Israël craint de voir Téhéran posséder la bombe atomique d'ici trois à quatre ans

 |   |  396  mots
Le chef du Mossad s'est inquiété de cette éventualité devant les députés israéliens. Alors que l'Occident cherche toujours une riposte à l'enrichissement d'uranium iranien, Téhéran fait la sourde oreille et poursuit son programme.

"Si le programme nucléaire de l'Iran se poursuit à son rythme actuel", alors les Iraniens "parviendront à avoir la bombe d'ici trois à quatre ans", a affirmé ce lundi Meïr Dagan, chef des services secrets de l'Etat hébreu (Mossad), devant la commission des Affaires étrangères et de la Défense de la Knesset (parlement). En novembre 2003, le général Dagan avait averti cette même commission que le programme nucléaire iranien représentait, selon lui, "la plus grande menace pour l'existence d'Israël depuis sa création" en 1948.

Israël et les Etats-Unis accusent l'Iran de vouloir se doter de l'arme nucléaire sous le couvert de son programme nucléaire civil. Les craintes de l'Etat hébreu se sont accrues après les déclarations répétées du président iranien Mahmoud Ahmadinejad appelant à "rayer" Israël de la carte. Compte-tenu de la proximité géographique de l'Iran et d'Israël, ces craintes sont de plus en plus vives.

Les déclarations du chef du Mossad interviennent alors que les six grandes puissances (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Grande-Bretagne et Allemagne) sont en train de peaufiner un texte de résolution à l'ONU infligeant des sanctions à Téhéran en raison de son refus de suspendre son enrichissement d'uranium. Le secrétaire du Conseil suprême de sécurité nationale iranien, Ali Larijani, a d'ailleurs menacé, vendredi dernier, l'Occident de "mesures douloureuses" s'il persistait à vouloir l'empêcher de poursuivre son programme nucléaire.

De son côté, l'ambassadeur iranien auprès de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Ali Asghar Soltanieh, a prévenu en fin de semaine qu'en cas d'attaque, son pays pourrait poursuivre dans la clandestinité sa production d'uranium enrichi. Enfin, le président iranien Ahmadinejad, qui ne rate pas une occasion de fustiger Israël, vient en outre d'offrir de partager la technologie nucléaire civile de son pays avec les Etats du Golfe, a rapporté samedi la presse iranienne.

Côté israélien, le Premier ministre Ehud Olmert a reconnu implicitement la semaine dernière que son pays possédait l'arme nucléaire. Outre l'Etat hébreu, le "club nucléaire", qui s'inquiète des projets nord-coréen et iranien, compte aujourd'hui les cinq pays membres permanents de Conseil de sécurité de l'ONU - Chine, Russie, France, Etats-Unis, Grande-Bretagne - ainsi que le Pakistan et l'Inde.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :