Cinquième hausse consécutive pour le CAC 40

La tendance a été longtemps hésitante. Et puis finalement, le discours d'Alan Greenspan a emporté la décision. Le CAC 40 termine en hausse de 0,26% à 3.677,85 points. A New York, le Dow Jones monte de 0,57% à 10.674 points et le Nasdaq de 0,31% à 2.081 points. A Francfort, le Dax prend 0,28% à 4.122 points. A Londres, le Footsie est à la traîne et perd 0,20% à 4.396 points, sur des craintes de nouveau resserrement monétaire après les bons chiffres du chômage publiés ce matin.Qu'a dit le président de la Réserve fédérale ? Devant la commission des services financiers de la chambre des représentants, Alan Greenspan a confirmé que l'autorité monétaire américaine pouvait encore patienter avant de remonter ses taux d'intérêts, mais pas indéfiniment. Pas de grand changement donc depuis le récent communiqué du FOMC. Selon le responsable de la politique monétaire, la croissance devrait s'accélérer cette année (entre +4,5% et +5%) et les tensions inflationnistes devraient rester sous contrôle. En revanche, le niveau du déficit budgétaire est inquiétant et pourrait provoquer des tensions sur les taux longs si les investisseurs doutent de la volonté du Congrès de prendre les mesures nécessaires pour le combler. Le discours a provoqué une flambée de l'euro. La monnaie européenne monte à 1,2758 dollar. Alan Greenspan estime que le niveau actuel du billet vert devrait contribuer à combler le déficit courant.Seconde "affaire" du jour, l'annonce du raid hostile de Comcast sur Disney. Le groupe de télévision a lancé une OPE hostile sur son concurrent de 66 milliards de dollars. L'annonce a donné un coup de fouet à Vivendi Universal. Le titre est monté jusqu'à 22 euros avant de ralentir. Il gagne finalement 1,67% à 21,36 euros. En revanche, Euro Disney, filiale de Disney, s'envole : 21,28% à 0,57 euro. Le marché commence à spéculer sur l'avenir du groupe de parcs d'attractions et pourquoi pas sur un changement d'actionnaires, en cas de succès de l'OPE de Comcast.La première place du CAC 40 revient à Peugeot : +4,14% à 39,53 euros. Le constructeur a agréablement surpris en dégageant, en 2003, un bénéfice net de 1,497 milliard d'euros contre 1,69 milliard en 2002. La marge opérationnelle est ressortie à 2,93%, soit un résultat opérationnel de 2,195 milliards. Peugeot prévient que l'année 2004 sera une "année de transition" avant une reprise plus franche en 2005. Le constructeur attend une croissance modérée de son chiffre d'affaires et une marge opérationnelle du même ordre qu'en 2004. Dans le sillage de la marque au lion, Renault avance de 1,11% à 54,55 euros. Michelin gagne 1,82% à 37,97 euros. Valeo grimpe de 0,20% à 34,70 euros. L'équipementier automobile a annoncé hier soir, après la clôture, un bénéfice net de 181 millions d'euros, en hausse de 34%, pour un chiffre d'affaires de 9,23 milliards, en repli de 6%. La marge d'exploitation ressort à 5% mais le groupe n'attend pas de réelle reprise de l'activité cette année. Faurecia avance, dans son sillage, de 0,49% à 61,80 euros.Le démenti apporté par Sanofi-Synthélabo aux informations du Handelsblatt concernant un prochain relèvement de l'offre sur Aventis ne semble pas convaincre le marché. Aventis progresse de 0,32% à 62,45 euros. Sanofi, de son côté, cède 0,79% à 56,55 euros.Bouygues s'inscrit en légère hausse, +0,93% à 29,26 euros. Le groupe de BTP a fait mieux que prévu en 2003. Son chiffre d'affaires a atteint 21,82 milliards d'euros, en baisse de 2% . Sans la cession de Bouygues Offshore, ses facturations auraient progressé de 1%.Plus forte baisse du Cac 40, Thomson chute de 7,45% à 16,65 euros. Les résultats 2003 sont inférieurs aux attentes avec un bénéfice net de 26 millions d'euros à comparer à un résultat de 373 millions un an plus tôt. Le résultat d'exploitation ressort à 508 millions contre 718 millions, pour un chiffre d'affaires de 8,459 milliards. Thomson attend, en 2004, une hausse d'environ 4% de son chiffre d'affaires à taux de change constants et une progression de 40% du résultat d'exploitation avant frais financiers et amortissement des survaleurs. Le groupe confirme également son objectif d'une marge d'exploitation de 8 à 9% cette année.Recul également de Danone, qui abandonne 2,60% à 135 euros. Le géant de l'agroalimentaire a dégagé, en 2003, un bénéfice net de 839 millions d'euros à comparer à un résultat de 1,283 milliard un an auparavant, pour un chiffre d'affaires de 13,131 milliards, en baisse de 3,1%. La croissance organique est ressortie à 7,2%. Pour 2004, le groupe attend une croissance organique comprise entre 5% et 7% et une hausse de la marge opérationnelle de 40 points de base.Wanadoo recule de 1,70% à 7,51 euros. La spéculation se dégonfle sur le titre du fournisseur d'accès à internet, après la mise au point du groupe, qui a précisé que le rachat des minoritaires n'est pas la priorité de sa maison-mère France Télécom. Wanadoo a dégagé un bénéfice net de 159 millions en 2003 contre 30 millions un an plus tôt. Pour 2004, le fournisseur d'accès à internet attend une hausse de 10% à 15% de son chiffre d'affaires et une progression deux fois plus importante de son résultat d'exploitation. Pour la première fois de son histoire, le groupe va verser un dividende de 3 centimes par action.Air France avance de 1,79% à 15,39 euros. Bruxelles devrait donner dans les jours qui viennent son feu vert à la fusion entre la compagnie aérienne française et KLM. Selon La Tribune, les responsables européens de la concurrence auraient décidé de ne pas ouvrir d'enquête approfondie. Les deux compagnies aériennes auraient fait d'importantes concessions pour obtenir l'aval de Bruxelles. Goldman Sachs salue cette approbation imminente, en relevant de "en ligne" à "surperformance" sa recommandation sur Air France et sur KLM. Par ailleurs, le trafic passagers de la compagnie aérienne française a progressé de 3,7% en janvier. Eurotunnel rebondit de 4,55% à 0,46 euro, après avoir plongé de plus de 20% en deux jours. Philippe Bourguignon, ancien président de Club Med et d'EuroDisney, devrait faire prochainement son entrée au conseil d'administration du groupe. Lundi, le concessionnaire du tunnel sous la Manche a fait savoir qu'une restructuration financière est indispensable s'il veut éviter la faillite.Alstom gagne 10,27% à 2,04 euros. La SNCF a confirmé avoir passé une commande de 400 locomotives de fret, représentant plus d'un milliard d'euros de chiffre d'affaires. Le titre est également soutenu par le changement de recommandation de Morgan Stanley. Le bureau d'études recommande de surpondérer le titre et fixe un objectif de cours à 2,60 euros.Wavecom, enfin, s'apprécie de 17,17% à 10,51 euros. Les résultats du fabricant de modules pour la téléphonie mobile sont conformes aux attentes, en perte de 4,8 millions d'euros au quatrième trimestre. Le marché, qui craignait une mauvaise surprise, est rassuré.Olivier Pinaud Copyright Invest

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.