Croissance : les dirigeants européens accouchent d'une souris

 |   |  391  mots
DR
DR (Crédits : latribune)
Le traité sur l'union budgétaire a reçu le feu vert politique attendu des dirigeants européens. Mais la feuille de route sur la croissance est, comme prévue, très inaboutie.

Depuis deux ans, chaque sommet européen ajoute un chapitre supplémentaire au mélodrame qui secoue la zone euro. Une fois n?est pas coutume, la tonalité de la rencontre des dirigeants européens, en grande partie consacrée à une feuille de route sur la croissance et l?emploi, lundi 30 janvier, a été bien différente.

"Ce ne sera pas une conférence de presse. Il n?y a rien qui ait été dit que vous ne sachiez déjà", a constaté Nicolas Sarkozy, à l?issue des discussions.??

Conformément aux recommandations des experts et des agences de notations, les dirigeants ont voulu donner l?impression de décentrer leur regard du cap unique de l?austérité. "Quand un pays est surendetté, qu?il s?agisse de l?Etat, des entreprises ou des banques, la première chose à faire est l?ajustement. Ensuite, on s?occupe de la croissance", estime Ariel Emirian, analyste du risque pays à la Société générale.

Mais l?initiative européenne tient plus du symbole que de l?engagement réel. Car la force juridique de l?accord fiscal, qui sera signé en mars (en savoir plus ici), est sans commune mesure avec la déclaration d?intention sur la croissance et l?emploi, dépourvue de toute mesure chiffrée.

Alibi

Les dirigeants promettent ainsi de "créer de nouveaux emplois", notamment dans "l?économie verte", de s?attaquer au chômage des jeunes, de fournir une formation aux élèves en situation d?abandon scolaire, de favoriser les PME? Des v?ux pieux à mi-chemin entre la stratégie Europe 2020, elle-même dépourvue de propositions chiffrées, et l?initiative pour les jeunes lancée le 20 décembre par la Commission.

Une piste intéressante émerge néanmoins avec la réutilisation des fonds régionaux. Selon Bruxelles, 82 milliards d'euros, dont 22 milliards d?euros émanent du fonds social européen (FSE), dédié à l?emploi, n?ont pas été dépensés. De cette dernière somme, quelque 747 millions reviennent à la France. Les Etats ont jusqu?à 2015 pour les consommer, mais le but serait de concentrer la manne du FSE sur les jeunes, dont 22% en moyenne sont au chômage dans l?UE.


Lire la suite de l'article Croissance : les dirigeants européens accouchent d'une souris

 

Retrouvez toute l'actualité européenne, avec...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/02/2012 à 18:29 :
la croissance ne sera jamais au rendez vous sans une relance ! la rigueur musclée annoncée avec une TVA supérieure à l'allemagne est une grosse erreur....
déjà l euro calqué sur le deutsche mark nous a très pénalisé....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :