Angela Merkel presse Pékin de faire pression sur l'Iran

La chancelière allemande Angela Merkel, en déplacement à Pékin, a exhorté jeudi les autorités chinoises à user de leur influence pour convaincre l'Iran de renoncer à son programme nucléaire controversé.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Merkel, venue chercher le soutien de Pékin pour combattre la crise de la dette dans la zone euro, s'est "longuement entretenue" avec le président Hu Jintao et le Premier ministre Wen Jiabao sur les sanctions iraniennes.

"En ce qui concerne les sanctions européennes contre l'Iran, la question est de savoir de quelle manière la Chine peut utiliser au mieux son influence pour faire comprendre à l'Iran que le monde ne doit pas compter une autre puissance dotée de l'arme nucléaire", a déclaré la chancelière allemande à la presse à l'issue d'un discours à l'Académie chinoise des sciences sociales.

L'Occident soupçonne l'Iran de chercher à se doter de l'arme atomique sous couvert de son programme nucléaire civil, ce que Téhéran dément.

Face à la poursuite des activités nucléaires iraniennes, l'Union européenne, deuxième client pétrolier de l'Iran derrière la Chine, a gelé la semaine dernière ses importations de pétrole iranien, se joignant aux Etats-Unis pour frapper au coeur de l'économie de la République islamique.

Premier importateur de pétrole iranien, la Chine s'oppose à l'adoption de sanctions contre Téhéran.

Au premier jour de sa visite de trois jours en Chine, Angela Merkel a également évoqué la crise de la dette qui secoue la zone euro depuis deux ans, soulignant qu'il ne s'agissait pas seulement d'un problème européen mais d'un problème mondial que la Chine pouvait contribuer à la régler.

Elle a également appelé la Chine à améliorer la protection de la propriété intellectuelle et à faire en sorte que les entreprises allemandes aient un accès ouvert au marché chinois, de même que les entreprises chinoises ont accès au marché allemand.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 03/02/2012 à 8:22
Signaler
Quand les Européens discutent avec Merkel, ils lui parlent de sanctions et de sacrifices. Les Chinois eux, voudront lui parler de business et d'échanges gagnant-gagnant.

à écrit le 02/02/2012 à 16:27
Signaler
Il me vient la nausée rien que de la voir en photo.

à écrit le 02/02/2012 à 16:26
Signaler
Alors si la mêre Merkel s'en mèle c'est foutu. Quand on voit comment elle a fait pour faire trainer le problème grec ad infinitum il y a de quoi s'inquieter! C'est le dirigeant allemand le moins capable depuis la fin de la guerre.

à écrit le 02/02/2012 à 15:34
Signaler
Assez indigne comme attitude cette longue plainte de l'incapacité face à sa propre incohérence. Merkel a l'habitude mais heureusement on ne la verra bientôt plus.

à écrit le 02/02/2012 à 13:31
Signaler
Madame Merkel ne presse personne. Elle est à Pékin pour défendre les intérêts économiques de l'Allemagne et pourquoi pas préparer l'entrée de son pays dans les BRICS. Elle ferait d'une pierre deux coups: Se débarrasser du fardeau européen et de la pr...

à écrit le 02/02/2012 à 9:52
Signaler
Ne vous faites pas trop d'illusions, Madame, ils sont pragmatiques en Chine et ne portent d'interet qu'a ce dont ils peuvent tirer profit. Les USA et l'Europe se debarassent des leaders qui leurs sont favorables( le Shah d'Iran, Ben Ali, Moubarak ou ...

le 02/02/2012 à 23:20
Signaler
Ils sont fous ces américains!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.