"Sur le marché pétrolier, tout peut arriver"

 |  | 459 mots
latribune.fr: la flambée des cours du pétrole peut-elle se poursuivre ? Peut-on parler d'un choc pétrolier ?Catherine Leveau et Anne Pumir: sur un baril de Brent à 37 dollars aujourd'hui, 3 à 4 dollars sont liés aux tensions géopolitiques actuelles (peur des attentats contre les terminaux pétroliers). Le cours d'équilibre du marché se situe donc en dessous de 37 dollars le baril. Au stade actuel, tout peut arriver. Dans l'hypothèse d'un attentat contre un terminal pétrolier, tout dépend de la durée pendant laquelle les capacités de production sont réduites. Un tiers de production en moins en Arabie Saoudite pendant deux mois pourrait propulser les cours vers des niveaux jamais atteints jusqu'alors.Au delà des craintes liées au terrorisme, pourquoi les cours sont-ils si élevés ?La Chine et les Etats-Unis, en forte croissance, ont une demande très importante qui crée une forte pression sur le marché. De plus, celui-ci a surestimé l'offre, en pariant sur un retour rapide de l'Irak dans le concert des grands producteurs de pétrole. La mauvaise qualité des infrastructures irakiennes, couplée aux tensions politiques là-bas, va retarder ce retour. Enfin, on a oublié que le déclin des champs pétroliers matures allait être accentué.Compte-tenu du prix du pétrole, le secteur n'est-il pas sous-valorisé en Bourse ? Les analystes se basent sur un cours du baril, à moyen terme (plus de 5 ans) de 20 dollars environ. Dans cette hypothèse, les pétrolières sont correctement valorisées par le marché. Si, par contre, on se base sur un baril à 23 ou 25 dollars à moyen terme, on peut estimer que la valorisation actuelle est faible. L'hypothèse de 20 dollars peut paraître trop basse a priori, mais elle intègre le potentiel de l'Irak, de la Mer Caspienne, et le développement des infrastructures en Afrique de l'Ouest. On anticipe donc des possibilités de production supplémentaires importantes.Quel groupe pétrolier recommandez-vous en priorité ?Nous sommes à l'achat sur Total, en raison de la croissance de sa production, de sa forte rentabilité et des rachats d'actions. Ensuite, nous nous intéressons au groupe italien Eni, qui a déçu l'an dernier. Mais le titre offre des perspectives de croissance de production importantes tout en étant sous-valorisé par le marché, par rapport à ses concurrents. Après le scandale de Shell, que pensez-vous du titre ?Nous recommandons toujours d'alléger les positions. La surestimation de ses réserves par Shell pose un vrai problème. Il faudra attendre plusieurs mois pour que la société revienne sur des bases saines, probablement à l'automne. Quoi qu'il en soit, dans les mois à venir, beaucoup de questions vont se poser sur Shell. Et des procès vont se dérouler.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :