Nigeria : entre 200 et 500 morts dans l'incendie d'un oléoduc vandalisé

 |   |  241  mots
Le sabotage d'un oléoduc, une pratique courante dans ce pays d'Afrique équatoriale, a fait de très nombreuses victimes à Lagos ce matin.

Au moins deux cents personnes, selon une journaliste de l'AFP, ont été tuées lors de l'incendie d'un pipeline à Lagos. La Croix-Rouge nigériane a confirmé un bilan provisoire de "plus de cent morts et plus de cent blessés". "Nous parlons de centaines (de morts), a précisé le secrétaire général de la Croix Rouge, nous ne savons pas s'il s'agit de 300, 400 ou 500 (victimes)". Au moins cinq immeubles ont été soufflés par l'explosion et les secours recherchent toujours des survivants dans les décombres.

Des témoins ont raconté que des hommes étaient venus tôt dans la matinée pour voler du carburant. Après leur départ, les riverains se sont précipités, munis de jerricans pour se servir à leur tour. L'explosion s'est produite alors que des centaines de personnes étaient regroupées autour de l'ouvrage éventré.

Cette pratique est courante au Nigeria, huitième exportateur mondial de pétrole mais dont plus de la moitié de la population vit sous le seuil de pauvreté; et en particulier lorsque le pays connaît une pénurie de carburant, comme c'est le cas en ce moment à Lagos. En mai dernier, une explosion similaire a fait environ 200 morts. Le Nigeria produit en moyenne 2,6 millions de barils par jours, et sur ces cinq dernières années, ses oléoducs ont été vandalisés 2.258 fois selon la société pétrolière d'Etat, Nigerian Petroleum Coporation.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :