Le projet Nabucco bientôt officialisé mais toujours controversé

Un accord interviendra prochainement entre les Etats participant au projet de gazoduc Nabucco, qui est pourtant loin de faire l'unanimité.

3 mn

Les cinq pays traversés par le gazoduc (Turquie, Bulgarie, Roumanie, Hongrie et Autriche) se sont accordés sur la signature d'un texte, a annoncé la Commission européenne le 3 juillet. Les dirigeants qui assisteront à la cérémonie restent indéterminés. Les diplomates turcs assurent que des présidents, des premiers ministres et des ministres y participeront.

"Je suis ravi que la signature de l?accord intergouvernemental relatif à Nabucco se tienne le 13 juillet à Ankara", a déclaré José Manuel Barroso. La Commission a selon lui joué un rôle crucial "pour transformer les longues discussions en un accord concret".

L?avancée a été possible grâce à un accord avec la Turquie, qui réclame 15% de la fourniture de gaz transitant par Nabucco pour sa propre consommation. Toutefois, "les détails de l?accord ne sont pas encore connus et doivent être adaptés", ont précisé des sources proches du dossier.

Le ministre roumain de l?Economie, Adriean Videanu, a déclaré à l'agence Reuters que seuls "15% des problèmes étaient résolus", ignorant également les détails de l?accord.

Le consortium Nabucco a mandaté l?ancien ministre des affaires étrangères allemand, Joschka Fischer, comme consultant sénior pour le projet. Selon le journal allemand Spiegel, Joschka Fisher a rejoint le projet afin de s?assurer que la Turquie continuait d?en faire partie, puisqu?il entretient d?excellentes relations avec le pays.

La presse allemande a ironisé sur la nouvelle position de Joschka Fisher, qui se met en porte à faux avec son ancien patron, le chancelier Gerhard Schröder. Quelques semaines seulement avant de céder sa place à Angela Merkel à la suite des élections de 2005, Gerhard Schröder, alors directeur du Conseil Nord Stream, avait soutenu un projet de gazoduc porté par Gazprom et destiné à fournir du gaz depuis la Russie aux côtes allemandes en traversant la mer Baltique.

Des stratégies à contre-courant

La Turquie a réitéré son soutien à Nabucco deux jours après que Moscou a offert à Ankara la possibilité de "jouer un rôle" dans le cadre du gazoduc concurrent South Stream. Reste à savoir quelle place la Turquie peut prendre dans un projet qui contourne le territoire turc, puisque ce gazoduc part du port russe de Beregovaya, passe par la mer noire pour rejoindre la ville bulgare de Varna.

A la suite d?un accord passé par le président russe, Dmitri Medvedev, le 29 juin 2008, l?Azerbaïdjan fournira du gaz à la Russie à partir de janvier 2010. Ce retournement a été également perçu comme un coup supplémentaire porté à Nabucco.

En vertu des projets actuels, Nabucco serait susceptible de transporter 8 milliards de mètres cubes de gaz par an en provenance d?Azerbaïdjan. Cette quantité devrait être portée à 31 milliards si de nouveaux fournisseurs rejoignent le projet.

Le président azerbaijanais Ilham Aliyev a indiqué que son pays produisait déjà 27 milliards de mètres cubes de gaz par an et s?attendait à ce que ce chiffre atteigne 30 milliards en 2009.

La Russie semble payer le prix politique du gaz azerbaïdjanais. Le tarif consenti à Moscou est en effet plus élevé que celui offert à l?Ouzbekistan et au Turkmenistan.

 

Le calendrier
13 juillet : signature de l'accord intergouvernemental
2011 : début des travaux
2012 : choix des fournisseurs
2014 : le gazoduc est opérationnel

 


Site d'EurActiv.fr

Retrouvez toute l'actualité européenne, avec notre partenaire EurActiv

 

3 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
L'article précédent a le mérite d'espquisser un profil en grisaille d'un accord qui entretemps a été signé le 17 courant et au sujet duquel je souhaiterais souligner quelques points obscurs si pas inquiétants... 1)La Turquie, fidèle à sa politique a...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Cher Maximilien, Votre réaction est entière, passionnelle pour ne pas dire partisane. C'est sûr, vous représenter une réaction possible en France. Entre les Russes que vous semblez soutenir à fond et les Turcs, de loin, mais alors de très loin, je p...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.