Borloo prêt pour... Matignon ou l'Elysée ?

 |  | 436 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
"J'entends régulièrement : 'Enfin, tu te décides ? Enfin, on y va ?'", a-t-il plaisanté samedi à Lyon pour l'université d'été de son parti devant un public qui s'était déplacé en nombre, espérant une annonce de sa candidature.

Le ministre de l'Ecologie et président du Parti radical, Jean-Louis Borloo, qui a récemment envisagé la possibilité de remplacer François Fillon à Matignon en cas de prochain remaniement, a aussi ouvert la porte samedi à Lyon à une candidature centriste pour l'élection présidentielle de 2012. Devant plus d'un millier de militants rassemblés pour l'université d'été de son parti, il a ébauché la trame d'un programme électoral en dix points mettant en avant la fiscalité, l'écologie, la formation et la diversité. Et évoqué à demi-mots sa propre candidature.

"Les radicaux ne revendiquent rien pour eux dans cette affaire, mais on peut compter sur eux. Je ne revendique rien pour moi, mais vous pouvez compter sur moi", a dit le ministre, dont l'intervention a été copieusement applaudie. Plusieurs membres du gouvernement de François Fillon - Fadela Amara, Chantal Jouanno, Nora Berra - se trouvaient dans la salle, ainsi que l'écologiste Brice Lalonde. Jean-Louis Borloo a confié qu'on le poussait à s'engager sur le chemin de 2012.

"J'entends régulièrement : 'Enfin, tu te décides ? Enfin, on y va ?'", a-t-il plaisanté devant un public qui s'était déplacé en nombre, espérant une annonce de sa candidature. Le président du Parti radical et vice-président de l'UMP a précisé dans une conférence de presse vouloir rassembler, au sein d'un même mouvement, toutes les composantes du centre. "Tous ces gens qui ne se parlaient plus, l'idée est maintenant qu'ils se parlent. Pas en dehors de la majorité présidentielle. Ils étaient seuls, maintenant, ils vont représenter une force, un projet de société. On est au début d'un processus", a-t-il expliqué.

Jean-Louis Borloo a dit avoir rencontré jeudi le ministre de la Défense et président du Nouveau Centre, Hervé Morin, lui aussi candidat potentiel à la prochaine présidentielle. "Il faut mettre en place une fondation des centristes regroupés, probablement autour de (l'ancien député européen) Jean-Louis Bourlanges, un comité de liaison autour de (l'ancien ministre) André Rossinot et un comité de liaison des différents partis existants, qu'ils soient dans l'UMP ou à l'extérieur", a poursuivi le ministre de l'Ecologie.

"Il faut organiser quelque chose de très souple, ce n'est pas une nouvelle formation politique, en tout cas pas aujourd'hui", a-t-il ajouté. Interrogé sur sa propre candidature à la tête de ce mouvement centriste, Jean-Louis Borloo a dit vouloir commencer par "la vision, les grands projets de la France". "Mais c'est une opération anti personne, ni à l'égard d'une partie de la majorité présidentielle, ni de quiconque", a-t-il précisé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :