Europe et Russie : le secrétaire d'Etat aux Affaires européennes veut apaiser les relations

 |   |  415  mots
Union pour la Méditerranée, Russie, partenariat oriental : les relations diplomatiques de l'Europe, selon Pierre Lellouche. Le secrétaire d'Etat aux Affaires européennes appelle à une relation apaisée entre l'Europe et la Russie.

A l'occasion du lancement de l'édition 2010 du Ramses à l'Institut français des relations internationales (Ifri), mercredi 23 septembre, le secrétaire d'Etat aux Affaires européennes Pierre Lellouche a exposé sa conception des relations diplomatiques de l'UE avec ses voisins.

Une vision "géopolitique de l'Europe" qui s'appuie, pour le secrétaire d'Etat, sur trois piliers: le partenariat oriental lancé par la présidence tchèque début 2009, l'Union pour la méditerranée et un "espace de paix et de prospérité" avec la Russie.

"A l'Est, nous avons une politique de voisinage qui a trouvé son prolongement avec le partenariat oriental", a-t-il souligné, en évoquant des relations renforcées avec l'Ukraine, la Biélorussie, l'Azerbaïdjan, la Moldavie, la Géorgie et l'Arménie.

"Faire le point sur nos dépendances" avec la Russie

"Au moment où Barack Obama annonce la fin du bouclier antimissile, il appartient à la Russie de saisir la main qui lui est tendue", a-t-il ajouté. Le président américain a en effet annoncé, le 17 septembre, qu'il renonçait au bouclier antimissile que les Etats-Unis devaient mettre en place en République tchèque et en Pologne. Cette question avait profondément divisé les Européens. Pierre Lellouche a appelé à une "relation constructive avec la Russie", invoquant une "nécessaire clarification" en la matière.

Une relation liée à la sécurité énergétique de l'UE. "Cela suppose de faire le point sur nos dépendances" énergétiques avec Moscou, a estimé Pierre Lellouche. "Il n'y aura pas d'indépendance énergétique [de l'Europe vis-à-vis de la Russie]", a prévenu le secrétaire d'Etat. Il a appelé les Européens à développer la "solidarité intra-européenne" pour mieux répondre aux crises gazières. Il a également estimé qu'il était nécessaire de diversifier les approvisionnements et de réfléchir au problème du stockage du gaz.

Par ailleurs, il a évoqué l'Union pour la Méditerranée (UPM), le projet lancé par la France pendant sa présidence du Conseil de l'UE, en juillet 2008. Attaquée de toutes parts, notamment par les pays du Sud, pendant les évènements de Gaza en janvier 2009, "l'UPM doit ?uvrer pour la paix", a souligné Pierre Lellouche. "Le travail continue", a-t-il ajouté, en évoquant la mise en place d'un secrétariat général à Barcelone et la tenue de réunions ministérielles (EurActiv.fr, 25/06/2009).

 

Le site d'EurActiv.fr

Retrouvez toute l'actualité européenne, avec notre partenaire EurActiv.fr

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :