20 ans d'écart entre deux "petits nouveaux"

Benoist Apparu (photo), qui devient secrétaire d'Etat chargé du Logement et de l'Urbanisme, est né en 1969. Henri de Raincourt, né en 1948, président du groupe UMP au Sénat depuis 2008, devient ministre auprès du Premier ministre, chargé des relations avec le parlement. Deux parcours totalement différents.
(Crédits : © )

Le "jeune" et le "vieux", le quadra qui monte et le politique expérimenté, deux nouveaux entrants au gouvernement ont des profils diamétralement opposés.

Ainsi, Benoist Apparu (photo), qui devient secrétaire d'Etat chargé du Logement et de l'Urbanisme en remplacement de Christine Boutin, n'a pas encore quarante ans (il est né le 24 novembre 1969).

Ce jeune député UMP de la quatrième circonscription de la Marne depuis juin 2007, adjoint au maire Châlons-en-Champagne depuis 2001 (il n'avait que 32 ans !), a d'abord été l'assistant parlementaire du député UMP Bruno Bourg-Broc avant de lui succéder, ce dernier devenant son suppléant.

Il s'est fait connaître comme membre actif de la commission des Affaires culturelles et sociales de l'Assemblée et s'est illustré comme rapporteur de la réforme des universités.

De plus de vingt ans son aîné, Henri de Raincourt , né en 1948, fils d'un sénateur, exploitant agricole, élu de l'Yonne depuis 1986 (il a été maire de Saint-Valérien de 1977 à 2001), président du groupe UMP au Sénat depuis 2008, devient ministre auprès du Premier ministre, chargé des relations avec le parlement. Il remplace Roger Karoutchi.

D'obédience giscardienne et UDF, il a participé en 2002 à la formation de l'UMP qui a réuni les partis de droite (RPR et UDF). Il a été membre du comité d'orientation de la campagne de Jacques Chirac pour l'élection présidentielle de 2002 mais a ensuite progressivement rejoint les rangs de Nicolas Sarkozy.

Avec le premier, le chef de l'Etat mise sur une valeur montante de l'UMP, comme il l'a fait ces dernières années avec Xavier Bertrand, Luc Chatel ou Frédéric Lefèbvre. Avec le second, le président de la république rend un hommage appuyé au Sénat sur lequel il compte pour appuyer ses réformes. Un signal bien perçu d'ailleurs par le président de la Haute assemblée, Gérard Larcher, qui s'est aussi félicité de la nomination du centriste (Modem) Michel Mercier comme ministre de l'espace rural et de l'aménagement du territoire.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.