Wideyes procède à une augmentation de capital de 100 millions de francs

La société de recrutement en ligne Wideyes vient d'annoncer une nouvelle augmentation de capital de 100 MF, réalisée auprès du groupe audiovisuel SBS, en échange de l'acquisition d'une part minoritaire du capital de Wideyes. En mars dernier, l'entreprise avait déjà ouvert son capital, permettant à l'Américain Xcelara.com de porter sa participation dans le service de recrutement en ligne à 10 %.« En ce qui nous concerne, indique Olivier Gravelle, d.g. de Wideyes France, ce nouveau partenaire ne nous apporte rien directement, car SBS n'est pas implanté en France. Le groupe de média est présent en Suède, en Norvège, au Danemark, en Belgique, aux Pays-Bas, en Hongrie, en Suisse, en Finlande et en Slovénie. Toutefois, la synergie des deux groupes devrait largement reposer sur les compétences en communication de SBS, notamment en matière d'Internet, via sa filiale SBS New Media. En Suède, SBS utilise fréquemment la télévision et la radio dans le cadre de campagnes de recrutement. En France, l'apport financier, répercuté par cette augmentation de capital, devrait nous permettre de lancer une nouvelle campagne de communication onLine et offLine. »Souhaitant se développer sur le secteur Internet, SBS s'est également tourné vers le commerce électronique, un virage qui s'est accompagné d'une série d'investissements dans la nouvelle économie, notamment dans le site de vente aux enchères suédois Bidlet, et dans la société Smilmer, l'un des spécialistes de la vente de jouets sur Internet. En mars 2000, le cablô-opérateur UPC a annoncé son intention de racheter SBS. L'opération, qui s'est effectuée pour partie par échange d'actions et pour partie au comptant, a représenté un investissement de 2,8 milliards de dollars pour UPC. Ce dernier est par ailleurs la maison-mère de Chello Broadband, un FAI haut-débit européen. Les synergies entre ces différentes entités devraient donc être mises à profit dans les mois à venir. Présent dans 26 pays, Wideyes compte de son côté s'ouvrir dans 15 nouveaux pays avant la fin de l'année. La filiale française, ouverte en février dernier, proposait en juin dernier les profils de 10 000 candidats à l'embauche. Olivier Gravelle souligne que Wideyes France représente entre 15 % et 20 % du total européen des CV gérés par le groupe, lequel devrait donc réunir quelque 60 000 profils.Une troisième levée de fonds, préalable à une IPO prévue entre novembre 2000 et février 2001, devrait apporter à Wideyes environ 40 millions d'euros (262 millions de francs). Un vent de folie boursier souffle d'ailleurs sur les sites de recrutement. Deux des acteurs de ce marché, Jobline et Cybersearch, envisagent très sérieusement de procéder à leur IPO. Le deuxième a par ailleurs ajourné une seconde fois son IPO, initialement prévue pour le 24 mai dernier. Tous deux ont été précédés par Jobs & Adverts, qui a réalisé son introduction sur le Neuer Markt en avril 2000. Introduit en bas de fourchette, le titre de Jobs & Adverts était resté stable sur son premier jour de cotation, permettant à l'entreprise, valorisée à 266,8 millions d'euros, de lever 76 millions d'euros.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.