La Chine, principale cible des enquêtes anti-dumping

 |   |  359  mots
La Chine est de plus en plus la cible d'enquêtes lancées par d'autres pays pour ses ventes à prix cassés, a annoncé lundi à Genève l'Organisation mondiale du commerce (OMC) dans un rapport sur le premier semestre 2006.

Si le nombre global d'ouvertures d'enquêtes "anti-dumping" est à la baisse (87, contre 105 durant le 1er semestre 2005), celles dirigées contre la Chine sont en nette hausse (32 contre 23), selon un communiqué de l'OMC. Les Etats-Unis et Taiwan sont loin derrière, chaque pays étant chacun l'objet de 6 ouvertures d'enquêtes pour ventes à prix cassés (respectivement 7 et 9 durant le 1er semestre 2005).

Depuis son adhésion à l'OMC en 2001, Pékin a bénéficié d'une phase d'attentisme et de compréhension de la part des autres membres de l'organisation de Genève. Mais le temps passant, ceux-ci estiment que la Chine doit de plus en plus assumer ses obligations au regard des règles commerciales multilatérales. Outre la faiblesse des coûts de production en Chine, les durées de travail particulièrement exigeantes auxquelles est soumise la main d'oeuvre et l'absence de couverture sociale généralisée, les autorités chinoises sont accusées d'accorder des conditions de crédit ou fiscales très arrangeantes pour certains exportateurs du pays. Ces avantages permettent aux entreprises de vendre hors des frontières du pays leurs produits à des prix inférieurs à ceux du marché national.

La Thaïlande, autre pays émergent asiatique, ne fait l'objet que de 5 ouvertures d'enquêtes (7 durant les six premiers mois de 2005). D'autres enquêtes ont été ouvertes contre l'Union européenne (4, contre 3 durant la même période de 2005), le Japon (4), la Corée du sud (6) et la Malaisie (6). Au total, 20 Etats membres de l'OMC ont lancé des enquêtes pour ventes à prix cassés.

L'Inde a été le pays à lancer le plus grand nombre d'enquêtes sur ses importations, avec 20 procédures contre 14 durant le 1er semestre 2005, devant l'Union européenne (17 plaintes), l'Australie (9), l'Argentine, l'Indonésie et la Turquie (5 chacune).

Secteur par secteur, ce sont les métaux de base qui ont fait l'objet du plus grand nombre d'enquêtes avec 19 procédures engagées, suivis par les machines outil (16 ouvertures d'enquêtes), les plastiques (13) et les produits chimiques (11). Le "dumping" consiste à vendre à l'étranger des produits à un prix inférieur à celui du marché national, voire à un prix inférieur au prix de revient.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :