Spitzer v. Grasso, ou "l'honneur" contre l'ambition politique

L'affaire pourrait durer deux ans. Et elle promet déjà d'être à rebondissements. Au delà des chiffres, faramineux, puisqu'il s'agit pour le procureur de l'Etat de New York Eliot Spitzer d'essayer de récupérer environ 100 millions de dollars sur les quelque 187,5 touchés par Richard Grasso, l'ancien patron de la Bourse de New York, la bataille qui s'engage se joue aussi sur un autre terrain : celui de la politique. Certes, l'enveloppe de Dick Grasso est sans doute, comme le dit Eliot Spitzer, "déraisonnable", surtout pour une entité à but non lucratif comme la Bourse. Grasso a touché 139,5 millions de dollars en août dernier, en jouant de son influence sur les membres du conseil d'administration de la Bourse et en les induisant en erreur pour qu'ils acceptent de payer ces sommes.Mais si le procureur veut faire de ces poursuites un symbole quant aux salaires des dirigeants en général, il espère aussi en tirer une publicité supplémentaire. Déjà célèbre pour avoir joué les gendarmes de Wall Street dans les affaires de conflits d'intérêts qui ont entaché la place l'an dernier, le bouillant procureur a en effet des ambitions politiques. S'il est de notoriété publique qu'il vise le poste de gouverneur de l'Etat de New York, certains observateurs lui prêtent même une ambition plus grande, celle de devenir, si le démocrate John Kerry est élu en novembre prochain à la Maison Blanche, procureur général des Etats-Unis. Un peu comme Bob Kennedy avec son frère John...Ces ambitions n'ont pas échappé à Dick Grasso, qui les met en avant dans une lettre indiquant son intention de poursuivre la Bourse de New York et son actuel patron John Reed, afin de récupérer le reste de ce qu'il estime lui être dû, et défendre son "honneur". Le patron déchu de la Bourse remarque ainsi qu'Eliot Spitzer n'a pas inclus dans ses poursuites Carl McCall, qui a dirigé la commission salariale de la Bourse. Or, le démocrate McCall a échoué dans la course au poste de gouverneur de l'Etat de New York en 2002. Et Spitzer pourrait avoir besoin de son soutien à l'avenir...

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.