Les hôtels européens vont devoir payer des droits d'auteurs

 |   |  272  mots
Conformément à un arrêt rendu ce matin par la Cour européenne de justice, les hôtels des 25 pays membres de l'UE seront désormais dans l'obligation de s'acquitter du règlement de droits d'auteurs, pour pouvoir proposer la télévision dans les chambres.

Pour que leurs clients puissent regarder la télévision dans leur chambre, les établissements hôteliers de l'Union européenne vont désormais devoir payer. Saisie d'un litige qui oppose l'organisme espagnol chargé de la gestion des droits d'auteur à la chaîne hôtelière Rafael, la Cour européenne de justice a tranché. Dans son arrêt rendu ce matin, cette dernière estime que la diffusion de musique ou de programmes via les téléviseurs est "protégée par les droits d'auteur".

La Sociedad General de Autores y Editores de Espana (SGAE) avait porté plainte contre la chaîne d'hôtels Rafael, estimant que l'utilisation des appareils de télévision et de diffusion de musique d'ambiance au sein de ses hôtels donnait lieu à "des actes de communication au public d'oeuvres appartenant au répertoire qu'elle gère".

Ainsi désormais, la décision de la Cour de justice européenne établit que l'installation d'un téléviseur dans les chambres oblige les hôteliers à payer ces droits, car les lois européennes donnent aux auteurs le "droit exclusif d'autoriser ou d'interdire toute communication au public de leurs oeuvres, y compris la mise à la disposition du public".

Pour les auteurs et compositeurs européens, il s'agit d'une "décision importante, car c'est une jurisprudence qui va guider les tribunaux des Etats membres", lors d'affaires similaires. Selon Virgine Desbrosses, secrétaire générale du GESAC, l'organisme qui les représente, "il y a toujours des hôtels qui considèrent que les chambres sont des espaces privés et qu'ils n'ont pas à payer de droits d'auteur".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :