La confiance des ménages américains repart à la baisse

Malgré le repli du taux de chômage et l'amélioration apparente de la conjoncture, les consommateurs américain se montrent un peu moins confiants.
Copyright Reuters
Copyright Reuters

Noël passé, les ménages américains se refont du mouron. Le moral des consommateurs, mesuré par l'Université du Michigan, est en effet reparti à la baisse en février. Il est retombé à 72,5 début février, contre 75 en janvier et 69,9 en décembre. Un repli plus marqué ce que celui attendu par les économistes, qui misaient en moyenne sur un indice de 74,5.

"La situation financière personnelle des consommateurs reste maussade", a commenté le directeur de l'enquête, Richard Curtin, dans un communiqué.
Seulement 23% des consommateurs interrogés anticipent une amélioration de leur situation financière, contre 29% en janvier et 30% l'an dernier.

Une famille sur quatre a fait état d'une baisse de son revenu. Pourtant, les ménages interrogés font montre d'un optimisme record au sujet des perspectives en matière d'emploi. La semaine dernière, le département du Travail a annoncé un taux de chômage à 8,3% de la population active en janvier, soit pratiquement le taux le plus bas depuis trois ans.

Le baromètre des conditions économiques du moment est tombé à 79,6 début février, contre 84,2 en janvier. Les analystes anticipaient un chiffre de 84,5. Le sous-indice des attentes des consommateurs a reculé à 68 contre 69,1. Le chiffre de janvier est le plus élevé depuis mai 2011. Les analystes avaient prévu 69,5.

 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 11/02/2012 à 10:56
Signaler
Totalement faut, le chômage explose, il sont sur la pente glissante, toutes les grosses entreprises américaines licencie, 200 000 milliards de dollars de dette à 600 000 milliards de dollars et non pas 15 000 millards, tout le monde sait que la total...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.