Caramail : Vers un rapprochement avec un acteur international ?

Une rumeur insistante court actuellement, selon laquelle le site portail Spray.fr, également FAI gratuit, serait actuellement en train d'étudier la possibilité d'un rachat du service d'eMail gratuit Caramail. Les responsables français du groupe suédois se refusaient hier à tout commentaire, signalant toutefois que dans «dans dix jours, Spray sera dans le top 5 des meilleurs audiences du Web français. À terme, notre objectif est d'être un concurrent direct de Yahoo ! au niveau européen, ainsi que d'Alta Vista. » Du côté de chez Caramail règne une certaine agitation, avec notamment l'organisation précipitée d'une conférence de presse qui devrait être prévue pour mardi prochain. Les responsables de Caramail démentaient hier fermement l'idée d'un tel rachat, se contentant de souligner que Caramail et ses 2 millions d'abonnés, étaient très courtisés, avec notamment 8 propositions de rachat l'été dernier, dont une émanant de Canal Plus. Spray France, lancé au mois de novembre dernier, est une filiale du groupe suédois du même nom. Cette arrivée dans l'hexagone s'est accompagnée d'une importante et originale campagne de communication, d'un montant de 13 MF, dont les résultats ne sont pas encore connus. Mais Spray ne s'est pas contenté d'afficher son portail sur tous les écrans : la filiale française vient également de réaliser une opération de croissance externe, avec le rachat, pour un montant tenu secret, du portail PageFrance. Ce type d'opération n'est pas spécifique à la France, Spray ayant également acquis Nettavisen en Norvège et Clarence.com en Italie. Depuis son lancement en octobre 1997, Caramail s'est progressivement diversifié. Aujourd'hui, le site propose un service d'e-mail, des zones de dialogue en direct et un espace de vente aux enchères. Caramail annonce actuellement 12000 nouveaux comptes par jour. L'entreprise a réalisé un CA de 10 MF en 1999, exclusivement grâce à la publicité, la société tablant sur un CA de 35 MF cette année. La banque néerlandaise ABN Amro a récemment pris 10% du capital de Caramail, contre un investissement, dont on sait désormais qu'il s'est élevé à 14 MF. Le reste du capital appartient pour 85 % aux fondateurs de l'entreprise et pour 6 % à Infonie. Comme l'indiquaient hier les responsables de Caramail, «une start-up a trois possibilités lorsqu'elle arrive à un certain stade de développement: soit une introduction en Bourse, soit un rachat, soit un dépôt de bilan. La dernière hypothèse n'est évidemment pas d'actualité». L'hypothèse d'un nouveau tour de table ne semble pas être envisagée par Caramail.Reste qu'il faut bien financer la croissance de l'entreprise, qui emploie aujourd'hui 20 personnes, et qui annonçait en octobre dernier héberger 35 serveurs, pour une bande passante de 34 Mbps. Aux 10 MF de CA réalisés en 1999, il faut ajouter les 14 MF apportés par ABN Amro au début octobre 1999. Internet Plus, l'entreprise qui chapeautait Lokace et Caramail, avait bien perçu 10 MF lors de la vente du moteur de recherche à Infonie, mais l'opération, réalisée en septembre 1998, n'a pas dû soutenir la croissance de l'entreprise tout au long de l'année suivante. Le total des recettes de l'entreprise sur 1999 tourne donc autour des 30 MF. Sachant que l'entreprise a lancé, au début janvier, une campagne de communication pour un montant de 10 MF, on peut imaginer qu'elle cherche actuellement à réaliser une opération financière assurant la poursuite de son développement. Le rapprochement avec un acteur du marché pourrait en être l'occasion.Surtout si l'on prend en considération le positionnement très national de l'entreprise d'Orianne Garcia, qui déclarait, en octobre 1999, ne pas envisager de développement international. Une position strictement nationale est-elle aujourd'hui tenable pour une entreprise visant une place de leader ? Rien n'est moins sûr. Là encore, le rapprochement avec un acteur international ne semble pas relever de la fantaisie.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.