A-t-elle encore un rôle à jouer ?

La France occupe une position assez unique pour peser dans les débats mondiaux du moment. Car les Français ont une réelle capacité historique et philosophique à poser les vraies questions. Celles sur le sens de la vie. Son problème c'est qu'elle est encore trop centralisée et pas encore en ordre de marche vers de nouveaux modes de fonctionnement. Elle doit encore gagner en maturité.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/05/2011 à 16:00 :
"Cela peut paraître paradoxal mais les civilisations les plus égoïstes, qui mettent le plus l'accent sur l'individu, sont les plus aptes à l'empathie".
Excusez-moi mais empathie et égoïsme me semble deux termes contradictoires.
Quand au remodelage de la conscience, effectivement il y en bien un : aujourd'hui on accepte aisément ce qui était inacceptable il n'y a ne serait-ce que 30 ans en arrière.
Même en 2011, si vous semez le vent vous récolterez la tempête !
"Sache que, dans les derniers jours, il y aura des temps difficiles. Car les hommes seront égoïstes, amis de l'argent, fanfarons, hautains, blasphémateurs, rebelles à leurs parents, ingrats, irréligieux,insensibles, déloyaux, calomniateurs, intempérants, cruels, ennemis des gens de bien,traîtres, emportés, enflés d'orgueil, aimant le plaisir plus que Dieu,ayant l'apparence de la piété, mais reniant ce qui en fait la force" a pu dire Saint Paul au jeune Timothée il y a 2000 ans.
Réponse de le 26/05/2011 à 10:14 :
Nous sommes à l'aube d'une découverte scientifique qui effacera un peu plus l'image d'un Dieu (ou s'en rapprochera).
Réponse de le 26/05/2011 à 11:59 :
Soignez-Vous : Si seulement ...
Mais l'image de Dieu ne disparaitra qu'avec l'évolution des hommes, de l'intelligence et de la raison. Aussi certain qu'ont disparues les croyances en Zeus, Osiris, Thor, ou au Dieu Soleil.
Réponse de le 26/05/2011 à 21:49 :
@TomYam: bon, tant qu'il y aura le Dieu Pastis, on fera preuve d'emplathie pour celui qui paie la tournée au zinc :-)
a écrit le 17/05/2011 à 12:40 :
Merci Kuilk de vos réponses. On peut trouver confus ce qu'avance Rifkin mais il fait partie des gens qui réfléchissent et envisagent pour nous tous autre chose que la course vers l'abîme dans laquelle nous sommes lancés au non du "réalisme" et de l'"efficacité". A noter aussi ce que souligne involontairement simple citoyen; Il y a longtemps que les grandes institutions mondiales ou régionales ont admis que l'idéologie productiviste est un suicide collectif (Club de Rome/ONU en 1972, rapports Stern et celui de la Bundeswehr etc..) seulement il sera difficile aux drogués que nous sommes d'accepter le sevrage et il ne faudra pas compter sur nos opportunistes classes politiques pour dresser l'ordonnance..
Réponse de le 17/05/2011 à 22:44 :
Vous avez raison quant à la recherche de solutions et paradygmes nouveaux. Mais il ne faut pas pour autant prendre pour argent comptant les conclusions d'organismes comme l'ONU . Il y a longtemps qu'ils se comportent comme tout organisme vivant, en essayant de toujours développer leur emprise et leurs prérogatives, souvent au détriment de la qualité de leurs travaux.
Ainsi, que penser de l'agenda 21 qui est une des conséquences directe des travaux que vous metionnez? Peux-on vraiment dire qu'il s'agit d'une entreprise destinée à libérer l'homme ou au contraire à l'asservir? Que penser également des véléïtés eugénistes de nombreux membres influants de ces cénacles?
C'est gratifiant et noble en apprence de mettre en avant le futur de l'homme, mais que prônent effectivement ces penseurs?
Ainsi, que penser du nouvel avatar de ces théories qui veulent doter la terre, les ruisseaux, fleuves, rivières, montagnes, tout être vivant, comme toute chose inerte présente sur terre, de la personne morale et juridique afin de pouvoir bénéficier de la protection des droits de l'homme?
Vous pensez que je raconte n'importe quoi?
Lisez:http://www.foxnews.com/world/2011/04/18/prepares-debate-rights-mother-earth/
Réponse de le 18/05/2011 à 10:37 :
Non, je ne pense pas que vous racontiez n'importe quoi, un forum est un lieu de discussions qui peuvent être contradictoires et courtoises dans le même temps.
Vous soulignez un point intéressant, le risque de voir surgir dans le débat public , la peur étant mauvaise conseillère, des idées apocalyptiques, une sorte de fanatisme vert. Ce risque ne cessera d'augmenter tant que nous n'aurons pas changé de paradigme pour reprendre vos termes. Par contre, je ne pense pas que ces idées puissent provenir des institutions internationales et je n'assimilerai pas l'agenda 21 à ce type d'idées non plus, certes il peut être contraignant mais ce sont de bien modestes contraintes face à celle qui nous attendent si rien n'est fait rapidement.
Réponse de le 23/05/2011 à 23:08 :
Cette réponse vous honore et me fait plaisir car le plus grand risque que nous courrions en ce moment est cette montée de l'irrationnel que savent si bien capter et influencer à leur profit les tenants de tout totalitarisme.
En ce sens, l'internet est à notre image: un bienfait extraordinaire et une potentielle damnation. Seuls notre courage collectif et notre ouverture d'esprit feront pencher la balance dans le bon sens. On voit déjà certains penser à le limiter ou à établir un organisme de contrôle de la vérité (Bill Clinton il y a quelques jours).
En tout cas merci pour ces mots de bon sens.
a écrit le 17/05/2011 à 6:30 :
Selon mon expérience, je suivrai plutôt Freud, qui considérait que la civilisation est un simple vernis. Dans un monde beaucoup plus civilisé, pourquoi pas, mais il faudra alors attendre quelques siècles.
Réponse de le 17/05/2011 à 8:09 :
je ne suis pas expert mais je ne pense pas que les dauphins et les éléphants soient des primates des mammiféres tant que vous voulez des vertébrés aussi mais pas des primates
a écrit le 16/05/2011 à 23:37 :
Si vous trouvez les propos de cet homme légèremetn confus, voire à la limite totalement déconnectés de nos préoccupations quotidiennes et même de moyen terme, je vous conseille de lire la déclaration faire par l'Union Européenne qui a repris en son nom (et le nôtre incidemment) les dernières réflexions de l'auteur.
Ou comment on apprend ce que font vraiment ces eurocrates si grassement payés pour notre plus grand bien. Hallucinant.

http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?pubRef=-//EP//NONSGML+WDECL+P6-DCL-2007-0016+0+DOC+PDF+V0//EN&language=EN
Réponse de le 17/05/2011 à 10:27 :
Elle est très bien cette déclaration du PE qui date de 2007. Les questions énergétiques sont un enjeu clé pour l'avenir et je n'enterrerais pas si vite la technologie hydrogène.

Ensuite, cet article apporte des idées pour l'avenir, donc il n'a pas vocation à être en prise avec la vie quotidienne. De temps en temps il faut lever le nez du guidon. Si vous voulez des articles sur la vie quotidienne, lisez Closer (qui traite de la vie quotidienne des autres) ou 60 millions de consommateurs.
Réponse de le 17/05/2011 à 16:32 :
Hahaha! Closer! On sent la grande âme habituée à toiser le caniveau.
Si au moins vous argumentiez, mais non. Trop habitué probablement à sortir des banalités avec un air emprunté. Vous devez aimer vous indigner avec Hessel et vous projeter avec Attali je suppose, non?
Pour revenir au réel, à quoi sert donc la mise en place de politiques si elles n'ont pas de prise sur la vie quotidienne? L'avenir c'est la suite perpétuelle de quotidiens.
Réponse de le 18/05/2011 à 8:59 :
si l'on considère l'avenir comme une suite perpétuelle de quotidien...on ne pas être dans l'action... mais uniquement dans la réaction.
C'est tout le drame de notre société !
Avoir une vision d'avenir c'est ce qu'on demande aux politiques!
a écrit le 16/05/2011 à 18:40 :
Quel bordel, cet article ! Pas de fil directeur, un mélange fait de bric et de broc... Quelle déception !
a écrit le 16/05/2011 à 17:16 :
l'avantage de la prospective est qu'elle se trompe tout le temps et ne prévoit jamais ni les évènements ni surtout les découvertes qui bouleversent le monde.Ce texte est un "bordel" intellectuel qui ne mène à rien.il y a les horoscopes pour les prophéties.
Réponse de le 17/05/2011 à 10:31 :
Vous avez tellement raison !

Ceux qui ne réfléchissent à rien ne se trompent jamais ! Cessons de réfléchir et d'imaginer, consommons et regardons la TV.
Réponse de le 27/05/2011 à 15:43 :
"le sage s'adonne a la méditation l'ignorant s'y refuse apprends a reconnaitre ce qui te fait progresser et ce qui entrave ta progression "dirait Lao Tseu mais toute réflexion n apporte pas la lumiére je serais assez d accord avec pierre pour dire que ce ne se n est que du verbiage pompeux qui ne fait rien avancé et qui denonte soit un optimisme naif soit un aveuglement complet sur notre epoque et sur l humanité (et les dauphins et elephants dans les primates c est tres drole ::)
a écrit le 16/05/2011 à 15:57 :
L'intérêt de ce texte est double:
Faire réagir les individus d'une manière ou d'une autre !!!!!!!
(celui ci pose des problématiques qui touchent directement la posture du lecteur dans sa vie)
Donner un point de vue ----Différent-------- sur nos modes de pensées endoctrinés à 85 pour cent sur la peur et la compétition (nos ennemis à mon avis)
(remarquez que le mot compétition au sens de concurrence n'est jamais écrit ).

Malgré ses fautes sur le fond et la forme ce texte vaut la peine à mon avis .
a écrit le 16/05/2011 à 15:20 :
J'adhère assez à cette vision des choses. Mais il y a du pain sur la planche : peu d'empathie dans les commentaires d'éternels pessimistes. Un mal bien français qui nous enfonce un peu plus chaque jour. Quand les Français cesseront de prendre leur pessimisme chronique pour de l'esprit critique, on avancera d'un grand pas !
a écrit le 16/05/2011 à 13:25 :
Quelle salade! Je suis peut-etre bete mais je ne vois pas ce que A. Smith et S. Freund viennent faire la-dedans. Quant aux enseignements a en tirer sur le plan de l'action politique, il eut ete interessant d'elaborer. Je n'en vois aucun.
a écrit le 16/05/2011 à 12:42 :
Comment accumuler pleins de vrais sujets pour finalement tout mélanger et aboutir à une conclusion bancale et sans réel sens.
Une civilisation de l'empathie à l'inverse de Smith? Et "La Théorie des sentiments moraux" alors? Un journaliste qui mentionne des auteurs qu'il n'a même pas lu ou du moins compris... belle prestation!
a écrit le 16/05/2011 à 10:12 :
Un seul commentaire: qui a écrit ce texte rempli de fautes d'orthographe?
a écrit le 16/05/2011 à 9:56 :
Enfoncement de portes ouvertes sur plein de sujets, non? Il y une lexture de ce qui fait la une de nos quotidiens, mais pas de réflexion de fond sur les possibilités politiques de ces changements...
a écrit le 16/05/2011 à 9:49 :
fautes d'orthographe, accords erronés, contresens partout. Une déclaration faite d'évidences et d'hypothèses lancées sans démonstration, transcrite par un journaliste (?) qui ne connait manifestement pas le français. Ou serait-ce une traduction automatique non relue ? Bravo la Tribune ! Ce n'est pas la première fois que ça arrive.
a écrit le 16/05/2011 à 9:42 :
Le communisme c'est fini ... Le capitalisme , va disparaitre tel que l'on le connait ! .... Fin de la partie de monopoly en cours !
a écrit le 16/05/2011 à 9:40 :
je crois que c'est un complot de la droite malgre ca la gauche saura
sumente cette epreuve
a écrit le 16/05/2011 à 9:40 :
je crois que c'est un complot de la droite malgre ca la gauche saura
sumente cette epreuve

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :