Fin de séance nerveuse

Grande nervosité cet après-midi à la Bourse de Paris. Déjà mal orienté, le CAC 40 a creusé ses pertes à la suite d'informations et de rumeurs faisant craindre une nouvelle attaque terroriste. En début d'après-midi, une rumeur d'attentat dans le tunnel sous la Manche circule dans les salles de marché. Eurostar indique qu'il s'agit en fait d'un "incident de sécurité dans le secteur de Douvres" et que le trafic n'a pas été perturbé. Mais la confusion demeure, puisque, selon une dépêche Reuters, la police britannique a interpellé un homme en vertu de la législation antiterroriste et fermé une portion de voie. Dans le même temps, on apprend, qu'à la suite d'un appel téléphonique anonyme, la police française a découvert sur la voie reliant Paris à Lille une bonbonne d'oxygène siglée AZF. L'engin ne présenterait pas de danger. Mais le trafic des trains à grande vitesse a été interrompu.D'où le net repli des indices sur la fin. Le CAC 40 perd 1,81% à 3.589,98 points. A New York, le Dow Jones recule de 0,56% à 10.242 points et le Nasdaq de 0,95% à 1.957 points. A Londres, le Footsie perd 1,32% à 4.397 points et, à Francfort, le Dax baisse de 1,78% à 3.827 points.Sur le marché des changes, l'euro remonte en flèche et repasse la barre de 1,24 dollar.Autres éléments défavorables, des statistiques américaines mi-figue, mi-raisin. Les indicateurs avancés de l'économie américaine sont restés stables à 115,1 en février, après une hausse de 0,4% (révisée de +0,5%) en janvier, mettant ainsi un terme à dix mois de hausse continue. Les économistes tablaient sur une progression de 0,1% le mois dernier. De plus, les craintes de poussée inflationniste soulevées par la flambée des cours du brut ont été aiguisées par la hausse plus forte que prévu des prix à la production en janvier. En revanche, les inscriptions hebdomadaires au chômage ont diminué de 6.000 à 336.000, leur meilleur niveau depuis le 13 janvier 2001 (316.000).Dans ce contexte, aucune valeur du CAC 40 ne termine en hausse. Le plus petit repli revient à Casino (-0,25% à 78,50 euros). Longtemps dans le vert, Total finit sur un repli de 0,87% à 147,30 euros. Shell a prévenu qu'il repoussait au mois de mai la publication de ses résultats annuels et qu'il pourrait à nouveau revoir à la baisse ses réserves pétrolières. Le baril de brut a clôturé à 38,18 dollars hier à New York, au plus haut depuis octobre 1990. A Londres, le baril de Brent s'échange toujours au-dessus des 33 dollars. Par ailleurs, Total a annoncé que les deux gisements offshore qu'il a découverts au Nigeria contiennent chacun plus de 500 millions de barils, ce qui devrait permettre au groupe de tripler sa production d'hydrocarbure dans le pays. Enfin, DKW a relevé sa recommandation sur le titre d'"alléger" à "conserver". Sur le SRD, Technip avance de 4,45% à 110,30 euros.Les valeurs technologiques prennent un coup sur la tête. Alcatel cède 4,27% à 12,54 euros et Cap Gemini 2,65% à 30,90 euros. Le groupe a annoncé le lancement d'une OPR sur les actions Transiciel, dont il détient 96,7% du capital au terme de son offre publique d'échange. Cap Gemini propose 13,25 euros par action Transiciel, coupon attaché. Le titre est suspendu de cotation. STMicroelectronics lâche 2,84% à 19,19 euros après le nouveau pacte d'actionnaires liant Areva, Finmeccanica et France Télécom au sein du fabricant de semi-conducteurs. Celui-ci prévoit que les principaux actionnaires doivent détenir au moins 9,5% du capital qui sera ouvert à d'autres investisseurs institutionnels, permettant ainsi aux trois principaux actionnaires de céder l'intégralité de leur participation s'ils le souhaitent.Vivendi Universal cède 3,49% à 20,74 euros. Merrill Lynch est passé de "neutre" à "achat" sur le titre avec un objectif de cours de 25 euros. L'intermédiaire salue notamment la forte réduction de la dette du groupe et la possibilité d'une offre de rachat par Vodadone à moyen terme. Dans un entretien à La Tribune, Jean-René Fourtou indique que VU pourra disposer de 5 à 8 milliards d'euros pour des acquisitions dans les médias l'an prochain. Le président du groupe réaffirme par ailleurs que les activités télécoms de Vivendi, convoitées par le britannique Vodafone, ne sont pas à vendre.Pernod Ricard corrige de 2,53% à 96,35 euros après sa récente progression. Le groupe de vins et spiritueux a enregistré une hausse de 12,3% de son bénéfice net 2003 à 464 millions d'euros. Le résultat opérationnel baisse en revanche de 1,5% à 739 millions d'euros. Le chiffre d'affaires affiche un repli de 26,9% à 3,53 milliards d'euros. Le dividende net est porté de 1,80 à 1,96 euro. Pour 2004, Pernod table sur "une croissance de son résultat opérationnel hors effet devises".Sur le SRD, GFI Informatique avance de 2,26% à 6,79 euros. La SSII a enregistré une croissance de 50% de son bénéfice net 2003 à 1,5 million d'euros. Le dividende net proposé passe de 0,03 à 0,036 euro en hausse de 20%. Dassaut Systèmes s'adjuge 2,75% à 31,80 euros. L'éditeur de logiciels d'aide à la conception a remporté, avec IBM, un contrat de trois ans auprès du fabricant allemand de paquebots de croisière Meyer Werft. Le montant de l'opération n'a pas été précisé.Autoroutes du Sud de la France (ASF) progresse de 1,22% à 29 euros. Le concessionnaire autoroutier a annoncé une progression de 22,1%, à 324 millions d'euros, de son bénéfice net l'an dernier. Le résultat d'exploitation s'établit à 973 millions d'euros, en hausse de 9,5% et le chiffre d'affaires s'apprécie de 6,4% à 2,23 milliards d'euros. Le dividende net passe de 0,46 à 0,69 euro. ASF affirme sa confiance "dans une nouvelle année de croissance bénéficiaire". Enfin, le conseil d'administration du groupe a autorisé ses dirigeants à rechercher un partenariat "équilibré et non exclusif" avec Vinci, tout en estimant que l'attribution d'un siège d'administrateur à la société n'était pas d'actualité.Enfin, Norbert Dentressangle progresse de 7,92% à 41,55 euros. Le groupe de transport et de logistique a annoncé une hausse de 3,4%, à 27,2 millions d'euros, de son bénéfice net en 2003. Le résultat d'exploitation progresse de 7% à 51,3 millions d'euros et le chiffre d'affaires augmente de 16% à 1,22 milliard d'euros. Le dividende net passe de 0,96 à 1,05 euro. Norbert Dentressangle table pour cette année sur une croissance de 6 à 8% de son chiffre d'affaires hors acquisitions, et ajoute qu'il compte poursuivre sa "politique sélective de croissance externe".Olivier Pinaud Copyright Invest

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.