Loi Besson sur l'immigration : François Fillon tenté par un clash ?

 |   |  332  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Les rumeurs continuent autour de l'avenir du Premier ministre.

Après sa petite phrase sur Nicolas Sarkozy qui n'a jamais été son « mentor », dimanche sur France 2, François Fillon se sait scruté dans la majorité, où chacun guette la moindre déclaration pouvant être interprétée comme une prise de distance vis-à-vis du chef de l'État. Mardi, à la veille de la présentation du budget 2011, c'est le député UMP Étienne Pinte, proche du chef du gouvernement, qui a fait monter la tension d'un cran en affirmant sur i-Télé que François Fillon « n'adhérait certainement pas à 100 % » au projet de loi d'Éric Besson sur l'immigration, actuellement en discussion à l'Assemblée. Matignon a toutefois démenti un désaccord sur le dossier.

Parmi les mesures présentées devant les députés figure notamment celle très controversée prévoyant l'élargissement de la liste des motifs de déchéance de la nationalité française aux naturalisés depuis moins de dix ans ayant causé la mort d'une personne dépositaire de l'autorité publique.

Le Parti socialiste a aussitôt réagi par la voix de son porte-parole Benoît Hamon en estimant que François Fillon devait être « solidaire » du texte Besson ou démissionner « tout de suite ».

Mise en garde de fillon

François Fillon avait tenté lundi de minimiser la portée de ses propos sur Nicolas Sarkozy en mettant en garde contre des « surinterprétations ». Il avait insisté sur son « horizon » à Matignon dans trois « missions » principales : la réforme des retraites, le budget 2011 et la sécurité des Français.

Mais en annonçant avant l'été qu'un remaniement profond interviendrait à l'automne, le chef de l'État a fait peser un climat inhabituel dans la majorité, où chacun s'interroge sur le fait de savoir si François Fillon conservera son poste pour la dernière phase du quinquennat de Nicolas Sarkozy. Les rumeurs le donnent patron de l'UMP, avocat ou futur candidat à la mairie de Paris. Hélène Fontanaud

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :