Le CAC 40 finit au plus bas une très mauvaise séance

Malgré ses statistiques plutôt positives aux Etats-Unis, les marchés financiers se sont enfoncés dans l'après-midi. Les investisseurs sont focalisés sur les tensions inflationnistes, notamment en raison de la hausse continue du prix du pétrole. Un climat qui alimente les rumeurs. L'Organisation des pays exportateurs de pétrole a démenti préparer une réunion d'urgence. Dans son discours après la réunion de la BCE, qui a abouti sur un statu quo en matière de taux d'intérêt, le onzième consécutif, Jean-Claude Trichet, le président de l'autorité monétaire, a indiqué que cette flambée pourrait "poser un risque concernant la stabilité des prix en zone euro".Du coup, le CAC 40 termine en baisse de 1,99% à 3.655,14 points, quasiment au plus bas de la séance. La tendance est négative sur toutes les places. A New-York, le Dow Jones recule de 0,85% à 10.223 points et le Nasdaq de 1,32% à 1.931 points. A Francfort, le Dax plie de 2,80% à 3.909 points. A Londres, le Footsie abandonne 1,17% à 4.516 points alors que la Banque d'Angleterre a relevé d'un quart de point son principal taux directeur à 4,25%. Sur le marché des changes, l'euro vaut 1,2083 dollar.Pourtant, les chiffres américains du jour vont dans le sens de la reprise économique. Les inscriptions hebdomadaires au chômage ont nettement baissé au cours de la semaine terminant le 1er mai, à 315.000 personnes contre 340.000 la semaine précédente, un chiffre revu en légère hausse par rapport aux 338.000 initialement annoncés. Il s'agit du niveau le plus bas depuis octobre 2000. Les économistes tablaient sur une baisse moins importante, attendant 335.000 demandes d'allocations chômage en moyenne. Par ailleurs, la productivité non agricole a augmenté de 3,5% au premier trimestre 2004, conformément aux attentes. Elle avait progressé de 2,5% au cours des trois derniers mois de 2003, révisée de +2,6%. En Allemagne, les commandes à l'industrie ont monté de 0,7% en mars, conformément aux attentes.Du côté des sociétés, Sodexho Alliance a passé une très mauvaise journée. Le titre chute de 9,17% à 21,39 euros. Le bénéfice net du premier semestre ressort pourtant en hausse de 12,7%, à 97 millions d'euros. En revanche, le résultat d'exploitation a plié de 4,7%, à 281 millions. Hors effets de change, il aurait progressé de 4%, une performance qui déçoit. Le groupe de restauration collective confirme ses prévisions annuelles d'une croissance organique de ses facturations au moins égale à celle de 2002-2003, soit 3,1% et d'une hausse de 5% de son bénéfice net hors exceptionnel, à 550 millions.Egalement attaqué, Rhodia décroche de 8,40% à 1,20 euro. Le chimiste procèdera demain à une émission obligataire de 700 millions d'euros, échéance 2010. Le placement se fera en euros et en dollars. Le montant de chaque tranche dépendra de la demande des investisseurs. Les rendements seront élevés et dépasseront les 10%.Infogrames lâche encore 9,66% à 2,62 euros. Le marché redoute une mauvaise nouvelle lors de l'annonce, demain matin, du chiffre d'affaires annuel de l'éditeur de jeux vidéos.BNP Paribas perd 3,32% à 49,45 euros. Le résultat trimestriel de la banque s'élève à 1,26 milliard d'euros, en hausse de 31,3%. Le résultat brut d'exploitation (RBE) progresse de 10%, à 1,82 milliard. Le produit net bancaire (PNB) est en hausse de 2,6%, à 4,63 milliards. A taux de change et périmètre constants, le PNB augmente de 4,5%, le RBE de 12,4%, et le profit net de 32,2%.Axa recule de 40% à 17,04 euros. Le chiffre d'affaires de l'assureur a baissé de 1,87% au premier trimestre à un peu plus de 20 milliards d'euros. A données comparables, il a progressé de 2,3%.Vivendi Universal baisse de 2,69% à 20,63 points. Lors de l'assemblée générale, Jean-René Fourtou, le président du groupe de médias, a affirmé qu'il n'a pas l'intention de vendre la majorité de SFR, répondant ainsi aux nombreux appels du pied du britannique Vodafone, le second actionnaire de l'opérateur téléphonique. Par ailleurs, Jean-René Fourtou a indiqué que la fusion entre VUE et NBC sera bouclée avant la fin du mois de mai. Vivendi Universal détiendra 20% du nouvel ensemble.Autres assemblées générales aujourd'hui, celles de Schneider Electric (-1,67% à 56,10 euros) et de EADS (-3,46% à 20,38 euros). La direction de l'équipementier électrique a indiqué qu'elle prévoit une hausse de 20% de son résultat d'exploitation cette année. La hausse du cours des métaux pourrait néanmoins coûter entre 40 et 50 millions d'euros. Quant au groupe d'aéronautique, il pourrait revoir à la hausse ses prévisions à la suite du relèvement d'objectif de livraison de sa filiale Airbus. Le président du fabricant d'avions indique dans la Tribune qu'il prévoit de livrer plus de 300 appareils cette année, contre moins de 300 auparavant.Chez Publicis, le chiffre d'affaires trimestriel a reculé de 4,3%, mais augmenté de 4,4% en croissance organique, à 866 millions d'euros. Le groupe de publicité confirme sa prévision d'une marge d'exploitation de 15% sur l'ensemble de l'exercice. L'action cède 3,79% à 24,38 euros.Quelques valeurs parviennent à échapper à la correction. Sur le CAC 40, Vinci progresse de 0,85% à 83,25 euros. Sur le SRD, Sopra monte de 1,36% à 38 euros. La SSII a annoncé un chiffre d'affaires trimestriel supérieur aux attentes. Les ventes sont en hausse de 6,9% en données organiques, mais de plus de 15% en données publiées, à 148,7 millions. La SSII estime désormais que le chiffre d'affaires annuel sera situé dans le haut de la fourchette. La marge devrait également progresser. Amadeus avance de 3,78% à 5,21 euros. La centrale de réservation de voyages a révisé en hausse ses prévisions de bénéfices pour l'année, à 185-195 millions d'euros, contre une fourchette initiale de 165 à 175 millions.Olivier Pinaud Copyright Invest

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.