Début de semaine très agité à EDF-GDF

 |  | 344 mots
Lecture 2 min.
Les opposants au changement de statut d'EDF-GDF ne désarment pas. A la veille du vote, en première lecture par l'Assemblée, du texte réformant le statut d'EDF-GDF, les hostilités ont repris ce matin. Dans la nuit, le poste d'alimentation électrique de Nanterre a été "saboté" selon EDF. Un acte qui entraîné de fortes perturbations sur le trafic Paris-banlieue Saint-Lazare, où quelque 200 trains ont été supprimés ou retardés. Un peu plus tard, c'est le poste électrique de Saint-Ouen qui a été visé par des coupures de courant, provoquant de fortes perturbations sur le trafic SNCF de la gare du Nord. Certaines lignes RATP (RER A et lignes de métro) ont également été affectées.La fédération CGT Mines-Energie, qui avait été à l'origine d'une coupure de courant "sauvage" et très impopulaire en début de mois sur les lignes SNCF Paris Saint-Lazare, a cette fois nié toute implication dans les actes de ce matin, estimant qu'il s'agissait d'une "action isolée" assimilable à un "acte de sabotage". En revanche, la fédération cégétiste appelle à "une action de grande ampleur" demain, jour où les députés doivent voter, en première lecture, le texte modifiant le statut des deux établissements publics. L'ensemble des syndicats - CGT, CFDT, CGT-FO et CFTC de l'Energie - ont "réaffirmé" dans un communiqué commun leur "opposition" au projet de loi de réforme de statut d'EDF et GDF et appelé à une "mobilisation à la hauteur de l'enjeu historique" mardi pour le retrait du texte. De son côté, la direction d'EDF a condamné les "actes de sabotage" qui ont eu lieu à Nanterre, et a annoncé qu'elle engagerait, comme d'habitude, "toutes les actions judiciaires et disciplinaires qui s'imposent". Le patron d'EDF François Roussely a d'ailleurs menacé les auteurs des coupures de sanctions "pouvant aller jusqu'à la révocation". Enfin le directeur du Réseau de transport d'électricité (RTE) a "mis en garde" contre "les risques importants pesant sur la sécurité de l'alimentation électrique de la France".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :