Baisse du dollar et krach boursier

Le dollar a dévalé la pente dans les années 1980 et peu de temps après, c'est la Bourse qui a suivi le même chemin. Alors que le billet vert vient de perdre près de 40% de sa valeur face à l'euro en deux ans, peut-on s'attendre à la même réaction en Bourse? Il ne manquerait plus que cela pour compliquer la vie des investisseurs! En fait, la plupart des observateurs ne croient pas à ce scénario. Le dollar faible n'a pas importé d'inflation, comme c'est généralement le cas. Au contraire, les prix à la consommation n'ont augmenté que de 1,1% en 2003 aux Etats-Unis. Du jamais vu depuis les années 60! Or, on le sait, les investisseurs n'aiment pas l'inflation, qui vient grignoter leurs rendements. Mieux, la Réserve Fédérale, même si elle commence à changer de ton, n'a pas éprouvé le besoin, jusqu'à présent, de relever les taux d'intérêt, tant la reprise économique était encore fragile à ses yeux. Autant de raisons pour croire que les actions restent un bon placement, surtout si l'économie continue de se reprendre. De plus, à la fin des années 1980, le marché boursier était, à l'image de la bonne santé de l'économie, bien orienté depuis déjà plusieurs années. Rien de tel actuellement. La reprise s'est à peine manifestée, et la tendance haussière sur les marchés est elle aussi assez nouvelle. Pas question, donc, de se sentir blasé dès maintenant...Enfin, les étrangers continuent de s'intéresser aux valeurs américaines. S'ils perdent sur leur investissement du fait du dollar faible, ils semblent encore y gagner: s'ils investissaient en actions européennes, ils n'auraient pas de si bons rendements. On ne voit donc pas pourquoi tout cela ne pourrait pas continuer. Au moins pendant un temps.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.