La diversification d'Expedia dope les ventes et limite les pertes

Le site de voyages en ligne Expedia, filiale à 85% de Microsoft. a surpris Wall Street en publiant des résultats trimestriels nettements supérieurs aux prévisions : les ventes des trois premiers mois de l'année ont triplé par rapport à la même période de l'an dernier, à 31,9 millions de dollars. Et les pertes ont été limitées à 17,3 millions de dollars, soit 40 cents par action, au lieu des 57 cents attendus par les analystes. Le volume de transactions transitant par le site a atteint 401 millions de dollars, soit une hausse de 60% par rapport au trimestre précédent. Le titre Expedia, coté au Nasdaq, avait bondi de 29,5% à 19,5 dollars durant la séance de lundi, avant la publication de ces résultats. Il reste cependant très loin de son premier cours coté, 42,38 dollars, atteint le 19 novembre lors de l'introduction. Le PDG d'Expedia, Richard Barton, attribue les bons résultats du début de l'année à la diversification des activités de l'entreprise, désormais moins dépendante des seules ventes de billets d'avion, qui dégagent de faibles marges. Les commissions sur les billets ont représenté moins de 30% du chiffre d'affaires trimestriel, contre plus de 50% auparavant. Expedia vend désormais de plus en plus de réservations d'hôtellerie et de voyages organisés. Des offres supplémentaires qu'ont permis les récentes acquisitions de TravelScape.com et VacationSpot.com, pour un total de 177 millions de dollars en actions. Le modèle économique du site s'apparente désormais plus à celui d'un détaillant qu'à celui d'un simple agent, assure Richard Barton. Il peut donc fixer plus librement ses prix au lieu de se contenter de percevoir une commission sur les billets vendus. Quelques jours avant la publication de ces résultats, le PDG d'Expedia avait assuré que l'entreprise n'avait aucune nouvelle acquisition en vue, malgré la confirmation entamée du secteur. Une étude récente du courtier Bear Stearns prévoyait le nombre de sites Internet comercialisant billets d'avions, chambres d'hôtels, séjours et voyages passerait, à terme, de 1 000 à environ 200, du fait des fusions acquisitions et des faillites prévisibles. Les analystes de Bear Stearns soulignaient notamment que les sites vendant uniquement des billets à bas prix subiraient rapidement la concurrence directe des compagnies aériennes elles-mêmes. Autre concurrence nouvelle attendue : celle des alliances entre compagnies et groupes hôteliers. Parmi les valeurs préférées du courtier figurent Travelocity.com, Expedia et Priceline.com.La perspective d'une phase de consolidation dans le secteur avait déjà été évoquée par l'institut Jupiter Communications. Prévoyant un ralentissement progressif de la croissance du chiffre d'affaires global - qui devrait tomber sous les 100% annuels - Jupiter table sur une domination du marché par les compagnies et sur la segmentation des agences en lignes : d'un côté les sites visant le marché de masse avec une gamme de produits étendue, de l'autre des spécialistes positionnés sur des niche et pouvant éventuellement servir de fournisseurs aux agences de masse. Ces prévisions ont déjà commencé à se vérifier : Lufthansa a annoncé ce matin une coopération avec Lasminute.com pour permettre de réserver des vols de la compagnie aérienne allemande sur le site du voyagiste en ligne.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.