Les risques pays s'accentueront en 2007

 |   |  380  mots
Parmi les risques majeurs qui peuvent altérer certaines économies l'an prochain, Euler Sfac recense le retournement sur le marché des matières premières, un brusque ralentissement de l'économie américaine et une dégradation des conditions de financement. Par ailleurs, la situation au Moyen-Orient ou les relations entre la Chine et les Etats-Unis pourraient s'envenimer.

Selon la société d'assurance-crédit Euler Sfac, après quatre années favorables, 2007 devrait présenter davantage de risques pays. D'une part, l'atterrissage de l'économie américaine, s'il est brutal, pourrait avoir un impact non négligeable sur l'Asie. Autre risque pour l'an prochain, le recul des matières premières non pétrolières serait très dommageable pour des pays dépendants comme en Afrique sub-saharienne ou en Amérique Latine. Parmi ces pays particulièrement vulnérables se trouvent le Kenya, la Tanzanie, le Sénégal, l'Argentine ou le Paraguay. Pour le pétrole en particulier, après la forte hausse des prix dont ils ont bénéficié, les pays producteurs pourraient voir brutalement ressurgir les difficultés passées en cas d'une forte baisse des prix.

Par ailleurs, il existe un risque de retournement brutal des conditions de financement extrêmement favorables dont ont bénéficié les pays émergents. "Parmi les grands marchés, la Turquie - fort endettement extérieur et fort déficit de la balance courante - et la Hongrie sont les plus vulnérables sur le marché des changes", observe Andrew Atkinson, économiste Euler Hermes UK. Enfin, des situations délicates seront à gérer comme la question nucléaire, principalement en Iran, les événements au Moyen-Orient (Liban-Israël) et enfin le contentieux commercial entre les Etats-Unis et Chine, dont l'impact dépasse le cadre purement régional.

"Notre scénario central reste celui d'une nette décélération de l'économie mondiale, mais sans développement catastrophique. Le ralentissement devrait contenir en lui-même son propre antidote en permettant une détente sur le marché des matières premières et un recul significatif de l'inflation. Celui-ci viendra soutenir le pouvoir d'achat des ménages un peu partout dans le monde courant 2007, et tout particulièrement aux Etats-Unis, compensant ainsi les effets du ralentissement de l'emploi et de la baisse des prix de l'immobilier.

Mais on ne peut ignorer que le risque de "hard landing" - ce scénario ayant une probabilité de 20% - pourrait déclencher tout ou partie des quatre autres grands risques mentionnés sur les matières premières, le pétrole, le financement ou les tensions internationales", conclut Philippe Brossard.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :