La Catalogne prend le déficit par les cornes

 |   |  374  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le Gouvernement des régionalistes de CiU prend une longueur d'avance sur les autres régions espagnoles en introduisant une taxe sur les prescriptions de médicaments et une taxe sur les nuits d'hôtel.

Sommé par l?Etat central d?atteindre un déficit de 1,3% du PIB en 2012, alors qu?il était de 4,2% en 2010, le Gouvernement catalan des régionalistes de CiU a présenté mardi un budget qui poursuit l?effort de rigueur entamé en 2011. Le texte doit encore être débattu au Parlement catalan en janvier. Il s?agit aussi de réduire la dette dont « la courbe n?est pas soutenable », d?après le ministre catalan de l?Economie. En effet, elle atteindra 19,8% du PIB régional en 2012, avec des intérêts de 2 milliards d?euros, 35% de plus qu?en 2011. La Catalogne est la région la plus riche (18,6% du PIB national en 2010) mais aussi la plus endettée. Si la baisse des dépenses prévues en 2011 était de 10%, au détriment notamment de la santé, elle sera de 0,7% en 2012. « cette année, nous misons plus sur les recettes », explique une porte-parole du ministère catalan de l?Economie.

Un exemple de ce qui attend le reste du pays

Outre la vente d?actifs pour 888 millions d?euros, des hausses d?impôts et des créations de taxes sont ainsi programmées en 2012. Une taxe d?un euro sur les prescriptions pharmaceutiques devrait être instaurée. L?initiative brise le tabou de la participation financière des patients aux soins en Espagne, dont le système de santé, gratuit et dépendant des régions, occupe le premier poste de leurs dépenses. Toutefois, le Parti Populaire (PP), dont CiU a besoin pour faire voter ses lois, s?est dit contre cette idée.

Autre source de polémique, le budget crée une taxe d?un à trois euros par nuit en hôtel ou camping. Le gain prévu est de 100 millions d?euros. Le secteur touristique catalan a qualifié la mesure d? « injuste, irrationnelle et arbitraire ». Le projet de budget catalan augure de ce qui attend l?Espagne prochainement. Mariano Rajoy, investi premier ministre mercredi par le roi Juan Carlos, promet de réduire les dépenses de 16,5 milliards d?euros pour atteindre un déficit de 4,4% en 2012, mais la Fondation des caisses d?Epargne estime que l?Etat devra en fait économiser 40 milliards d?euros pour y parvenir.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :