La question des licenciements divise les candidats à la primaire PS

 |   |  357  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : REUTERS)

Les six candidats à la "Primaire citoyenne" se sont retrouvés mercredi soir sur I Télé pour un deuxième débat qui leur a permis d'approfondir les sujets économiques et sociaux déjà abordés leur du premier débat. Relativement courtoisement mais avec davantage de pugnacité que la semaine dernière, chacun a défendu son créneau. Ainsi, sur la problématique des licenciements des divergences sont apparues. Si Ségolène Royal a plaidé avec virulence pour l'instauration d'une loi « interdisant les licenciements purement boursiers », François Hollande, lui, penche davantage pour un surenchérissement drastique de ces licenciements pour les entreprises. Alors que Martine Aubry veut faciliter le recours des salariés devant la justice.

Tous ont souligné le besoin de soutenir l'activité des PME-PMI, via, notamment, la création d'un établissement public bancaire qui leur serait dédié. Arnaud Montebourg, allant plus loin, a renouvelé son souhait de voir l'Etat entrer au capital des grandes banques avec un pouvoir de véto. La question des cotisations sociales a aussi animé le débat. Jean-Michel Baylet et Martine Aubry ont défendu l'idée d'un transfert des cotisations patronales sur la valeur ajoutée des entreprises afin d'alléger le coût du travail. Manuel Valls a annoncé clairement qu'il relèverait le taux de TVA de 19,6% d'un point, ce qui permettrait à l'Etat d'engranger immédiatement 10 milliards d'euros.

Sur le front de l'emploi, François Hollande reste fidèle à son contrat de génération, (maintien d'un senior et embauche d'un jeune, les deux contrats étant exonérés de cotisations sociales) mais de préciser que ce dispositif viendrait s'ajouter à l'idée du projet socialiste de créer 300.000 emplois d'avenir. Au passage, petite pique, Martine Aubry voit toujours dans le contrat de génération un «formidable effet d'aubaine». Ségolène Royal défend l'utilité des 300.000 emplois mais, préfère développer son idée de faire de la France un «pays d'entrepreneurs» et de réserver une partie des commandes publiques aux PME qui, en échange, devront accepter des jeunes en contrat d'alternance. Prochain débat le 5 octobre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/09/2011 à 16:09 :
Ils vont finir par se battre car en fait, ils ne sont pas d'accord sur l'essentiel. Au fait non, d'accord à 5 sur un point : on est socialiste ! Ce qui ne veut pas dire grand chose. Alors les amis, battez-vous, sans retenue, ce sera bien pour la France car cela pourra peut-être montrer à certain que vous êtes incapables de bien gouverner notre pays.
a écrit le 29/09/2011 à 12:36 :
Nous sommes ruinés.
60millions de Français- 6millions de Grecs
1600milliards de déficit. les Grecs 130 milliards pour survivre.
Et qui est déclassé?
Tout ce petit monde microcosme,68hard attardé,n'est pas sérieux,mais pour les générations à venir quel bourbier! Des salairews à 400 euros le mois comme au Maghreb?
a écrit le 29/09/2011 à 9:59 :
et en quoi il ne sont pas divisé?
Réponse de le 29/09/2011 à 11:58 :
C'est horrible de faire tant de fautes d'orthographe en si peu de mots !!!!!
a écrit le 29/09/2011 à 9:58 :
on dirait un film de fiction !
ce n'est pas avec des paroles vides que l'on continuera à redresser la France
et AUCUN ne sera capable de faire mieux que Sarkozy!
je préfère garder notre Président car avec les autres, on ne sait pas où nous allons aller, à part droit dans le mur ....
Réponse de le 29/09/2011 à 11:57 :
Trop Tard !! On y est dans le mur mais maintenant il faut se relever !!
a écrit le 29/09/2011 à 9:07 :
Entre la pure méritocratie et l'assistanat, il existe de multiples voix qui permettent, quoique vous en disiez tous pour la plupart, une certaine justice sociale. C'est bien la peine d'ammasser des fortunes sur le dos des autres pour se retrouver à distribuer sa fortune parce que l'on découvre que le monde n'est pas et ne doit pas être un monde abandonné aux prédateurs et que la misère sociale est un raté du capitalisme-libéralisme qui ne pourra se développer qu'à la condition qu'il réussisse cette difficile équation : "effort partagé - richesse partagée".
Réponse de le 29/09/2011 à 12:00 :
OK, il y a un vrai problème de répartition des richesses, le capitalisme conduit lentement mais surement à l'esclavagisme. C'est sur que quand on est du bon côté, on ne comprend pas.
Réponse de le 29/09/2011 à 12:02 :
trop simple pour eux comme conception du monde.. ahhh, ça va être gaie ces 6 prochaines années.. gauche ou droite, même combat, placer ses billes d'abords, la nation ensuite.
a écrit le 29/09/2011 à 8:36 :
Gaspillage de l'argent public pour entretenir l'arnaque de l'Etat Providence-> Hausse d'impôts pour ceux qui paient -> Moins de compétitivité des entreprises car trop de charges -> Licenciement car pas assez compétitifs -> Coût pour la société + chomeurs -> Augmentation des fonctionnaires et contrat aidés (car d'après l'idéologie socialiste un fonctionnaire vaut mieux qu'un chomeur) -> Gaspillage de l'argent public pour payer tout ces gens au CDD de 37,5 ans... Vive le PS.
a écrit le 29/09/2011 à 8:00 :
"Ségolène Royal défend l'utilité des 300.000 emplois mais, préfère développer son idée de faire de la France un «pays d'entrepreneurs» et de réserver une partie des commandes publiques aux PME qui, en échange, devront accepter des jeunes en contrat d'alternance"
Ya pas de "en echange", ca fait partie des fonctions d'une boite que de former ses futurs employees.On a l'impression dans cette societee qu'il faut toujours une contrepartie pour des choses qui sont juste logique et appartiennent au bon sens.On se croirait en pleine negociation avec les talibans pour recuperer des otages.N'importe quoi!
a écrit le 29/09/2011 à 7:32 :
Les commentaires de Kenso, Nicobos et Pierre sont tous le reflet de ce que pensent la plupart des français mais malheureusement ou probablement pas ce que pensent les politiques de gauche ou même de droite trop obsédés par leur ré-élection. Nous allons dans le mur...
a écrit le 29/09/2011 à 6:58 :
EN VOILA UN EXEMPLE!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!Ne serait-ce pas tout simplement du bon sens ? > > Petite leçon de socialisme, > > Un professeur d'économie dans un lycée annonce fièrement qu'il n'a jamais vu un seul de ses élèves échouer, à l'exception d'une année, où ce fut la classe entière qui a connu l'échec. > > Cette classe était entièrement convaincue que le socialisme était une idéologie qui fonctionnait, et que personne n'était ni pauvre ni riche ! > > Un système égalitaire parfait. > > Le professeur dit lors : > > "OK donc, nous allons mener une expérience du socialisme dans cette classe. A chaque contrôle, on fera la moyenne de toutes les notes et chacun recevra cette note. Ainsi personne ne ratera son contrôle et personne ne caracolera en tête avec de très bonnes notes. > > Après le 1er contrôle, on fit la moyenne de la classe et tout le monde obtint un 13/20. > > Les élèves qui avaient travaillé dur n'étaient pas très heureux au contraire de ceux qui n'avaient rien fait et qui, eux, étaient ravis. > > A l'approche du 2ème contrôle, les élèves qui avaient peu travaillé en firent encore moins tandis que ceux qui s'étaient donné de la peine pour le 1er test décidèrent de lever le pied et de moins travailler. La moyenne de ce contrôle fut de 9/20 ! Personne n'était satisfait... > > Quand arriva le 3ème contrôle, la moyenne tomba à 5/20. Les notes ne remontèrent jamais, alors que fusaient remarques acerbes, accusations et noms d'oiseaux, dans une atmosphère épouvantable, où plus personne ne voulait faire quoi que ce soit si cela devait être au bénéfice de quelqu'un d'autre. > > A leur grande surprise, tous ratèrent leur examen final. Le professeur leur expliqua alors que le socialisme finit toujours mal car, quand la récompense est importante, l'effort pour l'obtenir est tout aussi important, tandis que, si on confisque les récompenses, plus personne ne cherche ni n'essaie de réussir. > > Les choses sont aussi simples que çà. > > Voici un petit extrait de discours qui résume parfaitement les choses. " > > "Vous ne pouvez pas apporter la prospérité au pauvre en la retirant au riche. " > > "Tout ce qu'un individu reçoit sans rien faire pour l'obtenir, un autre individu a dû travailler "pour le produire sans en tirer profit. " > > "Tout Pouvoir ne peut distribuer aux uns que ce qu'il a préalablement confisqué à d'autres. " > > "Quand la moitié d'un peuple croit qu'il ne sert à rien de faire des efforts car l'autre moitié les fera pour elle, et quand cette dernière moitié se dit qu'il ne sert à rien d'en faire car ils bénéficieront à d'autres, cela mes amis, s'appelle le déclin et la fin d'une nation. On n'accroît pas les biens en les divisant." Dr. Adrian Rogers, 1931 > > > >
Réponse de le 29/09/2011 à 7:35 :
Hors propos !! Le problème aujourd'hui est que l'on retire le travail de ceux qui veulent travailler en France pour les externaliser, tout ceci dans le but d'augmenter la rentabilité qui était déjà bonne et ainsi enrichir une minorité, les patrons.
Réponse de le 29/09/2011 à 9:56 :
reponse a HP ; Question je suis patron mes employés gagnent plus que mois et si je dépose le bilan ?? je n'ai pas de chomage?? question : il n'ya que des mauvais patrons et des bons employés?? après on s'étonne que ceux qui veulent créer du travail délocalise?? bonne réflexion de votre part
Réponse de le 29/09/2011 à 10:04 :
Si notre compétitivité ne supportait pas autant de charges sociales pour alimenter les caisses de secours peut-etre aurions nous plus de marge pour payer plus les ouvriers et s'équiper pour affronter la mondialisation. Le socialisme est une hérésie un monde ou tout le monde est gentil. Malheureusement la nature humaine n'est faite que de concurrence. D'ailleurs rappeler vous la première année des socialistes en 1981, on a donné à tout va puis aprés retour à la dure réalité du monde. demandez à Fafa ce qu'il en pense de votre socialisme? C'est lui qui a redynamiser la bourse car il s'est vite aperçu que san,s actionnaires il n y a plus d'entreprises. A moins de retourner à vos vieilles lunes du marxisme. Mais là aussi les hommes se sont aperçu que c'est une hérésie qui a servi à gaver une poignée d'aparachics
Réponse de le 29/09/2011 à 11:14 :
a HP. Euh, c'est qui, qui paie pour que le parti socialiste fasse ses primairesà grand fracas de télévision. C'est qui, qui paie TOUS CES PARTIS POLITIQUES? Nos IMPOTS???????
Réponse de le 29/09/2011 à 11:55 :
OK avec HP et le meilleur exemple est la BAISSE de la TVA dans la restauration. Je ne connais pas une personne de mon entourage qui a été augmenté, idem pour les embauches ...... par contre on sait ou sont partis les bénéfices, hein ?!
Réponse de le 29/09/2011 à 14:05 :
BRAVO PIERRE.
Votre propos est pertinent.
A ceux qui croient encore au collectivisme relisez Marx, qui affirmait que le communisme ne peut durer que si il est universel.
Demandez aux étrangers, et sans aller très loin aux européens s'il sont pour le marxisme. Leur réponse expliquera pourquoi le socialisme égalitaire est une utopie, a moins de fermer les frontières pour tout (capitaux, marchandises hommes).
Réponse de le 29/09/2011 à 15:23 :
a Marc, il y a ceux qui croient, mais malheureuesement il y a surtout ceux qui font croire que c'est possible en sachant que c'est impossible. Franchement ceux là n'ont aucun respect sauf celui de leur bien-être!!!!!!!!Les prêcheurs ne sont pas les payeurs!!!!!!! Mais ils savent en profiter!!!!!
Réponse de le 03/10/2011 à 0:42 :
une bonne blague sortie des universités d' été de l'UMP: bravo les militants
a écrit le 29/09/2011 à 6:20 :
Je suis choqué par ce spectable politico/TV/orientée ,que d'expressions inventées pour la circonstance,que de mots creux,que de platitudes copiées/collées, et dire que les socialistes appelent ça le chargement! c'est au xxi siècle une insulte à l'intelligence des français que de mettre en scène ce type de pentomine audiovisuelle.
a écrit le 29/09/2011 à 5:55 :
Avant, nous avions " Au Théâtre ce soir ", aujourd'hui, c'est encore mieux avec " Primaire PS ", les acteurs sont parfaits et jouent la comédie à merveille... mais politiquement parlant... aucun n'est crédible !
a écrit le 29/09/2011 à 3:59 :
Ce débat sur les licenciements boursiers est vraiment démagogique et rase pâquerettes. Mais, encore une fois, on ne peut empêcher les politiques de caresser leur électorat en période électorale.
"Ne vous inquiétez pas, nous allons interdire les licenciements" , on rêve.
Cette mesurette ne fait qu'essayer d'empêcher notre tissu industriel de se contracter encore et encore. ça va peut être retarder un peu mais pas vraiment longtemps et c'est un signal très fort vers les sociétés mondiales justement pour accélérer les délocalisations.
La vraie question à se poser est de savoir comment créer de nouveau de l'emploi en France et je n'entends vraiment personne , à droite comme à gauche, développer ce sujet si ce n'est par des petites phrases d'un simplisme et d'une démagogie effrayants.
On a eu la droite avec cette tentative "baisser les prélèvements et l'économie se développera" qui n'a pas donné des résultats escomptés et voici la gauche qui arrive avec ses vielles recettes utopiques "l'économie se développera car nous allons voter une loi qui interdira la récession". On se croirait en URSS.
ça ne vole vraiment pas très haut les campagnes électorales et les sujets de fonds ne sont pas abordés. C'est dommage, j'aurais espéré des débats sérieux sur l'économie plutôt que des slogans qui n'engagent que ceux qui y croient.
Il faut vraiment dépasser ce débat droite gauche archaïque et suicidaire comme j'ai pu l'entendre "la TVA sociale est de droite " donc il ne faut pas le faire ....... La vraie question est de savoir si cela peut aider à ré-industrialiser la France et on se fiche pas mal du reste.
a écrit le 28/09/2011 à 23:02 :
BEN ON VOIT BIEN QUE TOUS CES GENS N'ON JAMAIS GERE D'ENTREPRISE
on ne créer pas de l'emploi sans croissance, vous pouvez retourner le problème dans tout les sens, c'est la base du système plus il y a de consommations plus il faut fabriqué des biens direct et indirect, mais comme le monde entier souffre d'une croissance en berne, messieurs, dames vous ne faite que brasser de l'air,
he de plus, quand on a désindustrialisé tout un pays en 10 ANS avec des politique de taxation a gogo, social a gogo he bien a un moment il faut en payer l'addition et ce jour arrive a grand pas !!! vous le savez tous mais ne pouvez le dire car ça causerai un raz de marré de conflit sociaux dans les rue française ce dont vous ne voulez pas, mais vous ne pourrez indéfiniment mentir sur la situation réel de notre pays, regarder ou le mensonge a mené la Grèce !!! ils ont semés maintenant ils récolte et c'est le retour : C'EST LA LOI DE L?ÉQUILIBRE / toute force revient en équilibre par elle même, même si durant de longue période ont croit géré le déséquilibre que nous créons, la loi naturel ramène les choses a leurs équilibre !! c'est la base de toute chose : une action entraîne une réaction ;
alors messieurs les politiques: baisse des charges social, baisse des impôts, suppression des 35 heures (liberté aux salarié du travail a la carte, une personne qui veut et peut se contenté de 30 heures très bien mais quelqu'un qui veut en faire 70 très bien aussi) suppression de la batterie d'aide social des gens qui ne veulent pas aller travailler car le sport national en françe c'est travailler juste le cota pour obtenir le maximum d' aide social (c'est intenable et votre système va se détruire par lui même, mais quand les gens vont s'en apercevoir le mal serra fait et il faudra 20 VOIR 30 ans pour redresser la barre est se serra deux voir trois génération condamné mais ça vous le savez déjà) dégrossissement de la paperasse française qui devient du grand n'importe quoi, facilité les création d' entreprise pour les jeunes, pour les artisans etc...... révision de tout le code du travail qui et la pire du mal de l'emploi de notre pays car de nombreux projet industriel fuit le pays quand il voient le cirque et les contrainte de notre système, il faut libéré le travail de tous ce fardeau qui casse l'emploi, remettre les jeunes dans de vrai formation professionnel pas des formation de 2 OU 4 semaines avec un papier qui ne sert a rien, redonner envie au gens d'entreprendre , de créer, d'investir, de s'invertir etc........ que l'administration soit au service du contribuable et pas l'inverse car c'est bien le contribuable qui génère les richesse pas l'administratif il me semble,
Réponse de le 29/09/2011 à 5:52 :
un peu long mais très bien dit. OK pour les deux commentaires.
Réponse de le 06/10/2011 à 7:31 :
Et il y a encore à dire...+1

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :