Les investissements augmentent en Afrique

 |   |  601  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : AFP)
L'édition Afrique du World Economic Forum débute ce mercredi à Addis-Abeba. Un rapport casse les idées reçues sur le continent. Un article de notre partenaire "Le Temps".

L'Afrique, 1 milliard d'habitants et 2000 milliards de dollars de produit intérieur brut, se transforme à grande vitesse. Six des dix pays dans le monde les plus dynamiques sont africains. Alors que la zone euro est toujours plongée dans la récession et que les Etats-Unis espèrent atteindre un taux de croissance de 2,2% en 2012, le continent noir vise les 6%. Ses points forts: la stabilité économique et politique dans de nombreux pays ainsi que le boom de la demande mondiale des matières premières dont elle est l'un des principaux fournisseurs. Ensuite, les investissements directs étrangers (IDE), après deux ans de ralentissement, augmentent. Le nombre de projets s'élève à 857 l'an dernier, soit un peu plus du double comparé à 2007.

C'est dans ce contexte que le World Economic Forum (WEF) organise, de mercredi à vendredi, à Addis-Abeba, capitale de l'Ethiopie, son édition annuelle dédiée à l'Afrique. Plus d'un millier de participants (chefs d'Etats, ministres, hauts fonctionnaires et dirigeants d'entreprises et d'organisations internationales) débattront des opportunités qui s'ouvrent à présent au continent. Tout en sachant que la volatilité des prix des matières premières, l'insuffisance alimentaire, le chômage de jeunes et les effets néfastes liés au changement climatique (désertification, migration) constituent des défis à ne pas minimiser. Le renforcement du leadership africain, la gestion des IDE, les infrastructures, le commerce intra-africain ainsi que l'innovation seront au c?ur des délibérations. «Le continent s'apprête à devenir l'un des pôles mondiaux de la croissance», a expliqué Elsie S. Kanza, cheffe de la division Afrique au WEF, à la veille de la réunion.

Un rapport publié lundi par les consultants Ernst & Young (E&Y) intitulé «Building Bridges» arrive à point nommé. Il traite notamment des IDE. Certes, le continent africain n'attire que 5,5% des flux globaux. En termes réels, les montants n'ont pas retrouvé le niveau d'avant-crise - 72 milliards de dollars en 2008, contre 52 milliards en 2011 -, mais le nombre de projets reprend l'ascenseur depuis deux ans. Entre 2003 et 2011, les infrastructures (transport, communication et énergie) attirent la part du lion (38%), suivies de l'industrie manufacturière (29,6%) et de l'industrie minière (27,6%). E&Y souligne qu'une partie des investissements est dirigée vers les produits de consommation destinés à une classe moyenne en expansion. E&Y indique également que 26 pays sont à présent membres de l'une des trois zones africaines de libre-échange, soit un bassin de population de 600 millions d'habitants et un produit intérieur brut de 1000 milliards de dollars. Le commerce intra-africain a augmenté de 35 millions de dollars en 2002 à 103 millions en 2010.

Désormais, outre les multinationales et des fonds souverains, des fonds d'investissements lorgnent également le continent. Le tout dernier: BTG Pactual, la principale banque d'investissement brésilien, a créé la semaine dernière un fonds de 1 milliard de dollars, ce qui fait de lui le plus important sur le continent.

Les mauvaises perceptions sur l'Afrique ont toujours la peau dure et le rapport d'E&Y s'emploie à en démentir quelques-unes. Des investisseurs croient que l'environnement des affaires est plus difficile en Afrique. En réalité, le rapport fait remarquer que selon le classement «Ease of doing business ranking» de la Banque mondiale, 14 pays africains ont de meilleures notes que la Russie, 16 sont meilleurs que le Brésil et 17 que l'Inde.

L'Afrique corrompue? Alors qu'il s'agit bien de l'un des grands fléaux du continent, 14 pays sont plus «propres» que l'Inde, selon les indices de Transparency International. Pas moins de quatre pays (Botswana, Cap-Vert, Maurice, Seychelles) obtiennent de meilleures notes que l'Italie.

Retrouvez cet article sur le site de notre partenaire Le Temps

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/05/2012 à 12:18 :
Un ramassis de betises et d'incompetences journalistique. 2 milliard de dollars de PIB?? L'Afrique du Sud en a deja presque 500 a elle seule! Celui du Niger superieur a 10...
Faudrait peut etre pas confondre les concepts et les unites. Nombre d'Africains vivent avec moins de 2 dollars par jour, voici la rhetorique que l'on entend encore et toujours. Et ca donne quoi en PPA (parite de pouvoir d'achat)? Bref, loin de moi l'idee de vouloir faire croire par la que la pauvrete n'existe pas en Afrique et que cette ne veut rien dire. Mais c'est juste pour expliquer comment elle peut etre detournee et deformee par des esprits qui ne comprennent rien mais pensent avoir tout compris quand meme en usant de raccourcis ehontes et faux.
Donc, 1 milliard d'habitants en Afrique, et sachant que la majorite vit avec soit disant moin de deux dollars par jours, hop je multiplie par 2 et voila le PIB pour l'ensemble du continent africain: 2 milliards de dollar.

Honteux.

Deuxieme anerie, je cite: "Six des dix pays dans le monde les plus dynamiques sont africains. Alors que la zone euro est toujours plongée dans la récession et que les Etats-Unis espèrent atteindre un taux de croissance de 2,2% en 2012, le continent noir vise les 6%. Ses points forts: la stabilité économique et politique dans de nombreux pays"
Pays les plus dynamique? C'est a dire? Ceux qui ont les taux de croissance le plus eleves je suppose? Comparaison idiote et non avenue.
Il faudrait deja savoir qu'il faut un taux de croissance minimum de 5.5 a 6% dans la plupart des pays du continent africain pour en voir les effets tangibles dans la vie quotidienne des Africains pauvres. Le continent est tellement sous-developpe que de fait, des taux de croissance inferieurs a 5.5/6% sont pour ainsi dire nuls et n'ont guere d'effets concrets s'ils ne sont pas continus et constants pendant plusieurs annees consecutives - ce qui est bien entendu loin d'etre le cas.
Dans ces conditions, un taux de croissance europeen de 2.2 aux Etats-Unis est a certainement plus d'effet sur l'economie americaine que ne l'a un taux de croissance de 5.5 au Kenya.
CQFD.
0/20 pour la copie rendue.
Réponse de le 09/05/2012 à 13:30 :
Quelqu'un a lu 2 milliards de dollars de PIB dans cet article?
Je n'ai même pas lu la suite de ce commentaire. On peut critiquer, mais quand on écrit une ânerie dès la première ligne, faut vraiment être sûr de soi.
Réponse de le 09/05/2012 à 13:41 :
Belle contribution.
Réponse de le 09/05/2012 à 15:15 :
D'anerie de ma part il n'y avait aucune! Laa tribune a rectifie, le chiffre mentionne initialement etait vraiment 2 milliards. Merci
Réponse de le 09/05/2012 à 16:51 :
Il y a bien une ânerie, jamais le PIB de l Afrique du Sud avoisine les 500 milliards. A fin 2010 nous sommes à 367 Milliards en dollars US.

Source : Banque Mondiale

Et quelque chose me dit que nous pourrions continuer.

Experts économiques et analystes financiers de premier rang apparaissent plus vite sur les forums que les 100 fleurs de Mao ces temps ci
Réponse de le 09/05/2012 à 17:43 :
@Pas de chance, + 1 si vos chiffres sont les bons
a écrit le 09/05/2012 à 11:31 :
"L'Afrique, 1 milliard d'habitants et 2 milliards de dollars de produit intérieur brut" La Tribune je ne vous suis pas...Il y a quelque chose qui m'échappe ? J'ai tout essayé mais je ne comprends pas à quoi correspond les 2 milliards, merci de m'éclairer ou de corriger...


Réponse de le 09/05/2012 à 12:00 :
Bonjour,
L'erreur a été corrigée merci de nous l'avoir signalée. il s'agissait de 2000 milliards de dollars de produit intérieur brut.
Réponse de le 09/05/2012 à 12:02 :
C'est 2000 milliards de Pib pour l'Afrique !
Réponse de le 09/05/2012 à 12:11 :
Ah je me disais qu'il manquait des "0" quelque part !!!
Merci

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :