Coup de frein attendu sur la croissance asiatique en 2012

 |   |  602  mots
Copyright Reuters
Majoritairement tournée vers les exportations, l'Asie est touchée par le ralentissement de l'économie mondiale.

La croissance asiatique ne devrait finalement atteindre que 6,8 % en 2012 selon l'agence Fitch qui a revu ses prévisions à la baisse de 0,6 point vendredi dernier. Car la Chine comme l'Inde font face à un ralentissement de l'activité et à une inflation toujours élevée. En 2011, la croissance indienne devrait redescendre à 7,1 % après avoir touché 9,3 % l'an dernier, selon les chiffres publiés par l'Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) en novembre. Même problème en Chine, où la croissance ne devrait pas dépasser 8,8 %. Soit une baisse de 1,6 point par rapport à l'an dernier. En cause, les difficultés rencontrées par l'Europe et les États-Unis, leurs principaux clients à l'exportation. Quant aux prévisions d'inflation pour 2012, elles ont été relevées à 5,9 % au lieu des 4,7 % annoncés en juin. Malgré tout, les économies asiatiques devraient bien résister. Tour d'horizon des autres grandes économies de la région.

Corée du Sud

La Corée du Sud, l'une des économies les plus avancées d'Asie, est largement dépendante de ses exportations, auxquelles la Chine participe pour un quart. Mais conscient de sa solidité, le dragon asiatique aborde les mauvaises prévisions mondiales avec calme. Selon l'OCDE, son PIB devrait croître de 3,7 % cette année et de 3,8 % en 2012. Un score élevé pour une économie devenue mature. En 2013, l'organisation prévoit même une croissance du PIB de 4,3 %. L'agence Moody's a d'ailleurs évoqué jeudi la « force de (son) économie ». Et dans une déclaration commune, le ministère des Finances et la banque centrale de Corée du Sud ont indiqué vouloir lutter contre la baisse de régime globale en jouant sur le won, afin de se prémunir contre une baisse des exportations.

Taïwan

Tout aussi tributaire de ses exportations, Taïwan ne prévoit plus que 4,5 % de croissance du PIB cette année par rapport aux 11 % atteints en 2010. En 2012, le gouvernement table sur un niveau proche de celui de 2011 à 4,3 %. Et malgré ce ralentissement, les capitaux continuent d'affluer dans l'île. En novembre, le volume des investissements directs étrangers a progressé de 34 % par rapport à la même période l'an dernier, selon le ministère du Commerce de Taïwan. Mais les analystes mettent en garde contre le risque d'aggravation de la crise mondiale et de récession en zone euro. Taipei a d'ailleurs annoncé vendredi dernier le premier recul de sa production industrielle depuis 2009 : ? 3,5 % sur un an (? 1,3 % depuis octobre). Les produits manufacturés ont eux chuté de 4,2 %. Seul le secteur de la construction, qui a bondi de 28 % en un an, tire encore l'économie de l'île.

Indonésie

Bien moins dépendante de ses exportations, l'Indonésie est le seul pays qui devrait afficher une croissance moyenne supérieure à ses niveaux d'avant-crise de 2008 entre 2012 et 2016. Selon l'OCDE, le PIB indonésien devrait croître de 6,6 % sur la période 2012-2016, alors qu'elle a augmenté en moyenne de 5,5 % par an entre 2003 et 2007. L'organisation internationale explique cette résistance par une économie axée sur la demande intérieure. La balance commerciale de l'archipel était de ? 17 % sur la période 2006-2010. Mais l'inquiétude demeure face au contexte économique mondial. Et Djakarta a revu ses prévisions de croissance du PIB en 2012 à à peine plus de 3% début décembre.

Singapour

La grande perdante du ralentissement est sans conteste Singapour. La cité-État, dont l'économie est essentiellement tournée vers la demande extérieure, affichait un rythme de croissance impressionnant de 14,5 % en 2010. Avec une chute inattendue de sa production industrielle en novembre, elle a vu sa croissance retomber à 5,6 % en 2011, selon l'OCDE. En 2012, le gouvernement s'attend à une croissance d'à peine 1 à 3 %.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/12/2011 à 7:29 :
Eiffel, je pense que tu as oublié les états-Unis. Pays qui va devenir ingouvernable et ingérable bientôt...Je crois que ta boule de neige fonce sur eux!
a écrit le 27/12/2011 à 11:20 :
Il est à craindre un effet boule de neige avec l'austérité européenne qui va graduellement atteindre les autres Etats et notamment asiatiques puis par ricochet, l'Allemagne au bout du compte. Au bout du compte ? Non et c'est là qu'intervient l'effet boule de neige car la boucle repart vers les autres Etats européens dont la France qui commercent avec l'Allemagne, puis vers les autres Etats du monde...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :