Bayer cède H.C Starck pour financer l'acquisition de Schering

 |   |  241  mots
Un consortium de fonds a repris sa filiale chimique pour 1,2 milliard d'euros y compris la dette. Cette opération servira en partie à financer l'acquisition du laboratoire Schering acquis au prix fort de 17 milliards.

Le conglomérat allemand Bayer a annoncé jeudi la cession de sa filiale chimique H.C. Starck à un consortium associant les fonds d'investissement Advent et Carlyle pour environ 1,2 milliard d'euros.

L'opération servira à financer en partie l'acquisition du laboratoire berlinois Schering, racheté récemment pour près de 17 milliards d'euros, selon le communiqué de Bayer. Advent et Carlyle verseront plus de 700 millions d'euros en numéraire. Les 450 millions d'euros restants sont des reprises de dettes et d'engagements en terme de pensions de santé et de retraite.

Les deux investisseurs financiers ont coiffé au poteau le fonds Bain Capital et le métallurgiste belge Umicore, qui avaient présenté deux offres concurrentes.

Avec cette cession, Bayer réduit son endettement de près de 1 milliard d'euros et réalise un gain net comptable de 150 millions d'euros. La transaction devrait être bouclée au début de l'année prochaine, sous réserve du feu vert des autorités de la concurrence.

Advent et Carlyle vont accompagner le développement du groupe avec pour objectif une introduction en Bourse au bout de trois à cinq ans. H.C. Starck, basé à Goslar au nord de l'Allemagne, fabrique des céramiques et des métaux spéciaux pour l'industrie électronique, médicale et spatiale. Avec environ 3.400 salariés, la société a réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires de 920 millions d'euros. Elle gère 15 sites en Europe, en Asie et en Amérique du Nord.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :