Neocom Multimédia affiche 12,4 millions d'euros de CA en 1999

La société de services Internet Neocom Multimédia vient de publier les résultats de son exercice 1999 clôturé le 31 décembre. Son CA a atteint 12,42 ME, en progression de 15,6 % sur le CA de l'année précédente, se montant à 10,74 ME. Le résultat net du groupe est passé de 840 000 E à 1,46 ME, soit une hausse de 74,5 %. Créée en 1986, Neocom Multimédia s'est positionné à l'origine dans la mise en place de centres serveurs Minitel. La société a opéré son virage dans l'hébergement de sites Internet dès 1995, avant de se lancer dans l'édition de services en ligne, depuis leur conception jusqu'à leur administration. « Notre principale activité reste l'édition de contenu.  Nous utilisons notre savoir-faire issu du Minitel pour l'adapter au Web. Nous avons ainsi développé une plate-forme de traduction, permettant de transcoder un contenu télématique sur Internet », indique Raphaël Bortolozzi, d.g. de Néocom Multimédia. En octobre dernier, la société a développé un système de microachats à la durée l'Internet Micro Payment (IMP), qui permet à l'Internaute d'accéder à des services payants sans utiliser de carte bancaire. Concrètement, l'Internaute qui désire acheter un produit devra télécharger un plug-in de connexion à 2,23 francs la minute. « L'augmentation de notre chiffre d'affaires, notamment dans les trois derniers mois de l'année, s'explique par le développement de ce service. Nous comptons l'étendre en Europe, où son lancement devrait intervenir d'ici peu en Espagne et en Italie. » Récemment, Neocom Multimédia a fait l'acquisition de 100 % du capital de la société SDI (Société de développement interactif) spécialisée dans le jeu primé Minitel et Audiotel, pour une transaction estimée à 4,23 MF payés en cash. Raphaël Bortolozzi n'exclut pas d'avoir recours à d'autres opérations de croissance externe « soit pour faire l'acquisition de compétences humaines, soit pour prendre possession de sociétés à fort potentiel de croissance ».Necocom Multimédia est détenue à 10 % par le public, 10 % par le personnel et 10 % par les actionnaires de France Net, dont la filiale Vocal One, spécialisée dans l'éditorial et l'audioweb, a été cédée à Neocom pour 3,45 ME (22,6 MF), versés en partie via une augmentation de capital réservée, le solde étant payé cash (0,81 ME) en novembre dernier. Le reste du capital est détenu par Olivier Hetru, p.d.g. de Necocom, et sa holding familiale.L'action a lourdement chuté hier sur le marché libre à 43,52 E, soit une baisse de 26,17 % sur le cours de la veille. Depuis le début de l'année, le titre s'est apprécié de 8,8 %.
En direct dès 8h30 - Une époque formidable

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.