L'Iran restreint l'accès à Internet

L'Iran a imposé de nouvelles restrictions pour l'accès à l'internet et bloqué des services de messagerie au cours des derniers jours, une initiative qui pourrait, selon un important député conservateur, "coûter cher au régime", a indiqué la presse aujourd'hui.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : REUTERS)

Des millions d'Iraniens n'ont pas pu accéder à leur boîte email, comme le service de messagerie Gmail de Google, celui de Yahoo ou encore Hotmail de Microsoft depuis jeudi, sans aucune explication de la part des autorités, a indiqué le journal Arman.

Mais l'agence de presse Mehr a indiqué que les restrictions ne touchaient pas seulement les services de messagerie. "Cela fait déjà un certain temps que les usagers de l'internet (en Iran) ont des difficultés pour accéder à des sites internet intérieurs ou d'actualité tout comme à des moteurs de recherche étrangers et à des services de messagerie", a indiqué l'agence sur son site internet. Parmi ces difficultés, Mehr cite "une vitesse lente, des pannes et blocages" des sites internet.

"Ces filtrages vont coûter cher au régime"

Un député conservateur, Ahmad Tavakoli, a mis en cause un nouveau système de filtrage "gênant" estimant que cela devrait être expliqué à la population. "La nouvelle mesure de filtrage et des coupures d'accès aux services sans aucune information préalable (...) va provoquer la colère parmi la population la plus éduquée", a-t-il indiqué à Mehr. "De tels filtrages gênants vont coûter cher au régime", a-t-il ajouté.

Le contrôle du flux d'informations sur internet est une préoccupation majeure pour l'Iran où quelque 36 millions de personnes sont abonnées sur une population de 75 millions. L'accès à de nombreux sites très populaires comme Facebook, Twitter et Youtube est bloqué en Iran. Début 2011, l'Iran a mis sur pied une unité spécialisée de la police pour lutter contre la "cybercriminalité" notamment sur les réseaux sociaux, très utilisés par l'opposition et les dissidents.

L'internet a joué un rôle majeur dans la vague de protestation anti-gouvernementale qui a touché l'Iran après la réélection contestée du président Mahmoud Ahmadinejad en 2009. Téhéran bloque également la plupart des sites internet étrangers, accusant les médias occidentaux de participer à un complot visant la République islamique et mené par les Etats-Unis, Israël et l'Europe, avec en tête la Grande-Bretagne.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 8
à écrit le 13/02/2012 à 13:40
Signaler
un pays menacé par les USA et le sionisme doit prendre toutes les précautions nécessaires et superflues pour assurer sa défense.

le 13/02/2012 à 14:34
Signaler
pffff

le 13/02/2012 à 16:22
Signaler
@ margaux : Le devoir devrait vous conduire à les rejoindre au plus vite pour participer à la défense active de ce pays en grand danger. Rassurez vous, on devrait arriver à se passer de vous !

le 14/02/2012 à 12:50
Signaler
Il est loin le temps des gentils cowboys et des méchants indiens... Personne n'est plus aveugle que celui qui ne veut pas voir ! Le plus grand génocide de l'histoire de l'humanité a touché un autre peuple que celui a l'étoile jaune... et le boucher n...

à écrit le 13/02/2012 à 12:51
Signaler
A quand une intervention de l'OTAN ?

à écrit le 13/02/2012 à 12:38
Signaler
Comme çà, ils vont pouvoir tester leur bombe atomique en toute discrétion !

à écrit le 13/02/2012 à 12:03
Signaler
elle est belle la démocratie islamique!! pauvres gens qui ont lutté dans le monde arabe pour avoir le droit a la parole voila ce qui va leur arriver. Ces régimes sont une honte !!!

à écrit le 13/02/2012 à 10:27
Signaler
Il faut pousser du coté ou ca penche déjà ! Donc, continuez messiers les dirigeants de l'IRAN, plus vite et plus fort vous opprimerez votre peuple, plus vite le monde devrait être débarrassé de vos méfaits... On peut former une jeunesse, mais on ne p...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.