La Chine et l'Inde resserrent leurs liens commerciaux

 |   |  460  mots
Pas moins de 13 contrats ont été signés à l'occasion de la visite du président chinois en Inde. Le tout vise à doper les échanges commerciaux mais aussi à favoriser l'investissement, en particulier chinois, en Inde.

Les deux nouvelles puissances économiques mondiales, la Chine et l'Inde, ont décidé de resserrer leurs liens. A la faveur de la première visite d'un président chinois en Inde depuis une dizaine d'années - les deux pays sont empêtrés dans une dispute frontalière depuis 40 ans - quelque 13 contrats ont été signés ce matin. Dans le but de muscler les échanges commerciaux entre les deux pays, mais aussi de favoriser les investissements et de créer une "confiance mutuelle", selon l'expression utilisée par les diplomates sur place.

Ainsi, selon le premier ministre indien, Manmohan Singh, ces contrats devraient permettre d'augmenter, jusqu'à 40 milliards de dollars en 2010, les échanges entre les deux pays. Ils sont déjà passés de 260 millions de dollars en 1990 à 18,7 milliards en 2005. Sur les sept premiers mois de cette année, ils se sont élevés à 13,6 milliards de dollars et devraient dépasser les 20 milliards à fin décembre. Au-delà des échanges, les accords conclus visent aussi à favoriser les investissements. En particulier de la part des entreprises chinoises en Inde, qui en a bien besoin.

Ainsi, Huawei Technologies Co., associée à d'autres entreprises chinoises (toutes liées, d'ailleurs, au gouvernement de Pékin) cherche à investir sur place. Pour renouveler ses infrastructures, aussi bien portuaires, routières que ferroviaires, l'Inde aurait besoin, selon les estimations, de 150 à 320 milliards de dollars d'ici 2012.

Et l'Inde, si elle peut s'enorgueillir de posséder une industrie technologique beaucoup plus développée que celle de la Chine, (sans parler d'un nombre de milliardaires plus important...), la plus grande démocratie du monde accuse un retard certain par rapport à la Chine dans nombre d'autres domaines économiques. Dans sa volonté d'investir à l'étranger, la Chine pourra donc l'aider à combler son retard.

Amis, donc, les Chinois et les Indiens ? Si les deux pays peuvent, en combinant leur PIB, damer le pion à des superpuissances tels que les Etats-Unis, il n'empêche : ils ont, au-delà des aspects diplomatiques traditionnels, eu du mal à s'allier dans le passé. Et pour cause. Dans leur volonté de dynamiser leur croissance économique respective, ils sont tous deux à la recherche des mêmes matières premières, pétrole en tête, et rivalisent donc dans ce domaine. Mais la real politik avait, avant ces accords, déjà pris le dessus : Pékin et Delhi ont ainsi déjà opté pour un partenariat dans le secteur pétrolier au Soudan.

Reste que la Chine commerce beaucoup plus avec l'Afrique que l'Inde n'a pour l'instant réussi à le faire. Les échanges commerciaux sino-africains se chiffrent en effet à 40 milliards de dollars, une véritable explosion sur les dix dernières années, tandis que le commerce bilatéral entre l'Inde et l'Afrique ne s'est élevé l'an dernier qu'à 12 milliards de dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :