La Commission veut redonner un élan à l'Europe sociale en 2010

 |   |  448  mots
Dédiée par l'UE à la lutte contre la pauvreté et l'exclusion, l'année 2010 doit permettre, selon le nouveau commissaire aux Affaires sociales, de remettre les problématiques sociales au cœur des politiques européennes. Une ambition qui suscite quelques doutes parmi les acteurs du secteur.

En pleine crise économique, l'Union européenne semble vouloir envoyer un message de solidarité, en désignant l'année 2010 comme celle de la lutte contre la pauvreté et l'exclusion sociale. "Arrêtons la pauvreté maintenant, et ensemble construisons une société pour tous" est le slogan pour le moins ambitieux de cette année, lancée en grande pompe à Paris le 18 février par le tout nouveau commissaire européen à l'Emploi, aux affaires sociales et à l'inclusion, László Andor.

À l'occasion de sa première visite en France, László Andor a détaillé les objectifs de son mandat et souhaité que 2010 soit l'année d'une préparation à la sortie de crise. Sa stratégie sera fondée sur cinq axes: l'évaluation de l'impact social de chaque politique menée par la Commission, la promotion de l'emploi de qualité, la lutte contre la pauvreté transgénérationnelle, la réduction de la pauvreté à l'échelle nationale, et la mise en ?uvre de la Charte des droits fondamentaux.

Aujourd'hui les politiques de lutte contre la pauvreté se font dans chaque Etat membre. L'action de l'Union européenne consiste principalement en un renforcement mutuel des stratégies nationales de lutte contre la pauvreté et l'exclusion.

17 % de la population de l'Union européenne vit sous le seuil de pauvreté, soit près de 80 millions de personnes. En France, ce pourcentage s'élève à 13%, soit 8 millions de personnes. Des chiffres pourtant en dessous de la réalité. Les seules statistiques dont disposent à ce jour l'Union européenne datent de 2007, et ne tiennent donc pas compte des conséquences de la crise économique.

Ces lacunes dans les statistiques n'étonnent pas la députée européenne Pervenche Berès (S&D-PS), présidente de la commission Emploi et Affaires sociales du Parlement européen. Selon elle, le manque de chiffres plus récents est significatif de "l'absence de priorité accordée par l'Union européenne à la pauvreté". "Il n'y a pas de victoire possible sans statistiques et objectifs précis", a-t-elle ajouté, appelant à une évaluation régulière de la pauvreté, à l'instar de ce qui est fait pour le chômage.

La réalisation de l'Union européenne par le marché a longtemps sous-tendu l'ensemble de l'action communautaire. La lutte contre la pauvreté devait découler de la recherche de la compétitivité, et de la concurrence. Une "théorie de la cascade" qui a échoué, estime Pervenche Berès. La question de la pauvreté doit désormais "être abordée de manière frontale", insiste-t-elle.

Lire la suite de l'article : La Commission veut redonner un élan à l'Europe sociale en 2010
 

Retrouvez toute l'actualité économique européenne avec notre partenaire EurActiv.fr.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :